• Home »
  • CINÉMA »
  • La Petite Rubrique des Horreurs : un « triple feature » pour Halloween
La Petite Rubrique des Horreurs : un « triple feature » pour Halloween

La Petite Rubrique des Horreurs : un « triple feature » pour Halloween

tripleGhouls, zombies, loups-garous, vampires, costumes approximatifs hors de prix, friandises miraculeusement validées par les dispositifs de sécurité alimentaire… Halloween est de retour ! Malheureusement, dans notre beau pays où l’horreur se voit culturellement réduite à la portion congrue, difficile de fêter dignement cette célébration païenne délicieusement macabre sans passer pour un trépané du bulbe rachidien ou un esclave du mercantilisme imposé par le grand méchant yankee aux dents longues.

Dans le meilleur des cas, une de vos connaissances aura peut-être la bonne idée d’organiser une soirée thématique costumée. Mais soyons lucides, la plupart des convives seront vraisemblablement hors sujet, affublés de postiches colorées improbables, d’accoutrements anachroniques « hilarants » empruntés à mémé ou pire, de panoplies de Tortues Ninja. Je vous conseille donc vivement d’opter pour une solution de repli stratégique, consistant à rassembler quelques amis triés sur le volet devant un écran pour assister à un triple programme endiablé, composé de films à la fois indéniablement horrifiques et assez légers pour ne pas plomber l’ambiance. Suivez le guide !

poster1Le retour des morts-vivants (1985) – réalisé par Dan O’Bannon

Vous allez me dire : « Oui, les zombies y’en a marre. On en bouffe à toutes les sauces ça devient franchement lourd ! » et vous aurez raison. Seulement voilà, avec cet excellente comédie noire, le génial Dan O’Bannon (co-créateur de la franchise Alien notamment, pour les deux du fond qui ne suivent pas) nous livre une relecture fraîche et excentrique de la figure du mort-vivant.

Ici, pas de toile de fond pseudo-allégorique cherchant à tenir un discours miteux sur l’état de décomposition avancée de notre société, mais juste un bon gros défouloir hilarant contant les mésaventures d’une bande de bras cassés aux prises à une invasion de cadavres ambulants.

Les acteurs en font des caisses tout en restant crédibles, le scénario est malin, les FX sublimes et l’approche premier degré de la menace confère au film un ton unique entre déconnade pure et terreur. Une petite bombe rythmée, sans concession, et pleine à craquer de répliques cultes, parfaite pour lancer votre soirée sur les chapeaux de roues.


 

poster2Re-Animator (1985) – réalisé par Stuart Gordon

Classique parmi les classiques, cette adaptation libre de la nouvelle Herbert West, réanimateur du grand H. P. Lovecraft, variation 80’s de la créature du Docteur Frankenstein, propulsera votre triple feature jusqu’au paradis des viandards. Déviant, gore, excessif, Re-Animator est LE film idéal à regarder en groupe. Tout y est parfaitement juste, de l’humour noir méticuleusement dosé aux effets visuels ahurissants en passant par l’interprétation cartoonesque de la distribution.

On retiendra d’ailleurs avant tout la performance habitée et hystérique du génial Jeffrey Combs, parfait dans le rôle de ce Prométhée moderne, sorte de rouleau compresseur humain guidé par un complexe démiurgique disproportionné le poussant à triturer, déformer et manipuler la chaire comme une banale matière première.

Captivant de la première à dernière minute, Re-Animator est truffé d’idées géniales toutes plus barrées les unes que les autres et d’hommages appuyés aux films d’Hitchcock et aux productions de la Hammer. Feu d’artifice de faux sang et de latex, il ne recule jamais devant la surenchère et le Grand-Guignol, prêt à tous les excès pour piétiner bienséance et puritanisme avec le sourire.


 

poster3Bad Taste (1987) – réalisé par Peter Jackson

Avant de passer le plus clair de son temps niché dans son hélicoptère à filmer des Hobbits gambadant dans les vertes prairies néo-zélandaises (comment ça je caricature ?), Peter Jackson était un aficionado de l’explosion de boite crânienne et du démembrement appliqué. Un gars simple, n’ayant besoin que de quelques amis, d’une imagination foisonnante et d’une caméra Super 16 pour pondre le film culte qu’est Bad Taste. Pourtant, on retrouve déjà dans cette histoire d’invasion d’extraterrestres belliqueux, toute l’ingéniosité, l’inventivité et l’humour bas du front du papa des Feebles et de Braindead. Ce gout évident pour la transgression, le crado, le politiquement incorrect.

Modeste, Bad Taste est avant tout un film de potes réalisé avec trois bouts de ficelles et Peter Jackson assume totalement ce statut de production à l’arrache, tout en orchestrant des scènes à la fois incroyablement ambitieuses et remarquablement maîtrisées malgré un budget famélique. Drôle, foutraque, généreux, il saura clore comme il se doit votre micro-marathon horrifique et servira de trait d’union parfait si, comme un gros warrior, vous choisissez d’enchaîner avec Braindead pour enfoncer le clou rouillé jusqu’à l’aube.

Partager