• Home »
  • INTERVIEWS »
  • Lazy Company, côté musique (interviews de Jean-Sébastien Vermalle et Thomas Cappeau)
Lazy Company, côté musique (interviews de Jean-Sébastien Vermalle et Thomas Cappeau)

Lazy Company, côté musique (interviews de Jean-Sébastien Vermalle et Thomas Cappeau)

LAZY_COMP-1 (1024x683)La musique dans Lazy Company est un élément plutôt omniprésent et constamment en évolution entre les deux saisons que compte la saison. Au lendemain de la diffusion des épisodes 7 et 8 sur OCS, on se penche sur la composition des musiques et effets sonores. Première chose à savoir : le travail sur la musique est le fruit d’un travail de deux compositeurs : Jean-Sébastien Vermalle et Thomas Cappeau. Le premier est un Tourangeau musicien autodidacte, qui fait aussi de l’électro sous le pseudo de Janski Beeeats après un passage dans un groupe local de punk-rock, Sex And $. Le second travaille sur l’habillage sonore pour la série et compose aussi pour d’autres productions d’Empreinte Digitale, et a composé beaucoup de thèmes en saison 2. Plusieurs chansons ont été composées par Samuel Réhaut en saison 2, dont une inspirée d’un texte d’Arthur Rimbaud, Sensations. Sur la composition du générique : Jean-Sébastien Vermalle avait composé la musique d’un court-métrage auquel participait Samuel Bodin, Ashes To Ashes. « En 2012, il m’a demandé de faire un essai pour la série, en me demandant un thème à la Ennio Morricone avec beaucoup de violons. Le résultat ne lui convenait pas, et il m’a demandé quelque chose de plus péchu. Donc je suis parti sur un générique qui me rappelait Thierry La Fronde, avec un trio guitare-basse-batterie, j’ai tout joué. Il y a un long morceau orchestral de 6 minutes, intitulé « The Company » avec un mélange de mélodies au violon, de choeurs, d’arrangements de cuivres avec trompettes, des cors… Et à la fin, il y a un passage plus accéléré, où il y a tout qui pète, et c’est ce passage qui a été réutilisé pour le générique. J’ai été élevé avec des films comme « Mon Nom est Personne » et le « Bon, la Brute et le Truand« , des musiques de film comme ça, d’où l’inspiration. » Sur la saison 1, il a passé environ 2 mois sur les cinq à six morceaux fournis. Sur les thèmes des personnages : Jean-Sébastien Vermalle n’a pas eu à composer de thèmes pour les soldats de la Lazy. Mais c’est le cas de Thomas Cappeau, avec le « Private Chester » en saison 1. « En revanche, il y a un thème sur l’arrivée des résistantes, qui est du surf-glam à la Tarantino, avec des guitares trémolo à la Kill Bill. », ajoute Jean-Sébastien Vermalle. Les nazis ont aussi droit de cité, avec plusieurs thèmes récurrents sur la saison 2, comme celui du Docteur Von Über. Sur l’ambiance plus folk de certaines chansons : « Les chansons de Samuel Réhaut s’inscrivent dans cette lignée », selon Thomas Cappeau. Parmi les thèmes que Jean-Sébastien Vermalle a apporté cette saison, « Isla et Nils » pendant l’épisode 3 s’inscrit dans cette lignée : « C’est un titre guitare-voix. Samuel [Bodin, cocréateur] m’a demandé quelque chose qui sonnait un peu comme Elliott Smith ». Sur les chœurs : Les deux compositeurs de la « Lazy » travaillent avec des logiciels de MAO (Musique Assistée par Ordinateur), avec ici et là des ajouts d’instruments lives (des guitares, bien sûr, et une trompette par-ci, une percussion par là). « Ce qui est marrant pour les choeurs, c’est qu’il y a une ligne principale, qu’il faut ré-enregistrer 20 ou 25 fois », confie Jean-Sébastien Vermalle. « Pour ceux du générique, j’ai dû les refaire entre 40 et 50 fois ». Sur l’habillage sonore : « Que ce soit pour la musique ou le bruitage les créateurs de la série veulent du cinéma », explique Thomas Cappeau. « Le mot d’ordre c’est le spectaculaire. Une des règles, c’est que le bruitage ne désamorce jamais l’action, ou prenne le pas sur ce qui est raconté. Par exemple, sur les coups de poing de la Lazy, on va partir sur des coups de poing à la Ben Burtt sur Indiana Jones. Mais on va varier sur des coups de poing donnés par La Jeanne à Niels, qui seront plus basés sur l’émotion, plus réalistes. » Sur les bruits d’arme, il travaille avec un bruiteur qui pourra reproduire les sons d’un MP-40. Là encore, il y a toujours des exceptions : « On a des choses plus comiques, comme le Colt 45 du Patriote, qui est surgonflé. Donc c’est comme si trois armes différentes tiraient en même temps. Mais même sur des sons de canon, on partira sur des choses plus vraies. » Sur les covers et les inspirations ciné : « J’ai tendance à composer certains morceaux en amont, suivant les indications données. Cette saison je savais qu’on partirait sur des choses plus « Indiana Jones », donc je suis parti sur ces bases-là », détaille Thomas Cappeau, qui a composé une grosse partie des morceaux de l’épisode 3, un hommage aux films de monstre d’Universal et des films de la Hammer. Une filiation BO qui est toute naturelle : « On me demande beaucoup de covers (ndr : c’est-à-dire de reproduire l’esprit de bandes originales de film données). Globalement, j’obtiens ça en MAO avec plusieurs patches de violons, mais l’essentiel est d’obtenir un rendu correct. » Il travaille surtout à l’oreille, d’où un temps fou passé à reproduire des orchestrations de compositeurs que l’équipe admire. « On travaille avec une équipe de monteurs qui est très cinéphile, et qui admirent les John Williams, Jerry Goldsmith ou Marco Beltrami. Y a un morceau plutôt marrant que j’ai composé avec des sons de glockenspiel (« Cher Journal », en intro du 2.03), qui est inspiré du score d’Alexandre Desplat pour Moonrise Kingdom. Mais il ne pense jamais en termes de pastiche, « sauf lorsque c’est explicitement ce qui est demandé. Le seul morceau qui s’en rapproche, c’est la scène de l’enterrement du patriote, avec des cordes façon Hans Zimmer, pleines d’emphase », ajoute Thomas Cappeau. La plupart des morceaux sont composés en post-production, à l’image, comme celui avec Hitler et De Gaulle, où l’inspiration est venue d’Alan Silvestri et Predator. « L’essentiel c’est d’être efficace à l’image », conclut-il. Next? En attendant une possible saison 3, Jean-Sébastien Vermalle continue ses productions sous le pseudo Janski Beeeats et s’apprête à composer la musique d’un court-métrage intitulé Zlatan. Il a aussi fait une courte apparition en soldat dans la saison 2. Thomas Cappeau continue à travailler pour les productions Empreinte Digitale.

L’ensemble des thèmes composés pour les deux saisons est en ligne sur Soundcloud. Les chansons sont dans une playlist séparée ici, et sont assurées pour la saison 2 par Samuel Réhaut. 

Partager