On a lu le Kabbaliste de Prague (t1) de Pierre Makyo, Marek Halter, Lucas Raimondo

On a lu le Kabbaliste de Prague (t1) de Pierre Makyo, Marek Halter, Lucas Raimondo

Note de l'auteur

501 KABBALISTE DE PRAGUE T01[BD].inddÀ la fin du XVIe siècle, Le Kabbaliste de Prague, adaptation du roman de Marek Halter, nous invite à une immersion dans les us et coutumes du peuple juif d’Europe centrale. Ésotérisme, quête de sciences et de sens, ce premier opus se veut une générale. Vivement la première qui aura lieu dans le deuxième tome.

L’histoire : David Gans, élève de la plus haute autorité juive d’Europe centrale, le rabin Maharal de Prague, se veut le témoin de la puissance infinie de Dieu. Dans une quête effrénée dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles, ce rabbi est chargé de faire le tour des plus illustres savants pour glaner le maximum d’informations sur la Terre et les étoiles. Ce, afin d’amener l’empereur Rodolphe à la connaissance de l’univers. En échange, le Saint-Empire romain-germanique protégera le peuple d’Israël.

Mon avis : Tirée du roman éponyme de Marek Halter, cette BD est aussi intéressante que difficile à comprendre. Cette plongée dans la mythologie juive de la « Mitteleuropa » demande une forte connaissance de la culture de cette religion, de ses fondamentaux et de ses représentations. Dans un livre, le verbe permet de circonscrire un sujet, d’amener son lecteur vers la compréhension globale. Franchement, là, et après plusieurs relectures, cela reste un énorme chantier. Le concept de Golem, le Siracide, la Kabbale… Trois termes choisis au hasard parmi tant d’autres qui ne font que révéler mon impéritie. Sans un bon dico ou un mauvais wikipedia, bonne chance. Malheureusement, je crains de ne pas être une exception. La lecture de ce premier tome n’est donc pas à la portée de tous. Pas à la mienne en tout cas et en ce sens, l’objectif universel est manqué.

Reste que cette aventure est captivante car elle met en scène, un homme, David Gans, qui a voué sa vie à l’étude de sa religion et qui va se trouver confronté à ses limites. Peut-il aimer, doit-il aimer la petite-fille de son absolu de vérité, le grand Maharal ?

C’est prenant, c’est captivant et on a envie d’en savoir plus. Surtout que l’impression générale reste que les auteurs ont d’emblée posé un cadre et que le plus important va arriver, on l’espère, dans le tome 2. Le décor est posé. Après cette mise en place longue à défaut d’être ennuyeuse, place à l’intrigue.9782344005576-P-1G

Si vous aimez : La vérité si je mens II de Thomas Gilou. Non, on plaisante évidemment. En revanche, n’hésitez pas à vous munir du Le judaïsme pour les nuls de Ted Falcon.

En accompagnement : un bon bol de Rosol, le pot au feu d’Europe centrale.

makyo01Autour de la BD : Le scénario est fidèle au roman initial. Pierre Makyo (notre photo), Balade au bout du monde, Cœur d’Islande…, nous fait vivre de façon haletante cette Bohème où science et religion font bon ménage. Le dessin de Luca Raimondo est réaliste et se sert beaucoup de l’architecture pour donner de la perspective.

Extrait : Eva : « Tout ce que je ne peux pas faire avec Isaïe, je le ferai avec toi en pleurant de bonheur, David, tu le sais. J’ai même rêvé que tu en aurais le courage, mais je sais bien que non. »

David : « Eva, tu ne dois pas… »

Eva : « Je sais tout ce que tu peux dire. Je sais tout ce que tu penses. Et je ne t’en veux pas. C’est ainsi. Je ne te demande rien d’autre que de continuer à m’aimer. »

Sortie: 11 mai 2016, Glénat, 56 pages, 14,50€.

Partager