La chanson du jour : Masters of Sex et The Everly Brothers

La chanson du jour : Masters of Sex et The Everly Brothers

Bill et Libby, deux parents  opposés

Bill et Libby, deux parents opposés

La série : Masters of Sex

L’épisode : 2.01 « Parallax »

La chanson : « Bye bye love » par The Everly Brothers

La scène : Etre parent n’est pas chose aisée, et ce n’est pas Bill Masters qui vous dira le contraire. A l’aube de la saison 2 de Masters of Sex, il apparait que Bill est toujours aussi effrayé à l’idée de devoir s’occuper d’un bébé. Il a beau avoir eu à sa charge des centaines de naissances, lorsqu’il s’agit de sa propre progéniture, les choses sont plus compliquées.

Dans la scène en question, Bill tente tant bien que mal de travailler chez lui tandis que Libby s’est absentée et que son jeune fils, Johnny, ne cesse de pleurer dans son berceau. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la fibre paternelle n’est pas innée chez Bill Masters. Alors que les cris incessants du petit feraient accourir sa mère, Bill reste assis à son bureau, tâchant désespérément d’ignorer son fils. N’en pouvant plus, il se lève et fait quelques pas vers la chambre, avant de renoncer. Il se dirige alors vers son tourne-disque et met en marche le titre des Everly Brothers « Bye bye love » dans l’idée d’ainsi couvrir le bruit provoqué par le bébé. Il retourne ensuite à son bureau et ce sont désormais les paroles de la chanson qui résonnent à ses oreilles, et aux nôtres.

« Bye bye love, bye bye happiness, hello loneliness. » C’est bien le cas de le dire, car dans cette situation, Bill se sent bien seul et malheureux. Il ne sait pas comme se comporter avec son enfant, et semble même n’avoir aucune affection à son égard. Bien sur, rien ne le prouve, mais Masters ne semble pas investi dans sa vie de famille et il est évident que ce nouvel ajout dans son univers n’est pas ce qu’il souhaitait. La musique s’intérrompt brutalement et Bill voit alors que sa mère est là, portant le petit Johnny dans ses bras, un air de grande déception sur le visage. Bill aborde alors le fait qu’il est devenu comme son père, infidèle, alors qu’il ne voulait pas être comme lui. Et c’est sans doute cette crainte de reproduire les erreurs de son paternel qui pousse Bill a rejeté son propre fils.

Partager