L’effet WoW (Mythic Quest: Raven’s Banquet / Apple TV+)

L’effet WoW (Mythic Quest: Raven’s Banquet / Apple TV+)

Note de l'auteur

Plusieurs mois après son lancement, c’est peu dire que la plate-forme Apple TV+ trouve son public, sans un porte-étendard aussi fédérateur que ses collègues. Pourtant, quand on regarde le catalogue proposée, le service de streaming n’a pas à rougir de la solidité de ses contenus, même s’ils ne sont pas tous synonymes de succès, voire de qualité. Après la critique de Servant, penchons-nous sur une autre série sortie récemment mais déjà tristement oubliée, alors qu’elle parlera à tous les geeks qui sommeillent en nous: Mythic Quest: Le Festin du Corbeau.

Si la série est aussi confidentielle, surtout en France, c’est parce qu’elle accueille l’équipe d’une autre série peu connue chez nous, It’s Always Sunny in Philadephia, ou plus couramment: Philadelphia. Rob McElhenney et Charlie Day du show de la chaîne FX, accompagnés de Megan Ganz, représentent le cœur de Mythic Quest, tandis que les deux premiers sont toujours à l’oeuvre sur Philadelphia. Pour la série d’Apple, Rob endosse pour l’occasion le rôle de Ian Grimm, patron d’un studio de jeux vidéos qui a réussi à développer un jeu en ligne à succès, Mythic Quest. Lorsque la série débute, le studio s’apprête à lancer une nouvelle extension, The Raven’s Banquet, et le spectateur débarque dans ce contexte pour découvrir les coulisses d’un tel jeu: la visibilité des réseaux sociaux, le streaming à la Twitch, la réputation et va aller même explorer des thématiques plus générales comme le sexisme dans le cadre du travail, les effets du burn-out et d’autres aspects très contemporains.

Mythic Quest est vendue comme une série comique, mais ce n’est pas un show qui joue la carte du gag à tout prix dans le but de faire rire le plus possible, comme dans un Brooklyn 99 par exemple. La série préfère axer ses épisodes sur des sous-intrigues et de créer de l’humour par les situations dans lesquelles les personnages se placent plutôt que par des blagues. Ce sont les contextes qui font les situations comiques et qui mettent en lumière les caractères des personnages, chacun avec son propre style mais sans lui enlever une certaine profondeur. Rob McElhenney est parfait en Ian Grimm, patron imbitable et égocentrique mais se remet continuellement en question, tandis que Poppy Li (Charlotte Nicdao), l’autre personnage central, représente le bon contrepoint, sombrant parfois un peu trop dans l’hystérie, mais qui permet de distiller un semblant de bon sens à tout ce capharnaüm.

Le reste du casting secondaire est très bon, à défaut d’être parfois sous-utilisé. Il est bien dommage d’avoir un acteur du calibre de F. Murray Abraham dans son casting en directeur d’écriture complètement allumé et d’en faire un simple octogénaire le plus souvent à côté de la plaque. S’il remplit sa part de comédie la plupart du temps, il sert juste de ressort comique sans avoir l’opportunité de développer son personnage. On est par contre ravi de retrouver Danny Pudi (Abed dans Community) dans le rôle du commercial aux dents longues qu’il interprète à la perfection. Un casting de seconds rôles qui frise la cascade de clichés mais qui parvient par moments à toucher une étonnante corde sensible, comme le fil rouge romantique qui se dessine entre les deux débuggueuses du jeu. Mythic Quest étonne par sa capacité à reprendre son sérieux quand il faut pour apposer quelques touches émotionnelles assez inattendues.

Et si les premiers épisodes ne font qu’effleurer ce versant de la série, c’est bien l’épisode 5 qui crée une véritable rupture. Presque conçue comme un spin-off à la série, et facilement regardable sans le reste, l’épisode « A Dark Quiet Death » met en scène un couple de passionnés de jeux vidéos, interprétés par Jake Johnson (New Girl) et Cristin Milioti (How I Met Your Mother), qui monte un studio dans les années 90 pour réaliser le jeu vidéo de leur rêves. Réalisé par Rob McElhenney lui-même, l’histoire se déroule sur plusieurs années, laissant entrevoir la vie tumultueuse du couple au milieu de la vision créative de la licence qu’ils ont réussi à créer. Magistralement réalisé, l’épisode réussit à mêler une vraie qualité d’écriture, offrant de belles scènes de dialogues entre les deux personnages, mais aussi à décrire le difficile parcours auquel sont confrontés les créatifs dans le monde économique qui est le nôtre. Le tout sous couvert d’une comédie romantique réussie. Le lien tissé sur le reste de la saison n’est pas toujours évident, mais se révèle qu’au terme du dernier épisode. Mythic Quest dévoile alors son ambition, celle d’utiliser le milieu du jeu vidéo pour y parler d’indépendance créative, de remises en question perpétuelles et de la pop culture moderne de manière générale, par le prisme des réseaux sociaux et de son public.

Alors certes, la série est loin d’être parfaite, que ce soit sur certains ressorts comiques un peu lourdingue ou dans sa surabondance d’images de jeux, notamment ceux servant à faire la transition entre les scènes, un gimmick assez inutile et vain. La production étant géré en partie par Ubisoft, Mythic Quest a au moins le mérite de bénéficier d’un vrai-faux jeu pour rendre ça crédible, mais passer des images d’Assassin’s Creed et de For Honor casse un peu l’immersion, surtout quand la différence de rendu graphique saute autant aux yeux. Peut-être que le grand public n’y verra que du feu, mais la série s’adressant en grande majorité à un public de gamers, difficile de croire qu’ils se feront berner aussi facilement.

Mythic Quest: The Raven’s Banquet est une série à l’ambition certaine, dont la saison 2 déjà commandée va permettre de consolider ses appuis et peut-être trouver un meilleur équilibre entre certaines lourdeurs et une touche de comédie dramatique qui lui va comme un gant. L’épisode 5 en particulier, presque miraculeux, donne une autre couleur à la série et révèle qu’il y a bien plus qu’une vulgaire série pour geeks, comme le trailer peut le laisser penser. L’équipe créative ont l’air de savoir où ils vont et c’est tant mieux. On passe néanmoins un bon moment, avec souvent de bonnes trouvailles sur le milieu du jeu vidéo et quelques rôles secondaires savoureux. En attendant de voir la suite.

MYTHIC QUEST: RAVEN’S BANQUET (Apple TV +) Saison 1 en 9 épisodes, saison 2 déjà commandée.
Diffusion sur Apple TV+
Série créée et écrite par Rob McElhenney, Charlie Day et Megan Ganz
Épisodes réalisés par Todd Biermann, David Gordon Green, Pete Chatmon, LP, Rob McElhenney et Catriona McKenzie
Avec Rob McElhenney, Charlotte Nicdao, David Hornsby, Danny Pudi, F. Murray Abraham, Imani Hakim, Ashly Burch…

 

Partager