• Home »
  • CINÉMA »
  • Le Dr No critique… Looper : « carnaval indigeste d’invraisemblances »
Le Dr No critique… Looper : « carnaval indigeste d’invraisemblances »

Le Dr No critique… Looper : « carnaval indigeste d’invraisemblances »

Hé ben voilà, grâce à mon inattention lamentable, j’ai perdu la muselière du Dr No. Du coup, après Skyfall, il a eu le temps de s’en prendre à un autre film par ailleurs congratulé sur le Daily Mars. En d’autres termes, les lignes qui vont suivre n’engagent que leur auteur malade ! Cela dit, tout comme Skyfall, reconnaissons aussi que Looper n’a pas que des amis et que No fait partie de ceux là (les « pas amis »). Découvrez sa vindicte et osez croiser le fer avec lui, allez ! Bon alors cette muselière…

 

 

 

 

 

Avec l’étourdissant BRICK en 2005, Rian Johnson signait un teen movie/film noir ultra original, fascinant de mélancolie et visuellement étourdissant (genre l’improbable rencontre entre Jim Thompson et John Hugues). Avec LOOPER (on oublie le poussif et anecdotique FRÈRES BLOOM de 2008) Rian Johnson tente une nouvelle association, pas du tout originale celle-là. Un cocktail science-fiction-série noire. Comme BLADE RUNNER quoi. Mais version nanarde… Incroyablement nanarde.

LOOPER est une espèce de bouillie pour bébé totalement indigeste. Un grand machin prétentieux mais prétentieux qui plagie sans aucun scrupule ni aucune idée nouvelle les (plus ou moins) grands films de genre de ces dernières décennies. On voit défiler tristement des pans entier de BLADE RUNNER, AKIRA, la franchise X-MEN, LES FILS DE L’HOMME, SOLEIL VERT, TERMINATOR, UNIVERSAL SOLDIER (oui, oui, la purgeasse cosmique avec Van Damme!), TIME OUT, LA JETÉE (et son super remake L’ARMÉE DES 12 SINGES), MINORITY REPORT et probablement d’autres trucs que j’ai oublié…

On est en 2044 et Joe (Joseph Gordon Levitt, défiguré pour ressembler à Bruce Willis sauf que c’est complètement foiré, super!!) est un tueur un peu spécial. Un mec qui butte des gars venus du futur avec un gros flingue grotesque (les gunfights du film sont d’ailleurs plus ridicules les uns que les autres). Un jour il doit se tuer lui-même. Il n’y arrive pas (ça n’a aucun sens mais sinon y aurait pas de film quoi). Son lui-même du futur de demain de dans 30 ans s’échappe et la traque mongolo commence. Les impossibilités temporelles et scénaristiques dégueulasses aussi.

LOOPER est un carnaval indigeste d’invraisemblances qui frisent le foutage de gueule. C’est du grand n’importe quoi ce truc. Le jeune Joe pourchasse le vieux Joe qui pourchasse des enfants (coucou TERMINATOR) dont l’un d’entre eux est le futur commanditaire de son assassinat. LOOPER, c’est rien qu’un grotesque océan d’esbrouffe… Une putain d’arnaque… Encore une bordel!

2012. USA/Chine. Réalisé par Rian Johnson. Avec Joseph Gordon-Levitt, Bruce Willis, Emily Blunt… En salles

Partager