Kick-ass 2: De l’eau dans le gaz entre Mark Millar et Jim Carrey

Kick-ass 2: De l’eau dans le gaz entre Mark Millar et Jim Carrey

Jim Carrey a eu l’illumination. La violence, c’est mal. Pas de bol pour le film Kick-Ass 2, bientôt sur les écrans (le 21 Août, en France), dans lequel il joue un rôle assez violent. Exprimant ses regrets via Twitter (voir ci dessous), Carrey met la production du film dans le pétrin. Quelque soit votre avis sur le premier Kick-Ass, il faut reconnaître que cette sincérité, au regard de la tuerie de l’école primaire de  Sandy Hook (28 morts dont 20 enfants, le 14 décembre 2012), est compréhensible et louable mais assez maladroite voire pas très fair-play de la part de l’acteur alors que la campagne de promo va battre son plein. Le débat sur les conséquences de la violence dans les films est relancé (encore). Qu’en pensez vous ?

Réponse de Mark Millar sur son forum:

Tout d’abord, j’adore Jim Carrey. Quand le producteur Matthew Vaughn et le réalisateur Jeff Wadlow m’ont appelé et proposé d’avoir une conférence téléphonique avec lui pour parler de la suite du Kick-Ass de 2010, j’ai été vraiment excité. Comme vous, j’adore Eternal Sunshine, Man on the Moon et The Truman Show. Carrey est un acteur pas comme les autres, une force imprévisible de la nature qui apporte chaleur et humanité dans son travail ainsi qu’une énergie imparable, il a toujours été reconnu pour cela. Il a déjeuné avec Matthew à l’époque du premier film et a fait un sketch habillé comme Kick-Ass, en chantant en duo avec Conan O’Brien habillé en Superman (voir ici). Vaughn et moi avons pensé travailler avec lui dès que possible, car nous sommes tous deux de grands admirateurs.

Trois ans plus tard, je suis assis dans une salle de projection à Londres en regardant ce que je pense être l’une des meilleures performances de Carrey. J’avais vu Kick-Ass 2 sous de nombreuses formes, mais c’était le final cut absolu et complet avec les titres d’ouverture, la musique et une séquence post-crédit formidable que vous allez tous aimer. Je ne pouvais pas être plus heureux. Il est aussi bon que l’original et, à bien des égards, ENORME car il élargit l’univers et lui fait passer un cap. Il y a beaucoup de choses remarquables dans cette suite, chaque acteur joue pied au plancher sur un scénario à 200 km/h. Mais Carrey en particulier, est magnifique. Il n’a jamais rien fait de tel auparavant et même sur le trailer, avec son acolyte canin masqué spécialement formé pour choper les « parties » des criminels, vous pouvez voir que quelque chose de vraiment amusant et spécial se passe. Le Colonel Stars est très charismatique et ses scènes sont aussi étonnantes que celle de Nic Cage/Big Daddy dans l’original … ce qui rend d’autant plus surprenant le fait que Jim ait annoncé ce soir qu’il se désolidarisait de Kick-Ass 2 en raison de la violence des gun-fights.

Comme vous le savez peut-être, Jim est un ardent défenseur du contrôle des armes à feu et je respecte sa politique et son opinion, mais je suis déconcerté par cette annonce soudaine vu que rien de plus n’a été tourné que ce qu’il y avait dans le scénario il y a dix huit mois. Oui, le body-count est très élevé, mais rien d’étonnant dans un film appelé Kick-Ass 2. Une suite du film qui nous a donné HIT-GIRL allait forcément être sanglant, ce qui n’aurait pas dû être un choc pour un gars qui a vu le premier film. Mes comics sont hardcore, mais les films sont adaptés pour un public plus mainstream et si vous avez aimé le ton du premier,  vous allez vous régaler pour cette suite. Comme Jim, je suis horrifié par la violence dans la vie réelle (même si je suis écossais), mais Kick-Ass 2 n’est pas un documentaire. Les comédiens n’ont pas été blessés dans l’élaboration de cette production ! C’est de la fiction et comme Tarantino et Peckinpah, Scorsese et Eastwood, John Boorman, Oliver Stone et Chan-Wook Park, Kick-Ass, à l’inverse des films de l’été, est sanglant mais se concentre plutôt sur les conséquences de la violence pour les amis et la famille où, comme nous l’avons vu dans le premier film, Kick-Ass passe six mois à l’hôpital après sa première altercation dans la rue. Ironie du sort, le personnage de Jim dans Kick-Ass 2 est un chrétien et son gros problème vient du fait qu’il refuse de tirer au fusil, ce qui l’a attiré pour le rôle.

En fin de compte, c’est sa décision, mais je n’ai jamais adhéré à la notion que la violence dans la fiction conduit à la violence dans la vie réelle, ce serait croire que Harry Potter lançant un sort crée plus d’apprenti magicien dans la vie réelle. Notre travail en tant que conteur est de divertir et notre propos ne peut être saboté en réduisant l’utilisation des armes à feu dans un film d’action. Imaginez un film de John Wayne, sans fusillade ou un Rocky où Stallone ne boxe pas au visage. Notre public est assez intelligent pour savoir qu’ils font tous semblant et nous devrions plutôt tout simplement nous asseoir et profiter de la libération de sérotonine en voyant les méchants mal finir autant que nous avons apprécié de voir l’étoile de la mort exploser. L’action dans Kick-Ass 2 est comme vous n’en avez jamais vu auparavant. L’humour, les personnages, le cœur et la mise en scène sont toutes des choses dont nous sommes très fiers et, le seul avertissement que je voudrais vraiment donner, est que c’est presque trop excitant. Kick-Ass 2 est juste une fiction, nous allons donc concentrer notre colère sur la violence de la vie réelle, comme la guerre en Afghanistan, la tension alarmante en Syrie en ce moment et le fait que Superman ait juste cassé le putain de cou d’un gars.

Jim, je t’aime, et j’espère que tu vas reconsidérer tous les points ci-dessus. Tu es formidable dans ce film incroyablement amusant et je suis très fier de ce que Jeff, Matthew et toute l’équipe ont fait ici.

Partager