Le Top 10 séries 2012 de Dominique Montay

Le Top 10 séries 2012 de Dominique Montay

C’est le temps des fêtes. Tout le monde est poli, aimable, tout le monde se fait plein de poutous sous le gui et s’offre de jolis cadeaux (ou, ils sont tous beaux, même les pulls qui grattent avec des rênes en cuir cousus dessus). Pendant cette débauche mondiale d’amour et de présents, le Daily Mars va vous offrir des top 10. Pas seulement parce qu’on est sympas, mais aussi parce que c’est les vacances, et qu’un top 10, c’est moins long à écrire qu’une longue critique détaillée.

Et là, parce que je suis un peu le chef des séries sur ce site, c’est le mien qui ouvre le bal. Comme ça dans 10 jours, je pourrais me dire « ah merde, j’ai oublié cette série ! » (1). Et il sera trop tard.

 

10. Spartacus, saison 3 (Starz)

Ça n’est pas une grosse daube à l’esthétique douteuse. C’est une série formidable à l’esthétique douteuse. La saison 3, Vengeance, offre des morceaux de bravoure de grande qualité. Si vous êtes patients et que les ciels nuageux en CGI ne vous font pas saigner les yeux, donnez une chance à cette série, elle le mérite..

 

Linda : « Au moins y’a un français qui nous regarde! »

9. Bob’s Burgers, saison 2 (FOX)

Voilà. Ça me fait mourir de rire. C’est certainement irrationnel, mais j’adore.

 

8. Parks and Recreation, saison 4 (NBC)

Pas aussi fantastique que la saison 3, Parks and Recreation reste une valeur sûre. La saison 5 a démarré sur un faux rythme, mais la série reste très agréable à suivre. Elle est aussi ce qu’on fait de mieux dans le genre feel-good: non seulement tous les personnages sont adorables, mais en plus, l’écriture est intelligente.

 

Irene Adler : « C’est qui le mec qui te regarde bizarrement ? »
Sherlock : « C’est John Plissken. Je sais pas ce que je lui ai fait, mais il ne peut pas me blairer. »
Irene Adler: « Il a l’air méchant. »
Sherlock: « Oui. »

7. Sherlock, saison 2 (BBC)

Série à la réalisation sans faille, à l’écriture ciselée, elle fut l’évènement de 2012. Un pari réussi depuis deux ans par le duo Moffat-Gatiss. Sans un second épisode assez faible (1/3 de sa production, le franchement bof bof The Hounds of Baskerville), la série serait bien plus haute dans le classement.

Rien que pour agacer Plissken, j’aurais peut-être dû.

 

6. Archer, saison 3 (FX)

Archer. Bien plus drôle que James Bond. Vraiment.

C’est outrancier, c’est drôle, c’est référentiel… Archer prouve la vitalité de l’animation aux Etats-Unis, mode d’expression qui ne s’adresse pas qu’aux enfants. Là encore, le casting fait la différence, tout comme le mode d’enregistrement des « voix »: tous ensemble, dans le même studio. les dialogues se chevauchent, les acteurs sont libres d’improviser, c’est vivant et dynamique.

 

5. The Good Wife, saison 3 (CBS)

Kalinda, mélange de Sherlock Holmes et de Xena.

Pas loin d’être la meilleure drama de network historique (CBS, NBC, ABC, CW, FOX). Une série comme on en faisait plus sur ces canaux, descendante directe de la quality-TV néée à la fin des années 80. The Good Wife excelle par son écriture, mais brille aussi par son casting 4 étoiles. Série qui sait mettre les femmes en avant, elle ne délaisse absolument pas ses personnages masculins.

Et à ce jour, aucune autre série ne semble aussi bien gérer le stunt-casting, qu’il s’agisse de Michael J. Fox (qui revient régulièrement) ou même de Christina Ricci (le temps d’un épisode de la saison 4). Impressionnant.

 

4. The Walking Dead, saison 2b et saison 3a (AMC)

Peut-être la meilleure série à l’antenne depuis la rentrée. Ca se voit aux audiences, et c’est amplement mérité. Glenn Mazzara a transformé une série bavarde en monument de tension.

On ne peut que le remercier.

 

Aaron Paul et Bryan Cranston, toujours au top.

3. Breaking Bad, saison 5a (AMC)

Une saison tronquée, mais une saison impressionnante quand même, avec son lot de moments inoubliables (le casse du train, par exemple).

A mesure que la série s’approche de la fin, la tension monte, inexorablement.

Le seul problème avec Breaking Bad, c’est qu’on sait qu’elle va bientôt nous quitter. Et c’est bien triste.

 

2. Louie, saison 3 (FX)

L’ode à l’humanité de Louis C.K., oeuvre inclassable, à la fois comédie et drame. Et deux ans à attendre pour la saison prochaine…

 

1. Justified, saison 3 (FX)

Voilà ce qui arrive quand on se moque de Raylan Givens parce qu’il a perdu son chapeau

Timothy Olyphant en stetson qui dégaine plus vite que son ombre. Walton Goggins en gangster. C’est drôle, c’est fin, c’est sombre, c’est brillant. Justified réussit la combinaison quasi-parfaite depuis la saison 2, déjà. Cette année, par de Margo Martindale pour nous servir une prestation à Emmy, mais un Neal McDonough glaçant et un Mykelti Williamson imposant.

Une série qui empile les personnages charismatiques et ultra-caractérisés, dans un univers où règne une fausse décontraction constante, alors qu’il s’agit peut-être du pire endroit sur terre.

 

J’aurais pu ajouter le début de la saison 5 de Fringe si la saison 4 n’avait pas été aussi calamiteuse. Ou bien encore Shameless US, si la saison 2 ne s’était pas avérée moins engageante que la première. The Hour a définitivement le potentiel, mais à l’heure où je boucle cet article, je n’ai pas fini le visionnage…

(1) : Genre Sons of Anarchy. Ou Emily Owens MD. Ou The Mob Doctor.

Partager