LE FLOP 2015 du dr No

LE FLOP 2015 du dr No

1. STAR WARS : LE RÉVEIL DE LA FORCE
Réalisé par J.J. Abrams
Avec J.J. Abrams aux commandes du revival Star Wars, la peur de la citation permanente et du néant cinématographique était à son comble… Et le fossoyeur de la franchise Star Trek se vautre dans le grand nawak nostalgique blindé d’incohérences dégueulasses… L’horreur… La grande, l’immense arnaque de l’année !
La review ici

2. MAD MAX: FURY ROAD
Réalisé par George Miller
Mais comment le grand George Miller a-t-il pu trahir comme ça son propre mythe ? Mad Max: Fury Road où l’histoire d’une trahison systématique… Un Max Rockatanbidulosky inexistant, des CGI dégoulinants de partout, un univers grotesque sorti des pires post-apo italiens et des filtres bariolés à devenir fou… L’immense déception de l’année…
La review ici

3. JUPITER : LE DESTIN DE L’UNIVERS
Réalisé par Lana & Andy Wachowski
Les Wacho sont fous dans leurs têtes de cinéastes bicéphales… Après le festival de romantisme neuneu et de faux nez et de perruques délirantes (coucou Cloud Atlas), les voilà qui transposent le mythe de Cendrillon dans les étoiles et dans une photocopie tarée de Flash Gordon… Un machin d’une naïveté sidérante et (involontairement) drôle à s’en décrocher la mâchoire… Le nanar de l’année !!!
La review ici

4. SPECTRE
Réalisé par Sam Mendes
Après avoir trahi le mythe de James Bond avec Skyfall, Sam Mendes décide de fusionner tous les 007 de l’histoire en un seul film… Pour un résultat insupportable. Incohérent du début à la fin. Et Mendes de s’imaginer comme le fossoyeur ultime du super espion avec son final ridicule. La baudruche mégalo de l’année !
La review ici

5. KINGSMAN – SERVICES SECRETS
Réalisé par Matthew Vaughn
Matthew Vaughn adapte un comic book décapant (signé Mark Millar et Dave Gibbons) et transforme cette parodie de James Bond, matinée d’Harry Potter en actioner taré… Pour finir dans l’apologie cool et décomplexée du meurtre. Le tout baignant dans une vulgarité hallucinante…
La review ici

6. HACKER
Réalisé par Michael Mann
On est sans nouvelle du génie Michael Mann depuis une putain d’éternité. Et c’est pas ce consternant Hacker qui va le faire revenir au premier plan. Ok, l’esthétique 80’s est de sortie… Ok, les gunfights maniérés aussi… Mais le propos suranné (les ordinateurs c’est dangereux les enfants, y a des pirates dedans) pulvérise tout sur son passage… L’enfer…
La review ici

7. LES PORTES DU SOLEIL
Réalisé par Jean-Marc Minéo
Dans le genre nanar improbable, ce polar taré, propagande à peine déguisée à la gloire du gouvernement algérien, s’impose comme le grand nawak de l’année (les Wacho étant intouchables). Entre un Smaïn nostalgique de l’OAS et une Lorie en tueuse implacable, un bellâtre au regard bovin se prend pour Chuck Norris et pulvérise du méchant dans ce machin pire que les pires prod Cannon Group !
La review ici

8. ENRAGÉS
Réalisé par Eric Hannezo
Le remake taré de l’année… Eric Hannezo (un tocard venu de la télé) nous balance sa version du chef-d’œuvre posthume de Mario Bava, Cani Arrabbiati. Une version hideuse qui fuit le huis clos oppressant de l’original pour se vautrer dans la citation imbécile des grands formalistes 80’s… Fascinant de nullité…
La review ici

9. ROBIN DES BOIS, LA VÉRITABLE HISTOIRE
Réalisé par Anthony Marciano
Il fallait bien une comédie française pas drôle dans ce Flop 10 2015. Et c’est l’incroyable Robin des bois, signé de l’équipe derrière Les Gamins qui remporte haut la main le trophée de pire comédie de l’année (et la concurrence était rude !!). Cette photocopie pas drôle un seul putain d’instant du déjà pas drôle Sacré Robin des bois de Mel Brooks atteint des limites jamais franchises par un cinéma comique franchouillard généreux en navets cyniques…
La review ici

10. THE GREEN INFERNO/KNOCK KNOCK
Réalisés par Eli Roth
Doublé invraisemblable de nullité signé Eli Roth… Perdu dans les limbes de la connerie cinématographique depuis son génial Hostel, Eli nous a offert coup sur coup un home invasion sexiste moralisateur dégénéré (ça c’est Knock Knock) et un « hommage » imbécile à la cannibalxploitation ritalienne des 80’s, mais sans le discours nihiliste. The Green Inferno fait dans l’humour pas drôle et le moralisme (encore bordel !!!) rance… Quel putain de doublé !
La review de The Green inferno c’est ici
La review de Knock Knock c’est là

Partager