• Home »
  • INTERVIEWS »
  • Justine Le Pottier : « J’adorerais retrouver mes copains du Visiteur du Futur »
Justine Le Pottier : « J’adorerais retrouver mes copains du Visiteur du Futur »

Justine Le Pottier : « J’adorerais retrouver mes copains du Visiteur du Futur »

Justine Le Pottier (crédit photo : Daily Mars)

En trois saisons du Visiteur du Futur, la web-fiction de SF culte et barrée de François Descraques, Justine Le Pottier a imposé un jeu à la fois musclé, décalé, attachant mais surtout terriblement drôle dans un registre à 100% froid. Dans le rôle de l’action-girl badass Judith, la sexy rouquine a non seulement démontré un sacré talent pour la beigne autoritaire mais aussi l’émotion sans jamais forcer sur le pathos. Les fans nous comprendront ! Plus récemment, on vient de la redécouvrir dans la saison 3 de Hero Corp (France 4) en journaliste arriviste et faisant fi de toute déontologie (le premier qui me dit « pléonasme » se mange une baffe). On connait donc sa frimousse mais finalement, on n’a jamais eu vraiment l’occasion d’en savoir un peu plus sur « Mademoiselle Le Pottier », égérie de la faune et flore geek hexagonale. Venue du théâtre et du spectacle de rue, la jeune comédienne a l’esprit de troupe et plus d’une corde à son arc, vous verrez ! C’est avec beaucoup de patience, d’humour et de gentillesse qu’elle a accepté de nous rencontrer pour une interview exclusive sur son background, sa rencontre avec la bande à Descraques et ses souvenirs du Visiteur du Futur, comme de Hero Corp. Rencontre avec une kickass lady qui, on l’espère, a tout pour un joli futur à venir…

 

DAILY MARS : On connait bien Judith, ton personnage du Visiteur du Futur, mais toi beaucoup moins. D’où venez-vous mademoiselle Le Pottier ?

JUSTINE LE POTTIER : Je viens de Saint-Malo, où j’ai passé un bac L option anglais. J’ai quitté père et mère après le bac pour vivre avec mon frère à Rennes, où je me suis inscrite en fac d’Arts du spectacle, avant de tenter la Femis. Puis je suis partie à Paris tout en continuant mes études par correspondance et en suivant le cours Florent. C’est là où j’ai rencontré Florent Dorin (alias… Le Visiteur du Futur himself, mais on sait que vous saviez hein… NDLR). C’est l’époque où nous faisions des spectacles expérimentaux dans des squats de banlieue, pleins de punks à chiens, à Ivry-Sur-Seine notamment. Je me souviens d’une adaptation version manga/rock de la vie de Jésus. Je faisais Marie Madeleine, Florent faisait le Berger. On se battait à l’épée devant des démons… On était très fiers de ces spectacles, mais je ne suis pas sûre qu’on les assumerait maintenant. Quelques photos doivent trainer sur le Net, j’espère qu’elles n’y sont plus… (rires)

A l’époque où tu l’as rencontré, Florent et François Descraques se connaissaient, non ?
Oui puisqu’ils se sont rencontré à l’école primaire. Slim (Slimane-Baptiste Berhoun, alias Henry Castafolte dans Le Visiteur du futur – NDLR) était en BTS avec Florent.

Comment as tu été amenée à rencontrer François Descraques pour la première fois ?
Florent et lui étaient venus passer quelques jours en Bretagne, pas loin de Saint-Malo chez les parents de Florent, pour écrire un film d’horreur avec un monstre. Au bout d’un moment, ils se sont fait chier, forcément hein. Florent savait que j’étais dans le coin, il m’a appelée, ils avaient besoin de quelqu’un pour les driver, j’étais leur chauffeur quoi ! Ils écrivaient l’après midi et le soir je venais les chercher dans la Golf de mes parents pour les amener au cinéma.

Quelles furent tes toutes premières impressions de François lorsque tu l’as rencontré en Bretagne ?
Une des premières choses qu’il m’ait dites c’est « en ce moment j’écris un film d’horreur » et ça, ça m’a bien plu ! Ça sortait de l’ordinaire. Et je voudrais pas balancer mais j’ai vite compris qu’il ne savait pas faire un feu de camp !!!! On voulait faire un feu sur la plage…On n’y est pas arrivé : la loose.

Judith et Mattéo (Mathieu Poggi) : le couple infernal du futur (crédits photo : François Descraques (www.francoisdescraques.com)

Le Visiteur du futur avait commencé ?
Oui, c’était au tout début, je l’avais regardé, et j’avais dit à François : “Votre truc c’est super bien, mais y a aucune nana ! Vous avez un problème avec les filles ou quoi ?”. François a fini par écrire le rôle de l’Inquisitrice de la Brigade Temporelle et il a demandé à Florent si dans ses relations de théâtre, il ne connaissait pas une actrice. Florent lui a répondu : “Prends Justine, elle nous a trimbalé en caisse, sois sympa quoi !”. Et voilà comment François m’a appelé sous recommandation de Florent, pour jouer dans Le Visiteur du Futur.

Tu te souviens du tournage de ton premier épisode ?
Ouiiii (grand sourire), l’épisode 7. Un souvenir génial. On avait juste une caméra et ce n’était même pas un 5D. On s’était donné rendez-vous chez Florent et entre 14h et 18h, on a tourné deux épisodes, les 7 et 8. Malgré l’absence totale de moyens, il y avait quand meme des scénarios et j’avais appris mon texte. Pour l’épisode 8, on avait tiré un pauvre store pour donner l’impression de changer de lieu. Je suis tellement contente de me dire qu’on est parti de cette toute petite chose tournée à une caméra et qui a fini par devenir une série projetée au Max Linder à Paris.

 

« Pour Judith, j’avais en tête un mix entre les héroïnes de Tarantino et Scarlett Johansson »

 

Comment qualifierais-tu la “méthode Descraques” ?
Je sais surtout qu’il a toujours été très professionnel. Dés l’épisode 7 de la première saison, c’était un réalisateur qui savait ce qu’il voulait. Il adore la direction d’acteurs et c’est finalement assez rare.

Un petit air de femme fatale (du futur toujours, hé oui).

Y a t il une bible sur les personnages du VDF  et comment présenterais tu Judith et son évolution sur les 3 saisons pour ceux qui ne la connaissent pas ?
Non, il n’y a pas de bible sur les personnages, mis à part les quelques synopsis que tu peux trouver sur le site du VDF. Sur la saison 1, Judith (qui ne s’appelait pas encore Judith d’ailleurs) c’est la « patronne » de la brigade temporelle. C’est l’opposant au personnage du Visiteur. Elle est irréprochable dans son boulot, une sorte de « cadre supérieur » venu du futur, avec toujours un flingue à portée de main. Pour la saison 2 : On a essayé d’apporter un peu plus de background au personnage. Elle se bat pour vivre dans l’époque qu’elle a choisi et doit absolument trouver des papiers d’identité. Elle est devenue conseillère technique en suicide, elle aide les gens à se suicider dans les meilleurs conditions possibles. Elle aime et fait ce job à fond ! Et puis gros changement de look, on a rajouté des couleurs au costume (on a arpenté les rues de Paris pendant toute une journée pour trouver the costume) + maquillage, coiffure. Tout a changé, on est passé du noir au rouge ! Et puis surtout la saison 2, c’est LA BASTON ! Judith peut tuer 10 tueurs à gages sans problèmes. Enfin en saison 3 : malgré le drame que proposait le scénario, j’ai essayé de garder le côté comique du personnage, de ne pas faire cas de sa mort. Je m’explique : Judith apprend qu’elle va mourir mais elle prend ça le plus philosophiquement du monde. Sa logique c’est « Je vais mourir, normal. Par contre j’aimerais bien que ça serve à quelque chose : si je me sacrifie c’est pour sauver mon équipe »…C’est le principe de la tragédie : les personnages sont condamnés et le spectateur est là pour assister à leur agonie. Pour le jeu d’acteur pas besoin d’en rajouter des caisses ou de jouer le drame, sinon c’est pathos.

Aviez-vous des références, des modèles en tête François et toi pour Judith ?
François est très fan de Felicia Day et je pense qu’il l’avait en tête pour la Judith de la saison 2. Et moi je lui avais parlé d’un mix entre les héroïnes de Tarantino et Scarlett Johansson. Là où on s’est vraiment rencontré avec François, c’est qu’on ne voulait pas en faire une victime… Judith est une tueuse, pas une causeuse en cuisine.

Le dernier épisode de Justine dans Le Visiteur du Futur. (crédits photo : Anaïs Vachez)

Judith a plu au public parce qu’elle est badass, mais aussi parce que c’est un personnage plus attachant qu’il n’y parait : elle est capable de sentiments…
Attachante, oui MERCI !!! Je n’ai jamais considéré Judith comme faisant partie des « méchants » de la série. Et oui effectivement, Judith est amoureuse !!! Même si son couple est complètement improbable. D’ailleurs le scénario met souvent en évidence leurs différences. Matheo est plutôt débonnaire et Judith, c’est la rigueur absolue. Avec Matthieu Poggi (le comédien qui joue Matteo) on avait fait un petit récapitulatif de ce à quoi pouvait ressembler leur vie de couple, on s’imaginait qu’ils déménageaient tous les 6 mois, parce qu’ils détruisaient régulièrement leur appartement, comme ça juste parce qu’ils aiment bien s’engueuler.

Comment François te faisait-il participer à l’élaboration du personnage ? Te laissait il tester des trucs, suggérer des directions ?
On fait toujours des répétitions en amont des tournages et oui, même si François est directif, on a une énorme liberté sur le plateau. On n’est pas non plus dans l’impro totale parce qu’on doit respecter le plan de travail (et les horaires !) mais on n’est pas au mot près, loin de là. Les dialogues évoluent toujours au cours des répétitions et des tournages. Qui plus est, François et moi, ça fait des années qu’on tourne ensemble, donc on se comprend vite sur les directions de jeu, et on a pas mal de références en commun, ça aide beaucoup. Exemple : dans un épisode de la saison 3, Judith est complètement saoule, le jour du tournage j’ai pu proposer pas mal de trucs qui n’étaient pas écrits à la base. Et pour jouer cette scène, François m’avait demandé de m’inspirer du phrasé d’un de nos potes qui parle toujours de manière TRES étrange (je ne vais pas citer son nom mais il se reconnaitra je pense !) Ça m’a beaucoup aidé.

On l’a dit, cette iconographie badass liée à ton personnage de Judith  a beaucoup contribué à ta popularité auprès des fans du VdF. Pas trop dur à porter ?
Ho non au contraire, c’est très bien ! On ne l’a pas cherchée cette popularité, mais c’est génial. Et puis on n’a pas non plus atteint un niveau de notoriété suffisant pour attirer les relous.

Tu pourrais occuper un créneau en France, non ? Dans le registre « actrice spécialisée dans les rôles musclés ». 
Ca ne me dérangerait pas, pourquoi pas ? Même si encore trop peu de réalisateurs en France s’aventurent dans ce genre. Récemment j’ai été très marquée par un thriller qui s’appelle Nuit Blanche, de Frédéric Jardin, avec Joey Star notamment. Un film passé totalement à la trappe, mais avec une scène d’action dans une cuisine qui m’a totalement scotchée. Sur Le Visiteur…, c’est le chorégraphe et cascadeur Kefi Abrikh, qui fait partie du groupe des Wild Stunt, qui m’a appris à être crédible dans les scènes d’action. Le fait d’avoir fait dix ans de danse m’a aussi beaucoup aidée. Le final de la saison 2 était vraiment ambitieux sur ce plan. On avait carrément une dizaine de cascadeurs câblés.

 

« Simon Astier m’a fait un cadeau extraordinaire pour Hero Corp »

 

Justine Le Pottier au Comic Con de Paris-Villepinte (crédits photo : Anaïs Vachez)

Tu en veux à Francois d’avoir tué ton personnage en saison 3 ?
Ha, ha !… non mais j’étais super triste ! Le tournage de ma dernière scène était d’une intensité incroyable, un de mes meilleurs souvenirs professionnels. François m’avait dit : “surtout, ne joue pas le drame, c’est Judith”. Elle sait qu’elle va mourir, donc, il fallait la jouer plutôt genre “Et merde, ca y est ca me tombe dessus”. Mais quand on a tourné la scène, dans ce couloir hyper étroit où l’on pouvait à peine bouger, on s’est tous fait rattraper par un truc. Le perchman a fini la prise en pleurant. Et moi je disais au revoir à quatre ans de tournage et à une belle histoire humaine. Même encore aujourd’hui, j’ai beaucoup de mal à regarder cet épisode.

Tu as vu la saison 4 ?
Non, j’ai une idée de ce qui s’y passe, mais je n’ai meme pas lu le scénario.

Est-il prévu que tu y retournes ou tu es vraiment morte ? Aimerais tu revenir ?
Très sincèrement, j’adorerais retrouver mes copains. Mais j’étais en Thailande au moment du tournage, donc non, je ne suis pas dans la saison 4 !

L’apres VDF, c’est angoissant pour toi ?
Oui… Sur le premier jour de tournage de Hero Corp, je cherchais instinctivement François, Florent et les autres, j’étais perdue, je me disais “Mais merde, avec qui je vais faire des blagues de cul maintenant ?”  (rires). Mais je me suis très vite détendue sur Hero Corp et j’ai retrouvé une autre troupe avec des mecs géniaux comme Arnaud Joyet ou Sébastien Lalanne.

Comment Simon Astier t’a-t-il engagée ?
On s’était à peine croisés sur le tournage de la saison 3 du Visiteur… Il m’a appelée le 24 décembre 2012 pour m’annoncer qu’il reprenait Hero Corp. Et qu’il aimerait bien qu’on bosse ensemble. Il m’a demandé de lui envoyer des essais à partir de bouts de scénario. J’ai appelé Raph’ Descraques en catastrophe, vu que je partais au Bénin le lendemain pour assister à un mariage et passer les fêtes. J’avais besoin de quelqu’un pour me donner la réplique et il a accepté gentiment. J’ai envoyé les essais vidéo à Simon, qui m’a rappelé une heure plus tard en me disant : “J’ai vu tes essais. On dirait que tu te fous de ma gueule, j’ai jamais vu des essais faits autant en dilettante. Du coup j’aime bien !” Et le lendemain, je recevais par mail les contrats de la prod. Sur le tournage, il m’a dit que j’avais l’air bourrée sur mes essais, ça l’avait fait rire.

Dans Hero Corp saison 3, Justine incarne Chloé, nouvel intérêt amoureux de John, qui n’a pas que l’amour dans sa ligne de mire

Dans la saison 3 de Hero Corp, toujours en diffusion sur France 4, on t’a donc retrouvée dans le rôle de Chloé…
Oui, c’est une jeune journaliste qui rêverait de bosser pour la grande presse. Quoi de mieux que de faire un papier sur les super héros et donc de se rapprocher très physiquement (et pas du tout déontologiquement) de Simon/John pour ca. Non, je n’ai pas tourné de scènes d’action ! Mais je cours un peu quand même… J’ai eu seulement six jours de tournage mais j’en garde un souvenir top. C’est surtout l’équipe technique qui en a bavé, notamment les chef op’ Morgan Dalibert et Benjamin Groussain qui faisaient l’image, à passer toute la journée en extéreur par moins dix degrés. Simon m’a fait un cadeau extraordinaire, je vois pas comment j’aurais pu ne pas aimer ce tournage. Merci Simon !

Tu avais suivi la série depuis le début ?
Non mais je me suis vite procuré les DVD et la saison 2 m’impressionne par ses cliffhangers. Et on s’attache énormément à ces super héros pourris.

Dans Catch Moi (mini-série diffusée sur Canal+ en mai 2010), tu jouais le rôle de Faustine, une encore une nana pas très commode. Tu ne va pas finir par mal le prendre ?
En effet je jouais une nana qui casse des vases quand elle n’est pas contente. Je joue souvent la chieuse de service, c’est vrai. Catch Moi, c’était mon premier tournage professionnel et par rapport au Visiteur du Futur, j’hallucinais sur les moyens. C’était une vraie prod’, avec des mecs qui viennent te chercher pour t’amener sur le plateau.

Peux-tu d’ailleurs récapituler tes autres casquettes ?
J’ai monté une école de théâtre il y a deux ans. Je m’efforce de faire travailler les élèves sur un maximum de choses, de Shakespeare aux Monty Python. Et surtout, j’essaye de faire en sorte que cette école soit un lieu de rencontre, le point de départ de futurs projets. Je bosse également pour Temal Productions, une boite de prod qui fait tourner des spectacles de dingues (non, non, je ne suis pas du tout de parti pris. !) Parmi eux, les Chiche Capon, sans doute le spectacle qui me fait le plus rire au mooooonde ! Si vous ne les connaissez pas, je vous conseille fortement d’aller voir ce qu’ils font, ils jouent au théâtre des Béliers parisiens dans le 18ème !

Avais-tu vocation à être actrice ?
Non, moi je voulais juste réaliser des films ! Ma mère aimait beaucoup le cinéma, mon père le détestait, je les avais supplié de m’abonner à Première. Ils n’ont rien à voir avec ce métier et ils n’ont pas sauté de joie quand je suis partie au Cours Florent, mais ils m’ont toujours laissée faire. L’an passé j’ai réalisé un court métrage de SF, Delete… il existe quelque part sur mon disque dur, mais la vie a fait que je ne l’ai montré nulle part… J’ai un autre court-métrage en projet, qui parlerait de gitans et de combats de rue. Un univers qui me parle.


Justine Le Pottier à l’issue de notre interview : même pas mal ! (crédits photo : Daily Mars)

La “culture geek”, tu la partages ?
C’est une culture qui m’étais assez étrangère lors de mes années de théâtre mais à force de travailler avec François et les autres… Je passe énormément de temps sur le web, je mate des vidéos, des films, je bouffe des séries au kilomètre. Je viens de finir House of Cards, la saison 2 de Homeland (que j’ai trouvé très pénible), Misfits….

Tu souhaites rester dans cet univers en tant qu’actrice ?
Comme toujours dans ce métier, on est hélas dépendant du désir des autres, donc je verrai bien. Mais je crois aux rencontres évidentes. Je suis une fan absolue du travail de Julien Mokrani, le réalisateur du court métrage Ashes to ashes. Un génie. Je suis allé le voir au dernier Comic Con pour lui proposer qu’on bosse ensemble et, coup de bol, il adorait le Visiteur du futur !

Dans un monde idéal, avec quels réalisateurs aimerais-tu travailler ?
Alors dans une totale quatrième dimension hein, Darren Aronofsky, Sean Ellis dont j’ai adoré le film Metro Manila, Alfonso Cuaron, Sam Mendès, Jacques Audiard…

Ha mais tu as déjà tourné dans un Audiard !
Oui, une toute petite figuration dans De Battre mon coeur s’est arrêté, j’étais encore au Cours Florent. Ma toute première fois sur un tournage.

Que sera l’après Hero Corp pour toi ?
Peut être un super beau projet télé (une création) et un super beau projet cinoche. Mais comme vous le savez, il y a un vieux diction chez les acteurs qui dit : « Tant que t’as pas signé, tu dis rien ». J’en suis toujours là !

Propos recueillis par Dominique Montay et Philippe Guedj

 – HERO CORP, saison 3 (série créée, écrite et réalisée par Simon Astier) : en cours de diffusion sur France 4. Pour voir la saison en replay : cliquez ici

 – LE VISITEUR DU FUTUR : toute l’actualité à venir sur le  Site officiel.

 – Justine Le Pottier : Site officiel.

Partager