• Home »
  • SÉRIES »
  • Le point de non-retour dans les séries, épisode 4 (Grey’s Anatomy, American Horror Story, Misfits)
Le point de non-retour dans les séries, épisode 4 (Grey’s Anatomy, American Horror Story, Misfits)

Le point de non-retour dans les séries, épisode 4 (Grey’s Anatomy, American Horror Story, Misfits)

1. Izzie couche avec sa tumeur

La série : Grey’s Anatomy

L’épisode : 5×09 – In The Midnight Hour

par Marine Pérot

Mon mec, le fantôme de mon ex et moi, ce triangle amoureux improbable.

Il était une fois une storyline de la saison 5 de Grey’s Anatomy qui a presque fait basculer la série dans le surnaturel. Un beau matin, Izzie se met à voir son défunt fiancé Denny. Jusque ici, rien de plus normal. Il est MORT, mais c’est normal. Il est MORT mais Izzie ne se pose pas plus de question que ça et, comme ça fait longtemps qu’ils ne se sont pas vu, ils recommencent à fricoter ensemble. On est dans Grey’s Anatomy, une série prétendument médicale, mais tout ceci est parfaitement normal.

A ce moment là de la série, Izzie est en couple avec Alex, mais comme Denny c’est l’amour de sa vie, le voir débarquer dans sa chambre lui fait momentanément oublier l’existence d’Alex. Enfin si, à un moment donné Izzie se dit qu’elle devrait choisir entre Alex et Denny, parce que tromper son mec avec le fantôme de son ex c’est pas très classe. Qu’elle en vienne à se dire qu’elle doit choisir entre son copain vivant et son amant mort, ça me dépasse.

Alors ça continue sur cette lancée pendant je ne sais plus combien d’épisodes jusqu’à ce qu’Izzie se dise (enfin!) que coucher avec un fantôme c’est moyennement normal comme activité. Du coup, en bon toubib, elle commence à s’auto-examiner (non mais tant qu’à écrire une storyline sous ecstasy, autant y aller à fond). Et là, horreur, elle découvre qu’en fait elle est malade (sans blague). Izzie ne couche pas avec Denny, en fait, elle couche avec sa tumeur au cerveau. Pour les fans d’Urgences, souvenez-vous du traitement de l’histoire de la tumeur de Mark. Vous l’avez bien en tête ? Maintenant relisez cette phrase plusieurs fois : Izzie couche avec le fantôme de son fiancé décédé qui est en fait la manifestation de sa tumeur. Voilà. Au secours.

2. Drakkar nouar

La série : American Horror Story Asylum

L’épisode : 2×01 – Welcome To Briarcliff

par Dominique Montay

Qui a dit qu’elles étaient impénétrables ?

Alors si on écoute (comme moi) assidûment le Nerdist Writers Panel, on peut avoir eu la chance d’entendre Tim Minear dire que, quand quelque chose est drôle dans American Horror Story, bien sûr que c’est voulu ! La writers room de cette série devrait se lancer dans la comédie. Ou contacter au plus vite Kurt Sutter pour être sur Diva. Clown. Killer. (je ne sais pas pourquoi, mais ça sonne juste, comme association).

American Horror Story, c’est la série du buzz, du provocant, du gratuit. Le but est de choquer à tout prix. De mettre mal à l’aise si possible. Pour ce qui est de faire peur, la série ne respectant aucun code du genre, on repassera, mais ce n’est pas bien grave. Qui a besoin d’avoir peur quand on a Jessica Lange en nuisette rouge qui se parfume en faisant des moues évocatrices ?

Une scène d’un ridicule absolu, qui au final ne raconte rien (ah si, la soeur Marie Eunice a grave envie de pécho parce que ça fait longtemps… voilà voilà), et risible, donc. Mais, heureusement, Minear l’a dit, c’est exprès ! Ca a l’air moins grotesque, du coup, tiens.

3. La boucle temporelle de l’amour

La série : Misfits

L’épisode : 3×08 – Episode 8

Par Sullivan Le Postec

Le ninja masqué quand Alisha le découvre sans son masque. Ni le reste de ses habits

Dès la fin de la première saison de Misfits, un mystérieux ninja masqué sautillant est apparu, et a donné d’opportuns coups de main à nos repris de justice préférés. L’axe devint une arche majeure de la deuxième saison quand fut révélé son identité – Simon lui-même. Enfin une version de Simon venue du futur. Le rebondissement avait des aspects cools, notamment parce qu’il offrait une évolution assez remarquable à ce nerd hyper-introverti.

Mais les problèmes ont vite commencé à apparaître. Les intrigues de voyage dans le temps sont fascinantes, mais elles demandent à leur scénariste une vraie capacité à en comprendre les implications. Or Howard Overman est manifestement totalement dénué de cette qualité. Une analyse posée de la saison 2 aboutissait à un constat implacable : l’intrigue d’Overman ne tenait pas debout.

Voire, elle impliquait que Simon-du-futur avait commis un très, très gros mensonge juste pour pouvoir se taper Alisha. En effet, Simon prétendait à la fois que lui et Alisha formerait un couple dans le futur, et qu’il avait voyagé dans le temps pour la sauver d’une mort certaine, au prix de sa propre vie. Or les deux sont difficilement compatibles. A moins que Simon-du-futur soit nécrophile et qu’il vienne d’un futur dans lequel il était en couple avec une morte.

A la limite, on aurait donc préféré que toute cette histoire soit enterrée et qu’on n’en reparle plus jamais. Hélas, quand Antonia Thomas et Iwan Rheon ont décidé de quitter la série à l’issue de la troisième saison, Overman a ressorti ses paradoxes temporels du placard. A l’issue d’une saison déjà marquée par un manque complet d’originalité, de bonnes histoires, et un remplacement au forceps du personnage de Simon (pauvre Joe Gilgun essayant désespérément de s’approprier des répliques à l’évidence écrites pour Robert Sheehan), Overman va donc nous inventer la boucle temporelle de l’amour.

‘‘Si je meurs, j’espère que mon mec ira se suicider dans le passé pour qu’on puisse passer le reste de l’éternité dans une boucle temporelle de l’amour’’

Après la mort brutale d’Alisha, Simon décide de retourner dans le temps. Au passage, il le fait en rachetant l’ancien pouvoir de Curtis, qui n’avait rien à voir avec cette forme de voyage dans le temps, mais passons. Simon va-t-il revenir quelques heures plus tôt pour sauver Alisha et leur permettre de vivre et vieillir heureux ensemble ?

Mais non voyons ! Quel manque de romantisme ce serait ! Il va retourner à l’époque de la saison 1, se planquer pendant des mois, et finalement mourir dès qu’il aura retrouvé Alisha. C’est totalement idiot, mais comme les acteurs s’en vont et que ce serait bien que le téléspectateur soit ému, tous les autres personnages saluent le plan de Simon la larme à l’œil en nous expliquant que c’est vraiment beau, cette boucle temporelle de l’amour…

Être un scénariste maladroit qui s’est coincé dans une histoire qu’il n’arrive plus à gérer, c’est une chose. Mais là, Howard Overman se fout allègrement de notre gueule. Il m’a au moins rendu facile ce que la médiocrité de la saison 3 n’aurait peut-être pas réussi à elle toute seule : me désengager totalement de Misfits, qui  continue depuis sans moi.

Partager