Japan Expo 2015 – Jour 1

Japan Expo 2015 – Jour 1

FullSizeRender (4)Comme chaque année, à l’instar des saisons ou encore de la fête nationale, la Japan Expo revient inlassablement, début juillet. 2015 ne déroge pas à la règle et c’est donc hier que le salon a ouvert ses portes sous une chaleur accablante. Malgré les températures élevées pesant sur le parc des expositions de Villepinte, le public s’est pressé en masse dans les allées de la convention afin de témoigner une fois encore de son amour immodéré pour le Japon et sa culture. Retour sur la première journée.

 

10h, je rentre dans l’arène et retrouve mes marques sans problème. Se retrouver ici finit par avoir quelque chose d’habituel et, malgré l’immensité des lieux, tout ou presque semble familier. La foule, le bruit ambiant, la frénésie et l’exubérance créent une petite montée d’adrénaline. Les cosplayeurs de tout poil défilent le long des allées en arborant fièrement leur panoplie, parfois pour le meilleur mais souvent pour le pire. Tous les éditeurs tentent de mettre leurs stands en avant à coups d’affiches et de banderoles king-size, les gros éditeurs de jeux vidéo multiplient les affrontements online sur leurs derniers hits et les groupes de J-Rock électrisent les foules. Bref pas de doute, on est bien à la Japan Expo.

 

IMG_5273Pour commencer la journée, passage par la scène Také pour suivre une conférence de Yûsuke Kozaki, le chara-designer de la saga vidéo-ludique Fire Emblem ou encore de l’anime Speed Grapher. Il aborde notamment les différences qui existent en terme de design et d’animation suivant le support. Il s’est ensuite fendu d’un dessin forcément très classe. Second moment fort intéressant de cette première journée, la conférence intitulée Mangattan: Reconstruire une ville grâce au manga. L’occasion de découvrir cet étrange musée ressemblant à une soucoupe volante, qui met à l’honneur le vénérable Ishinomori Shôtaro (Cyborg 009, Kamen Rider). Se situant dans la cité portuaire de Ishinomaki qui a durement été touchée par le tsunami de 2011, le musée tente de redynamiser et redonner une vie à la région. A l’occasion, on a pu voir un trailer kitsch mais plutôt fun sur un personnage inédit en France, issu du catalogue du mangaka, Sea Jetter Kaito. En mode sentaï, ce nouveau héros définitivement old-school a tout du bioman tuné qui fait du jet-ski… On en pense ce qu’on veut…

 

IMG_5287On enchaîne avec la projection d’un bon paquet d’images inédites de The Boy and the Beast, le très attendu, prochain film de Mamoru Hosoda, qui sortira en janvier 2016 chez nous. Quelques minutes de pur bonheur qui annoncent un nouveau chef-d’œuvre. Pas le temps de se relâcher (ne vous inquiétez pas pour moi, j’ai englouti un petit jambon-beurre, sur le pouce), direction la scène Kuri pour la conférence et la séance de live drawing de Tsukasa Saimura et Kôzô Takahashi, les auteurs de Crueler Than Dead (chroniqué ici). Vous pourrez d’ailleurs prochainement lire leur interview sur votre site préféré, c’est-à-dire ici-même.

 

Enfin, avant de retrouver Tony Valente, l’auteur de Radiant, pour lui poser quelques questions, en fin de journée, j’ai fait un petit détour par la scène Karasu pour goûter l’ambiance électrique du concert de Back-On. Du japan rock sans prétention mais qui est parvenu à enflammer un public vraisemblablement conquis. Au final, un démarrage relativement tranquille, histoire de se remettre totalement dans le bain avant d’attaquer une seconde journée qui risque d’être un peu plus chargée. Stay tuned!

Partager