Lazy Company, saison 2 : gros plan sur « Petits secrets » (2.03)

Lazy Company, saison 2 : gros plan sur « Petits secrets » (2.03)

Alexandre Philip et Samuel Bodin, cocréateurs de Lazy Company. Photo Daily Mars

Alexandre Philip et Samuel Bodin, cocréateurs de Lazy Company. Photo Daily Mars

Depuis le 31 mars, OCS City diffuse la deuxième saison de Lazy Company, la comédie d’aventures du label OCS Signature créée par Samuel Bodin et Alexandre Philip. Aujourd’hui, on évoque avec eux sur le troisième épisode de la saison 2. Un épisode en noir et blanc, où il est question d’amour, de saucisses et de morts-vivants (si vous ne l’avez pas vu, ne lisez pas ce qui suit).

Comment vous est venue l’idée de cet épisode ?

Samuel Bodin : « On savait que cette saison, Niels allait apprendre où se situe l’amour, et combien ce sentiment peut être complexe. Il devait découvrir que cela pouvait autre chose que tout noir ou tout blanc, alors qu’il sortait d’une relation où il était complètement fou de quelqu’un. Pour que ce soit possible, pour qu’il ressente des sentiments, on s’est dit qu’il fallait qu’Isla le lui permette. Sauf qu’elle est morte. On s’est donc demandé comment on pourrait le libérer. Et c’est de cette façon que l’on s’est dit qu’il fallait qu’elle revienne. Mais s’il doit la faire revenir, forcément, vu comment ils sont doués, ça va dégénérer. C’est de cette façon que l’on a pensé aux films de Romero avant de dériver vers de plus vieux films. Avec notre chef opérateur, on a pensé à La Maison du Diable, de Robert Wise. On l’a taillé en pièces pour se demande « Comment va-t-on l’éclairer différemment, avec le temps qu’on a ? » (rires). Le point de vue, au fond, reste très romantique. C’est souvent le fond du fantastique. Notre histoire est terminée et ne t’enferme pas là-dedans. Au bout du compte, on est passé par ce chemin parce que l’histoire nous le demandait. Après, on s’est amusé ».

Après l’épisode hommage aux comédies musicales de la saison 1, vous récidivez… 

Lazy_Company_Logo_saison_2Alexandre Philip : « On aime l’idée d’imaginer un épisode spécial et celui-ci s’est un peu imposé à nous. C’est notre épisode d’Halloween, en quelque sorte. Si on était aux Etats-Unis, c’est un épisode qui aurait pu être diffusé un 31 octobre. Mais on ne s’est pas dit « Si on faisait un truc avec des zombies parce que c’était à la mode, et en noir et blanc parce que c’est différent ». On avait envie de s’essayer au genre mais très vite, en écriture, on s’est rendu compte que cela servait l’histoire à ce moment-là ».

Le final est à la fois émouvant et complètement barré…

S.B. : « Dans cette saison, on a finalement eu mille fois plus l’occasion de parler de ce dont on voulait vraiment parler. C’est Tolstoï qui disait que le bonheur absolu n’existe pas mais le malheur absolu non plus. Comme avec cette femme morte qui revient pour dire « Maintenant, tu peux aimer les autres ». Avec des saucisses autour du cou et un tourne-disque dans les bras. Cette année, on a plein de moments comme ça ».

La semaine prochaine : zoom sur l’épisode 6, Tic Tac, et ses conditions de fabrication.

Lazy Company (saison 2) est diffusée tous les lundi soirs à 22h55/23h sur OCS City.

Partager