Les pilotes de la semaine (Sleepy Hollow, Dads, Brooklyn Nine-Nine)

Les pilotes de la semaine (Sleepy Hollow, Dads, Brooklyn Nine-Nine)

Cette semaine, la télévision américaine reprend en douceur avec trois nouvelles séries qu’on attend… plus ou moins, pour être polis.

On les doit à la FOX, qui a dégainé plus vite que tout le monde dans une logique qu’on espère éloignée d’un « à défaut d’être les meilleurs, soyons les premiers ».

Des pilotes qui seront analysés rapidement après leur diffusion dans notre nouvelle rubrique : « Pilote Automatique ».

 

Lundi 16 septembre, Sleepy Hollow (FOX)

Quelle ouverture de saison, n’est-ce pas ? En 2013, à Sleepy Hollow, Ichabod Crane revient à la vie pour faire équipe avec un flic (Nicole Behari) et pourchasser le cavalier sans tête. Plus fort que Numb3rs, plus fort que Bones, ce procedural (à-priori) mettant en scène un mort et un flic repousse encore plus loin (dans le ridicule) les limites du duo d’enquêteurs (on attend un flic et un canard Coin Coin PD, un flic et un jambon Ham Justice, et Sherlock Holmes et un mille-feuilles Baker’s street).

Plus que le sujet, c’est l’humour de la bande-annonce qui saisit un peu, qu’on doit aux très potaches Alex Kurtzman et Roberto Orci (Hé ! Les mecs ! Écrivez carrément des comédies ! Ok ?). Un gros manque de finesse qui laisse augurer du pire.

 

Mardi 17 septembre, Dads (FOX)

Seth MacFarlane, bien mis en avant grâce au succès (pas immérité) de Ted, peut aujourd’hui tout faire. Alors que, jusqu’ici, il empilait les concepts de séries animées en employant plus ou moins la même formule, il arrive aujourd’hui avec Dads, une comédie live, sitcom à l’ancienne (en multicaméra).

Un peu de naphtaline, d’humour bas du front, mais Giovanni Ribisi quand même (un de ces comédiens tellement sous-employés par Hollywood). De grosses craintes, malgré tout.

 

Mardi 17 septembre, Brooklyn Nine-Nine (FOX)

Peut-être la plus attendue de la semaine. Un ancien du SNL, Andy Samberg, un créateur qui nous vient tout droit de The Office et Parks and Recreation, Mike Schur, plus Andre Braugher. Si Braugher n’est pas étranger à la comédie (il faisait déjà preuve d’un bon timing comique dans la très recommandable Men of a certain age), ce surprend et pique l’intérêt quand même.

À voir si la série sera aussi drôle que The Job, autre tentative de faire rire avec les forces de l’ordre.

Partager