Le Club : quand Dagobert n’est plus

Le Club : quand Dagobert n’est plus

Note de l'auteur

Michel Pagel réécrit le mythe du Club des cinq, où quand les personnages d’Enid Blyton deviennent adultes dans un monde bien étrange.

379L’histoire : Dagobert est mort. Depuis, les membres du Club des cinq vivent chacun de leur côté, François, Claude, Annie et Mick. Pour Noël, pourtant, Claude décide d’inviter toute la bande et autres membres de leurs aventures, dans sa maison de vacances. Mais, alors que la neige tombe et les isole, quelqu’un en profite pour assassiner la mère de Claude. L’assassin est forcément parmi eux. Et qui sont ces Julian, George, Annie, Dick qui leur rendent visite ?

Mon avis : Michel Pagel sait faire vivre les monstres de notre enfance, et jouer sur une certaine nostalgie, mélancolie, liée aux joies et tristesses simples de l’été. Cela, il le prouve depuis son livre Cinéterreparu en 1998, où dans un univers issu de la Hammer, Dracula et Frankenstein sont en guerre.

Ici aussi, une pointe de fantastique et un gros seau de frissons. Claude vit avec sa compagne, François, droit dans ses bottes, ne supporte pas le moindre écart au protocole… Peu de bonheur dans ce monde, où chacun se remémore son enfance avec un fort ressentiment contre le temps qui passe. Dur, sans concession, nous sommes bien loin de l’insouciance de Kernach.

c5_le_club_des_cinq_et_le_coffre_aux_merveilles_vermeilleAlors, si les amateurs de l’œuvre originale d’Enid Blyton y trouveront leur compte, le récit risque de sembler bien abscons à ceux qui ne l’ont pas lue enfant, où ne connaissent pas les noms des pendants anglais de nos héros. En effet, on passe d’un univers à l’autre, de l’Angleterre à la France, et cela sans que ce ne soit forcément expliquer. Principal défaut de ce roman noir, pour ceux qui ont lu ces livres, mais ne s’en rappellent pas forcément, ou pour ceux qui avaient envie de découvrir Michel Pagel, qui risquent d’être bien perdus (un lexique, ou un rappel de ce qu’était le Club des cinq aurait peut-être pu pallier à cela).

Les autres apprécieront sans doute de rencontrer ces adultes, bien qu’ils soient la somme des échecs de la société. Comment vivre, en effet, quand on a eu des étés aussi magiques ? Comment être adulte ? La réponse est cruelle et sa violence dramatique. Dans ce polar, n’espérez pas retourner dans une aventure enfantine. C’est un drame.

Si vous aimez : les polars noirs, avec une bonne touche de désespoir.

La serie TV, ITV.

La serie TV, ITV.

Autour du livre : Se mélange roman français et anglais. Mieux vaut donc se souvenir des noms anglais de la série originelle, The Famous five : Claude – George, François – Julian, Mick – Dick, Annie- Ann, Dagobert – Timmy.

Extrait : « Pierre-Louis Lagarde, dit Pilou : un archétype. Le blouson de cuir, les bottes pointues, la chaîne en or, le teint cuivré, la fine moustache et, malgré le sommet du crâne dégarni, les cheveux longs, le catogan. Et puis les lunettes noires qu’il ôte et replie avec précautions avant de les glisser dans la poche-poitrine de sa chemise, une branche en dehors – celle sur laquelle il y a la marque.
Sa compagne qui descend de la Porsche gris métallisé : un archétype. Le tailleur court, les escarpins, les bijoux nombreux mais de bon goût, or et diamants, peut-être faux, la longue chevelure auburn ondulée au fer, peut-être fausse, la silhouette de mannequin, la bouche pulpeuse, les yeux bleus… La jeunesse.
Plus il a peur de vieillir, plus il les prend jeunes, se dit Claude. »

Sortie : 3 mars 2016, éditions Les Moutons électriques, 154 pages, 15 euros.

Partager