• Home »
  • BOOKS »
  • L’autopsie de Frankenstein : dix anecdotes pour épater les potes
L’autopsie de Frankenstein : dix anecdotes pour épater les potes

L’autopsie de Frankenstein : dix anecdotes pour épater les potes

Près de 200 ans après la publication du roman Frankenstein ou le Prométhée moderne de Mary Shelley, le mythe continue de fasciner… et d’être adapté au cinéma. Rien que cette année, deux longs métrages ont vu le jour : Frankenstein de Bernard « Candyman » Rose (cantonné aux festivals jusqu’à maintenant) et Docteur Frankenstein de Paul « Slevin » McGuigan (en salles le 25 novembre). Pour fêter ça, le Daily Mars vous propose quelques sympathiques anecdotes, histoire de briller en société.

1. Aux origines du roman : un concours d’histoires de fantômes

Pendant l’été 1816, l’Anglaise Mary Shelley et son futur mari viennent tenir compagnie à Lord Byron dans sa villa au bord du lac Léman. Vu que le temps est pourri et qu’il n’y a rien de bon à la télé, Byron propose à ses invités de lire le recueil Fantasmagoriana puis d’écrire chacun sa propre histoire de fantômes. Le jeu dure plusieurs jours mais la jeune Mary – qui n’a que 18 ans – n’a pas d’inspiration. Un soir, alors qu’elle peine à s’endormir, elle fait une sorte de rêve éveillé dont le protagoniste est « un pâle étudiant des arts profanes agenouillé aux côtés de la chose qu’il avait assemblée ». Bingo.

2. Aux origines du roman (bis) : un alchimiste tripatouilleur de cadavres ?

Frankenstein 2Et si Mary Shelley s’était inspirée de l’alchimiste allemand Johann Conrad Dippel (1673-1734) pour créer son Victor Frankenstein, et non d’un cauchemar ? C’est la thèse controversée défendue par l’historien roumain Radu Florescu dans son ouvrage In Search of Frankenstein paru en 1975. En visitant le château Frankenstein dudit alchimiste, près de Darmstadt, l’écrivaine aurait entendu parler d’expériences bien flippantes menées par Dippel. Comme essayer de transférer l’âme d’un cadavre à un autre cadavre par exemple.

3. Le tout premier film date de 1910 et fait naître la créature dans un chaudron

Produit par la compagnie Edison et réalisé par James Searle Dawley, le Frankenstein de 1910 est le premier d’une looooongue série d’adaptations cinématographiques. Ce court métrage ne risque pas de vous effrayer mais les gesticulations du monstre (né dans une marmite géante !) valent le détour. Et puis ça ne dure que 12 petites minutes.

4. Bela Lugosi a failli incarner le monstre dans le classique de 1931

Début 1931, Bela Lugosi relance avec succès le mythe de Dracula sur grand écran, sous la direction de Tod Browning (réalisateur de Freaks l’année suivante). Dans la foulée, une nouvelle adaptation de Frankenstein est mise en branle et l’acteur hongrois est pressenti pour jouer le monstre. Quelques tests de maquillage plus tard, il est finalement disqualifié. C’est finalement son rival, Boris Karloff, qui décrochera le rôle, le transformant en superstar. Une belle occasion manquée donc (même si ça ne vaut pas Will Smith refusant le Neo de Matrix pour tourner Wild Wild West). Lugosi finira quand même par jouer le fameux monstre en 1943 dans Frankenstein rencontre le loup-garou.

Frankenstein 4

Michel Piccoli (à gauche) et Eddy Mitchell (à droite)

5. Michel Piccoli et Eddy Mitchell ont tous les deux joué le rôle de la créature

Cet article manquait un peu de french touch, non ? Heureusement, notre pays aussi s’est pris d’affection pour le mythe du bonhomme cousu. En 1952, alors que la licence est passée de mode, la parodie franchouillarde Torticola contre Frankensberg voit le jour. Dans ce film de 36 minutes, le monstre est incarné par un certain Michel Piccoli de 27 ans, affublé d’un costume qui fera date. Trente-deux ans plus tard, la comédie Frankenstein 90 voit Eddy Mitchell reprendre le flambeau. C’est qu’on sait se poiler, nous, en France !

6. Tim Burton a été viré de Disney à cause de son hommage Frankenweenie

Frankenstein 5Employé chez Disney, Tim Burton a été accusé de gaspiller les ressources de l’entreprise sur Frankenweenie, jugé trop effrayant pour un public familial. L’artiste a donc été renvoyé en 1984. Plus tard, Disney reconnaîtra son erreur en sortant le court métrage en version censurée sur VHS puis en version non censurée en bonus du DVD de L’Étrange Noël de monsieur Jack. Mieux vaut tard que jamais, hein.

7. Frankenstein Junior de Mel Brooks a inspiré Walk This Way d’Aerosmith

Début 1975, Aerosmith est en plein enregistrement de son troisième album Toys in the Attic. La partie instrumentale du morceau qui deviendra Walk This Way est dans la boîte mais toujours pas de titre ni de paroles. Le groupe et le producteur Jack Douglas décident alors de prendre une pause pour aller voir Frankenstein Junior au cinoche à Times Square. De retour vers le studio, les musiciens se marrent en se remémorant la scène où le personnage boiteux d’Igor demande au docteur de le suivre : « Walk this way… this way ». Douglas trouve que cela ferait un bon titre. Durant la nuit, le chanteur Steven Tyler partira de là pour écrire les paroles du tube que l’on connaît aujourd’hui.

8. Le réalisateur de Godzilla a fait s’affronter le monstre de Frankenstein et un kaijû

Ishirô Honda, réalisateur du tout premier Godzilla, a réalisé un long métrage opposant un kaijû et le monstre de Frankenstein devenu immense après avoir été exposé aux radiations de la bombe d’Hiroshima. WTF ? Ce Frankenstein vs. Baragon (1965) aura même droit à sa suite : La Guerre des monstres (1966), avec deux « Frankensteins » géants et poilus. Eh ben.

9. Frankenstein était le surnom d’un catcheur mexicain

Principalement connu sous le pseudo El Hijo de Cien Caras, le catcheur de lucha libre Eustacio Jiménez Ibarra s’est aussi fait appeler Frankenstein, sans doute davantage en référence au monstre qu’à son créateur (on pourrait d’ailleurs dire la même chose du pilote masqué de la série de films Death Race). Ibarra s’est fait assassiner dans une voiture en 2010 et n’est malheureusement pas revenu à la vie. Il avait 34 ans.

10. Argento, Romero, Cronenberg et del Toro ont tenté de réaliser leur propre version

En 1972, Dario Argento a coécrit un Frankenstein avec son compère Luigi Cozzi. Le script ne fut jamais réalisé. Même déveine pour George Romero et David Cronenberg dans les années 80. Guillermo del Toro aussi aimerait faire son propre Frankenstein… avec Benedict Cumberbatch dans le rôle du docteur. Il en parle depuis 2008 ! Pour le moment, le projet n’a pas abouti mais qui sait, peut-être pour le bicentenaire du bouquin, en 2018 ?

Sources : Black Mail Mag, imdb, Listverse, Mad Movies, Wikipedia

Partager