Les séries trop courtes : Lone Star, un échec attendu

Les séries trop courtes : Lone Star, un échec attendu

James Wolk, à qui on donnerait le bon Dieu sans confession. Ou un gros chèque. Il aime bien les gros chèques.

A la rentrée 2010, la FOX prend le risque de mettre à l’antenne une série menée par un anti-héro : Lone Star. Créée par Kyle Killen (Awake), aidé dans son travail de showrunning par les vétérans Amy Lippman et Christopher Keyser (Party of Five, dont Sullivan nous avait parlé dans le dossier « Séries Mésestimées »), Lone Star raconte les aventures d’un arnaqueur bigame, avec le Texas en toile de fond. Vous avez dit casse-gueule ?

Robert Allen est un arnaqueur. Nous utiliserons plutôt le terme anglophone, plus adapté : « con man », diminutif de « confidence man ». Un homme qui joue de la confiance des gens pour leur dérober de l’argent. Si le « con man » est, dans les règles, assimilé à un voleur, son art requiert plus de subtilité. Son objectif est d’abuser de la confiance des autres afin qu’ils lui donnent, de leur plein gré, de l’argent. Robert Allen ne vole pas des riches arrogants. Il ne cherche pas à rétablir l’équilibre d’un monde pourri. Il en profite, et au passage, se goinfre.

Robert Allen mène une double-vie. Bob et Robert. Bob est marié à Cat (Adrianne Palicki), fille du PDG d’une grosse compagnie pétrolière à Houston. Ses succès commerciaux lui offrent la possibilité d’intégrer la boîte du paternel à un poste haut placé. Robert est en couple avec Lindsey, habite une petite maison sans prétention, et habite Midland. Une ville où Robert a permit à plein de gens (dont les parents de sa dulcinée) d’investir dans une nouvelle technologie d’extraction qui n’existe pas. Cette arnaque touche à sa fin, alors que la seconde démarre, avec la possibilité de mettre les deux pieds dans le business du père de Cat (interprété par Jon Voight).

Robert Allen a un papa envahissant, qui le mène comme une marionnette. Car Robert a un talent incroyable : il déclenche l’empathie de façon immédiate. Il charme, il donne confiance aux gens. Il est désarmant. C’est le plus honnête mec malhonnête de l’histoire. Une qualité qui cache la nature du garçon: vrai gentil, il veut devenir réglo. Plutôt que d’inflitrer l’entreprise de beau-papa, il veut l’intégrer officiellement, faire du vrai boulot. Plutôt que de se barrer de Midland avec ses chèques, il veut rétablir la situation et donner de l’argent aux gens qu’il a arnaqué.

« J’ai deux amouuuuuuuurs… »

Papa Allen, John, n’est absolument pas d’accord. John a toujours vécu une vie de « con man », et ne sait pas comment devenir honnête. Surtout, il n’a pas l’air de vouloir devenir honnête. Il va pourtant suivre le plan de son fils, par peur de le perdre. Si le monde de l’énergie n’est pas étranger à Robert, la vraie difficulté pour lui, c’est qu’il est tombé amoureux de Cat et de Lindsey. Il ne veut en quitter aucune. Une situation intenable qu’il va pourtant devoir maintenir, sous peine de voir sa vie entière exploser devant ses yeux.

Au Nerdist Writers Panel, alors qu’il est invité avec Kyle Killen, Hart Hanson (showrunner de Bones), résume selon lui la raison pour laquelle Lone Star n’avait aucune chance : « Pour les séries de network, il faut dire le pitch de la série comme si vous étiez une femme qui vit dans une caravane en Colombie Britannique. Par exemple, pour Bones ‘je vais regarder cette série ou la dame résout des affaires juste en regardant des os’. Maintenant, Lone Star ‘je vais regarder cette série où le type a deux vies… elles sont différentes… dans l’une il est riche… il y a une compagnie pétrolière… et après il arnaque le… et peut-être que… non en fait je ne vais pas regarder ça, je vais regarder la série avec la dame qui résout des affaires juste en regardant des os' ». Présenté comme ça, en effet, Lone Star n’avait aucune chance.

Jon Voight dans le rôle de JR Ewing. Ou presque.

Au final, Lone Star n’avait aucune chance bien avant que la série n’arrive à l’antenne. En Aout 2010, quelques semaines avant le lancement de la série, Kyle Killen avait ces mots, prophétiques : « If it’s a failure, I think it’s going to be a spectacular failure. » (1). Le fait que la série débarque sur la FOX a surpris beaucoup de monde. On attendait plus ce type de série sur FX, sur AMC. Lone Star, si elle partage certains éléments en communs avec les soaps de soirées (la série semble être une version d’une grande complexité de Dallas), a contre elle d’avoir un héro bigame qui vole les économies des honnêtes gens.

Et Kyle Killen a eu raison, au final. Seuls deux épisodes ont été mis à l’antenne. Les autres (2) ne verront jamais la lumière du jour. Au terme des deux épisodes (un pilote incroyable, un second en-dessous), il ne reste plus que les yeux pour pleurer. Et ce même si on est en droit de se poser des questions sur la faculté de la série à réussir à continuer à raconter des histoires au-delà. Le concept de Lone Star est si complexe qu’il semble défini pour un pitch de film, pas pour une série de longue durée.

Mais la FOX a voulu tenter. On peut au moins leur reconnaître ça : dans leur volonté de casser le moule et de tenter d’importer le modèle « câble » sur le network, ils n’ont pas fait les choses à moitié. Killen en était lui aussi conscient. Tous sont partis à l’aventure. Elle a échoué. Bravo à eux d’avoir essayé. Même si la série a été diffusée un soir quasi impossible en terme de concurrence.

« Vous en diffusez deux et on en parle plus ? »
« Deal ! »

Difficile de conseiller à quelqu’un de regarder Lone Star aujourd’hui, tant la série est une somme de frustrations. En même temps, l’intégrale dure 1h30, ça n’est pas non plus un investissement colossal. Lone Star ne sera pas reprise sur une autre chaîne. Il n’y aura pas de téléfilm de clôture. Il n’y aura pas un comic book pour tout boucler. Kyle Killen avait dit que la série, pour durer, devrait certainement constamment se réinventer. Depuis, Killen a créé Awake, pour NBC. Selon ses propos, il a repris beaucoup d’éléments thématiques de Lone Star pour construire sa série (le fait que le héros ait une double-existence), mais gommé ce qui pêchait, en ajoutant un aspect plus traditionnel, plus procedural.

Awake durera 13 épisodes. Pas un de plus. Au moins, ils furent tous diffusés.

LONE STAR

2 épisodes diffusés en semptembre 2010 sur la FOX

Créée et Showrunnée par Kyle Killen

Avec : James Wolk (Robert/Bob Allen), Adrianne Palicki (Cat Thatcher), Eloise Mumford (Lindsay), David Keith (John Allen), Bryce Johnson (Drew Thatcher), Mark Deklin (Trammell Thatcher), Jon Voight (Clint Thatcher)

(1) : « Si c’est un échec, je pense que ça sera un échec spectaculaire »

(2) : 6 épisodes ont été tournés

Partager