Kill Bill (critique du 6×01 de True Blood)

Kill Bill (critique du 6×01 de True Blood)

True Blood, ou le vide scénaristique intersidéral

Au secours. Le True Blood des premières saisons est visiblement mort et enterré, et maintenant il ne nous reste plus qu’une pâle caricature d’un show autrefois franchement bon. Maintenant, c’est tellement mauvais et on se fout tellement de ce qui arrive aux personnages que je ne vois plus comment on pourrait sauver cette série. 

Cette année, on nous colle un nouveau personnage dans les pattes (oui parce qu’ils n’étaient déjà pas assez nombreux) : le Gouverneur Burrell, qui invite la population humaine à s’armer contre les vampires. « Achetez une arme, c’est votre droit pour vous protéger. » Dans une société américaine où la polémique autour du port d’armes ne fait que s’accentuer, le message transmis par True Blood dans ce season premiere est des plus douteux. Mais bon passons, ce n’est pas comme si True Blood était une série politique non plus. Enfin… l’an dernier on collait la tête d’Obama sur des terroristes, cette année on incite les gens à acheter des flingues… S.O.S subtilité.

Le nouveau « méchant » de la série ?

Je m’attendais à ce que Bill se transforme en super vilain, un « naked evil Superman, » comme Jason l’appelle. Mais non, au lieu de ça, il est vaguement effrayant et ne sait pas plus que les autres ce qu’il lui arrive. Du coup, tout le monde veut le tuer. Super, ça sent encore l’intrigue hyper captivante ! J’ai beau chercher un autre mot, il n’y en a pas de meilleur pour qualifier True Blood désormais que « chiant. » Pas ennuyant. Pas redondant. Pas fatigant. C’est juste chiant, parce qu’en fait, c’est tout à la fois ennuyant, redondant, fatiguant…

Cela dit, moi qui criais au scandale autour de l’intrigue des bébés d’Andy la saison dernière (dont on se fout comme de la pluie), finalement, c’est bien la seule chose qui m’a fait rire dans ce season premiere. Alors ce n’était peut-être pas la réaction attendue par les scénaristes, mais le coup des gamines qui grandissent plus vite que prévu (un truc qu’on pouvait voir arriver à des kilomètres d’ailleurs), cela m’a fait éclater de rire. Il fallait au moins ça pour garder mon attention sur cet épisode ô combien navrant.

S.O.S Amnésie chronique

Il faut dire ce qui est. Les personnages de cette série sont tous devenus cons comme des balais. Alors certains, comme Jason, l’ont toujours été. Le frère de Sookie a d’ailleurs encore une fois montré tout son génie dans ce premier épisode. Mais les autres font aussi de plus en plus preuve de bêtise, un trait de personnalité très gênant car il est sur-développé. Côté écriture des « héros », on le sait, les scénaristes de True Blood sont en grève depuis 3 ans. Mais ils semblent aussi s’obstiner à en faire des personnages détestables. Il faut arrêter de faire ça, ça n’a aucun sens. Au final, ils sont tous agaçants et on en arrive au point où ils pourraient tous mourir d’un seul coup qu’on en aurait vraiment rien à cirer.

Je vous l’accorde, mon langage dans cette article est un peu familier, je me lâche un petit peu. Il faut dire que quand on parle d’une série qui met « fuck/fucking » dans 95 % de ses répliques (alors qu’objectivement, cela n’a pas lieu d’être), on a envie de mettre autant d’effort dans son écriture que les scénaristes dans la leur. Pourquoi ce besoin de tant de vulgarité ? À quoi ça sert de mettre « putain » dans chaque phrase, putain ?! Certes, la série a toujours joué là-dessus mais enfin toutes les deux secondes, ça commence à bien faire là !

En fin de compte, True Blood se subit désormais plus qu’elle ne se regarde. La série est envahie de défauts, au point que son côté péché mignon ne soit devenu des plus fades. C’est dommage, sincèrement dommage, qu’on en soit arrivé là.

Partager