Le « Comment ça un Top 10 ? » de Thibaud Smithee

Le « Comment ça un Top 10 ? » de Thibaud Smithee

1513775_10205175944295056_3637593650395543059_n

Faire un Top 10, c’est toujours galère. Déjà parce que se repasser toutes les semaines de l’année une par une sur AlloCiné pour se souvenir des films, c’est long, et ensuite réduire tout ça à 10 films, c’est pas évident. Et 2014 a beau avoir été une magnifique année ciné, j’ai tellement trop bien réduit, que je suis arrivé à un Top 7 des films qui m’ont bien tout bousculé dans mon fauteuil. Et sans ordre particulier.
Comment ça, on est obligé d’en mettre 10 ?

 

Enemy-4Enemy, de Denis Villeneuve.

Le thriller psychologique est un genre bien trop rare, et il est bon de le voir mis en forme par l’un des réalisateurs les plus doués de sa génération, le talentueux Denis Villeneuve (Prisoners, Incendies…). Comme toujours, le montage est fou, la mise en scène est sublime -oppressante à souhait- et Jake Gyllenhaal tient ici sans doute son meilleur rôle de l’année.

Night Call, de Dan Gilroy.

J’ai l’intention de mettre tous les films de Jake Gyllenhaal dans mon top cette année. Sans blague, ce premier film plein de promesses a été aussi l’un des films à voir. Moins ébouriffant visuellement que le Villeneuve, mais plein d’idées et privilégiant l’économie et l’efficacité, principe bien oublié de nos jours. L’histoire et son propos accrocheur sont diablement bien traités, et je vous ai dit que Jake Gyllenhaal était bon ?

GONE+GIRL+Movie+HD+Trailer+Captures00004_1_1Gone Girl, de David Fincher.

Parce que le patron, malgré ces petits nouveaux, ça reste Fincher. Mise en scène au cordeau, glaciale, coupante, efficace. Histoire comme toujours très incisive sur les États-Unis, et là encore les médias, Fincher prouve qu’il est toujours ce petit rebelle de la famille, sagement assis à table pour mieux décocher un missile dans la face de l’oncle patriote lors du repas de Noël. Oubliez de prendre parti pour la morale du film, vous n’êtes pas obligé. Profitez simplement. Rosamund Pike y est phénoménale.

Boyhood, de Richard Linklater.

Projet monstrueux que ce film réalisé sur 12 ans (Linklater-style), Boyhood n’en reste pas moins magnifique par sa capacité à rester modeste dans son propos, sur la vie ordinaire, et juste en tout point. Si l’ambition du film est énorme, son écriture regarde droit dans les yeux des spectateurs, et trouve toujours les mots justes. Malgré quelques petites longueurs, un inoubliable moment de cinéma.

Interstellar, de Christopher Nolan.

interstellar_movie_still_2

Je n’ai pas bien compris ce qui est arrivé à ce film. D’abord adulé, puis moqué, puis haï. On en oublierait presque de se souvenir ce qu’était le blockbuster hollywoodien avant l’arrivée de Nolan.

Ambitions dans le fond et dans la forme, même si on voit les grosses ficelles et que le réal’ s’y perd un peu, l’expérience reste folle, et donne tout son sens à ce qu’on attend du cinéma : du grand, du beau, qui fait lever les yeux de ses pompes et regarder les étoiles comme jamais. Profitez bien de votre bashing rituel, moi je suis toujours heureux de ce que Nolan nous offre.

Whiplash, de Damien Chazelle.

La dernière bonne surprise de l’année, un peu attendue. Malgré l’esthétique indé un peu irritante, Chazelle propose du nouveau, dans le découpage, dans le rythme, dans l’énergie. Un film qui tient en haleine jusqu’au bout, et d’une efficacité à toutes épreuves (à part celle du Docteur No ?). Whiplash ne serait rien sans son duo d’acteurs, J.K. Simmons et Miles Teller.

2630c765-b441-4541-905c-2595215bd534-460x276Mommy, de Xavier Dolan.

On va arrêter d’être étonné de la précocité du jeune homme, et reconnaître qu’il est un vrai bon réal, et l’un des rares à repousser les limites des genres, des formes et des conventions. Tout ça sans oublier son amour des acteurs et son goût rétro pour la poésie filmique. Content de savoir qu’il nous reste encore bien 50 piges pour voir ce qu’il va nous proposer.

 

Et ben voilà, j’ai fini mon to… Comment ça 10 films ? Faut vraiment mettre 10 films ? Parce que je sais pas moi, mais à part ceux-ci, même si les autres étaient tops, c’était quand même d’un autre niveau. Non mais calme toi IntheBlix, lâche cette arme !  Okay ! Je vais le faire ton top 10 !

Refroidis, de Hans Petter Moland.

C’était bien, drôle et tout. Mais dans le top ? Pou… Pourquoi  John Plissken s’approche avec un couteau ? OKAY OKAY ! Voir Stellan Skarsgard et Bruno Ganz défourailler des gens c’était fun ! J’avoue ! Et puis la réal est nickel aussi ! Ça vous va !?

01Dragons 2, de Dean Deblois.

C’est vrai que c’était une bonne surprise, les suites étant d’habitude pas folles. Et puis ça gagne en ambition et en ampleur, ce qui est pas pour déplaire. Mais y a encore des gros poncifs qui fatiguent un peu, et je me vois pas le mettre da… Intheblix ? Pourquoi ma mère est attachée à une chaise ? J’en suis à 9, libère là !

Grand Budapest Hotel, de Wes Anderson.

Pareil, les plans sont sans doute parmi les plus beaux cette année, et j’accroche bien à la galerie de personnages et à l’humour pince-sans-rire de Wes Anderson. Mais c’est un peu long quand même. Euh… non non ! C’est très bien, c’est très bien !

 

C’est bon maintenant ? On peut passer à l’année prochaine ? Parce que je vous rappelle que si 2014 était vraiment cool, 2015 s’annonce fou : Mad Max, Spectre, Star Wars, Mission : Impossible

Comment ça, je n’en verrai pas la couleur ?

*PAN*

Partager