« Les fans de metal sont des êtres très délicats »

« Les fans de metal sont des êtres très délicats »

C’est pas moi qui le dit, c’est Libération ! Ou plutôt un article de l’édition du 9 septembre (P.18, rubrique « vous », bande de maniaques), citant le professeur de psychologie Adrian North, de l’université Heriot-Watt d’Edimbourg (non Jean-Pascal, c’est pas en Autriche), au terme d’une très sérieuse étude menée sur un échantillon de 36000 personnes dans le monde pendant 3 ans. Le principe est d’associer un test de personnalité au genre musical apprécié des sondés (sachant que 104 styles ont été passés au crible).

Pour résumer l’article, il ressort donc de cette étude que les amateurs de metal seraient « des êtres créatifs, bien dans leur peau, bien qu’un rien introvertis et partageant un amour du grandiose » (ils devraient venir se connecter sur jpmars.com, je leur en ficherais du grandiose, moi…).

Adrian North affirme par ailleurs, toujours si j’en crois l’article de Libé, qu' »à part leur différence d’âge, amateurs de classique et de metal sont fondamentalement le même genre de personnes. Et beaucoup de fans de heavy metal vous diront qu’ils aiment aussi Wagner parce que c’est grandiose, bruyant, exubérant »

J’aimais déjà l’Ecosse pour le romantisme effarant de ses valons mordorés à la vesprée, ses pubs gorgés de mousse ennivrante, nappés de cornemuse exaltante et ses accortes autochtones féminines en kilt (ou pas, mais halte au feu, je m’égare). Bref, je kiffais grave l’Ecosse mais là, alors là, alors LAAAA… PAF !!!! (j’imite De Funès en fait, mais à l’écrit, ca saute pas aux yeux). Après un article comme celui là, quand ils veulent, les scottish, je leur signe une deuxième Old Alliance pour 1000 ans et je chante Flower of Scotland en kilt place de la Concorde…
Toujours ravi que des hommes de bonne volonté fassent tomber les préjugés, en tout cas.

Plus de détails sur l’étude qui fait plaisir

End of transmission (en kilt)
Partager