Les séries trop courtes : The Class

Les séries trop courtes : The Class

Sitcom sans prétention diffusée le lundi soir entre How I Met Your Mother et Two and a half Men, The Class est avant tout une sitcom dans laquelle David Crane (Friends, Episodes, Dream On) et Jeffrey Klarik (Dingue de toi) explorent enfin une thématique récurrente dans leurs œuvres : les relations passées qu’elles soient amoureuses ou amicales.

Les photos de classe c’est toujours très très naturel.

The Class a pour point de départ une initiative de Ethan Haas (formidable Jason Ritter). Sa petite amie actuelle est une ancienne camarade de classe de CE2 qu’il a retrouvée lors d’un colloque professionnel. Pour célébrer l’anniversaire de leur rencontre, il organise donc une soirée surprise où il invite autant de personnes de cette classe de CE2 qu’il peut. Malheureusement il se fera magnifiquement largué pendant cette soirée. Heureusement pour nous, c’est pour mieux explorer les relations entre des personnes qui se retrouvent, se redécouvrent et forment ou reforment des liens.

Cette obsession pour les relations passées qui n’existe plus dans le présent, David Crane l’avait déjà exploré dans le pilote de Friends. Après tout Rachel et Monica ont perdu contact depuis des années quand Rachel débarque au Central Perk dans sa tenue de mariée. Et dans Episodes, le personnage de Matt LeBlanc est sans cesse renvoyé à ses liens noués pendant Friends. Comment peut-on laisser derrière soi des liens qui ont été si forts à un moment dans nos vies ? Est-ce qu’on pourrait s’entendre avec les même personnes aujourd’hui ? Peut-on pardonner à des gens qui nous ont rendu la vie compliquée à l’école ?

Un duo d’acteurs au top Jason Ritter et Lizzy Caplan font la queue pour du yaourt glacé.

Toutes ces questions, Crane et Klarik, créateurs,  essayent d’y répondre dans la série. D’après une interview donnée à TV Buddy, l’idée serait née alors qu’en rangeant leur cave, David Crane serait tombé sur de vieilles photos de classe. C’est ainsi que chaque épisode commence sur la photo de classe de jeunes enfants qui se transforment en leur moi adulte. Il y a les anciens amoureux, Duncan (Jon Bernthal, The Walking Dead) et Nicole (Andrea Anders, Better Off Ted) qui se rendent compte que leur amour est toujours là. Ethan (Jason Ritter, Parenthood) fraichement célibataire se retrouve à sympathiser avec la sarcastique Kat (Lizzie Caplan, New Girl, True Blood). Richie (Jesse Tyler Ferguson, Modern Family) et Lina (Heather Goldenhersh) tombent amoureux l’un de l’autre en ayant aucun souvenir l’un de l’autre de l’époque. Enfin l’insupportable Ellen (Lucy Punch, Vexed, Ben & Kate) veut faire payer à Kyle (Sean McGuire) de l’avoir tromper avec un homme le soir du bal de promo.

Le défi de la série sera de faire tenir toutes les intrigues d’une structure chorale sans tomber dans l’artificiel ou l’excès. Les scénaristes n’hésitent pas à se concentrer sur un couple ou un autre dans chaque épisode pour mieux développer les relations, reléguant certains personnages au second plan, parfois même littéralement. Le personnage d’Ellen par exemple, reporter pour une chaîne locale, n’apparait dans certains épisodes, sauf sur l’écran de la télévision du salon. Les personnages seront d’ailleurs rarement tous dans la même pièce, les auteurs ont préféré créer des clans qui se connectent quand certaines occasions le rendent nécessaires. Ce choix est malin car il rend crédible la possibilité qu’une ou deux personnes se connaissent depuis aussi longtemps. Qui n’a pas un vieil ami de l’école primaire qu’il voit ou appelle 4 fois dans l’année.

Le houla-hoop c’est mieux à 7 !

L’aventure The Class n’aura duré que 19 épisodes et laissera les spectateurs sur un suspense infernal. La sitcom n’avait pas le panache de son lead-in, How I Met Your Mother (encore drôle à ce moment là puisque dans sa deuxième saison) et ne convient pas vraiment au public de la série qui la suit, la testosteronée Two and a half Men. Les critiques sont pourtant nombreuses à soutenir les répliques qui font mouche, la tendresse de la série et la distribution impeccable. Les audiences étaient même bonnes (entre 8 et 10 millions), mais ce n’est pas assez pour CBS, qui préfèrera l’abandonner pour donner sa chance à un projet sur des geeks produite par Chuck Lorre (1).

C’est ainsi que The Class a rejoint le paradis des séries. Un paradis où on l’espère Kat et Ethan ont fini par se jeter l’un sur l’autre, Richie et Lina ont eu un beau mariage et Ellen a fini par présenter le journal local, pendant que Kyle achetait enfin du déodorant. En France, on a la chance de tomber régulièrement dessus quand on a le câble. Un avertissement s’impose cependant : regarder The Class vous donne furieusement envie de renouer avec tous les gens de votre passé, soyez prévenus !

(1) Je vous laisse deviner à quel succès actuel correspond cette description.

Partager