Le Top des films qui font frissonner par Ray Fernandez

Le Top des films qui font frissonner par Ray Fernandez

La rédaction du Daily Mars est en pleine effervescence. A la Direction, Dominique Montay peint en blanc son masque de William Shatner, Hervé Coiral retourne à ses premières amours de maquilleur, fignolant à coup de latex son masque de Loup Garou et John Plissken/Philippe Guedj se ballade dans les couloirs avec son vieux pull, son chapeau, sa main griffue en déclamant « Nannnnncyyyyy ». Halloween se fête au Daily Mars. Malgré cette ambiance festive, peu propice au travail, quelques rédacteurs ont eu le temps de vous concocter un Top 5 des films qui vont vous faire frissonner. John Plissken, Ray Fernandez, Gilles DaCosta et Jérôme Tournadre vous donnent leurs tops . En Joie.

 

Le Top 5 de Ray Fernandez

 

LES GRIFFES DE LA NUIT de Wes Craven (1984)

 

Ou comment Fred Krueger détrône Michael Myers au panthéon des croquemitaines. Parmi toutes les séquences d’anthologie du chef-d’œuvre de Wes Craven, un petit caillou de rien du tout lancé contre une fenêtre et le monde bascule dans la terreur.

 

 

 

 

 

 

 

 PRINCE OF DARKNESS de John Carpenter (1987)

 

Ou comment un ultime plan d’apparence anodine annihile tout espoir d’échapper au mal absolu. L’art du dépouillement de Carpenter dans un quasi huis-clos où l’étau continue de se resserrer inexorablement, bien après le film.

 

 

 

 

 

 

 

 

LA MAISON DU DIABLE de Robert Wise (1963)

 

Ou pourquoi la suggestion sera toujours plus forte que l’exhibition. Un classique indépassable. L’escalier et son jump scare qui tue. Mais si ce n’est pas la tienne, à qui appartient la main que je tenais cette nuit ?

 

 

 

 

 

 

 

 

L’EXORCISTE de William Friedkin (1973)

 

Ou comment l’expression ta mère en short prend une tournure plus imagée. Attention, il doit y avoir des rats dans le grenier. A moins que…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

THE BLAIR WITCH PROJECT de Daniel Myrick et Eduardo Sanchez (1999)

 

Ou comment le found footage, vingt ans après avoir filé la gerbe dans Cannibal Holocaust, découvrait qu’il pouvait faire hurler de peur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La suite : Le Top 5 de Gilles Dacosta, Le Top 5 de Jérôme Tournadre

 

Partager