• Home »
  • SÉRIES »
  • L’espion qui faisait ses premières armes (bilan de The Night Manager / BBC)
L’espion qui faisait ses premières armes (bilan de The Night Manager / BBC)

L’espion qui faisait ses premières armes (bilan de The Night Manager / BBC)

Note de l'auteur

Outre un incontestable attrait pour le récit historique, la télévision anglaise fascine actuellement en déclinant des séries plus ou moins teintées d’espionnage, comme c’était le cas l’an dernier avec The Honourable Woman d’Hugo Blick ou plus récemment avec London Spy de Tom Rob Smith.
Outre-Manche, qui dit espionnage dit John le Carré, et c’est finalement assez naturel de voir l’un des romans de l’écrivain adapté au format sériel. Si le résultat est relativement convenu, l’ampleur et la classe toute britannique du projet tiennent la dragée haute aux derniers efforts de la franchise d’un certain 007.

Jonathan Pine occupe le poste de responsable nocturne d’un grand hôtel du Caire alors que la capitale égyptienne vit au rythme des manifestations du printemps arabe. Malgré ce contexte mouvementé, Pine reste parfaitement professionnel et garde son flegme d’anglais en toute circonstance. Seulement voilà, il croise le beau regard de Sophie et, très vite, les événements s’emballent. Quelques photocopies plus tard, Jonathan Pine bascule, sans le savoir, vers une toute autre profession, bien plus officieuse celle-là…

Le Directeur de nuit de John le Carré sort en 1993. Après en avoir lu les trois premiers chapitres, Hugh Laurie est convaincu qu’il doit tout faire pour s’en assurer les droits d’adaptation. Sans surprise, l’acteur, qui n’est pas encore celui que tout le monde associe au docteur House, doit s’incliner. La Paramount se montre en effet plus convaincante et envisage cette conversion sous la forme d’un long métrage adapté par Robert Towne afin que Sydney Pollack puisse ensuite le réaliser. Mais devant la densité du matériau original, le projet patine. Pourtant, il y a environ cinq ans, Hollywood revient à la charge et un autre projet émerge avec, cette fois-ci, Brad Pitt comme tête de gondole.
Finalement, les droits reviennent au bercail. Simon et Stephen Cornwell, tous deux fils de le Carré (vous aurez compris qu’il utilise un pseudo) assemblent cette fois-ci une minisérie pour le compte de la BBC et de AMC.

The Night Manager est une adaptation au luxe ostentatoire. Après un générique flamboyant signé Patrick Clair (True Detective), le téléspectateur se voit propulsé dans des endroits tous plus opulents les uns que les autres, du Maroc (en lieu et place de l’Égypte) à la Suisse en passant par Majorque et l’Angleterre (Londres et le Devon).
À l’écran, le casting est au diapason des lieux de tournage. Tom Hiddleston (Pine) s’oppose à Hugh Laurie (Richard Onslow Roper) dans un face à face passionnant. Mais les deux acteurs sont également bien entourés. On retrouve notamment deux comédiens anglais brillants que sont Olivia Colman – ici enceinte jusqu’aux yeux – et Tom Hollander qu’on ne présente plus. Citons enfin Elizabeth Debicki (The Great Gatsby), David Harewood (Homeland) et Tobias Menzies (Rome, Outlander) qui complètent un aréopage de haut vol.

Elizabeth Debicki (Jed Marshall)

Elizabeth Debicki (Jed Marshall)

Il est intéressant de remarquer que le roman, désormais vieux d’un peu plus de vingt ans, a été intelligemment modernisé par David Farr (qui s’est chargé de l’adaptation). Alors qu’il est question d’un cartel colombien dans le livre de John le Carré, la série transpose son récit au Moyen-Orient et s’inscrit ainsi logiquement en forte résonance avec le conflit syrien.

Du reste, The Night Manager propose une dualité très simpliste en apparence : l’antagonisme entre un espion plein de bonnes intentions et un trafiquant d’armes sans foi ni loi. Néanmoins, à partir de là, les frontières se brouillent et la dynamique des personnages amène une nuance salvatrice.

Et puis, on remarque un regard féminin relativement inattendu sur cette histoire, somme toute, très masculine. L’autre changement significatif de cette adaptation est à observer auprès du personnage d’Angela Burr interprété par Olivia Colman et dont l’équivalent dans l’œuvre de le Carré était un homme.
Au-delà de cette inversion, la mise en scène que l’on doit à la cinéaste danoise Susanne Bier souligne en particulier la force de caractère des femmes de cette minisérie. Le héros trouvera d’ailleurs toute la force de sa conviction dans le destin d’une femme alors que son adversaire sera quant à lui, déstabilisé par la résolution d’une autre femme.

Cela faisait plus de vingt ans que la BBC n’avait pas proposé une œuvre adaptée de John le Carré à ses téléspectateurs. Les six épisodes de The Night Manager ont rencontré un beau succès lors de leur diffusion, et si une saison 2 ne serait pas encore actée, il y a toutefois fort à parier que la chaîne n’attendra pas une autre vingtaine d’années pour mettre à nouveau le romancier à l’honneur.

THE NIGHT MANAGER (BBC/AMC) SAISON 1 en 6 épisodes.
Adaptée par : David Farr (d’après le roman homonyme de John Le Carré).
Réalisée par : Susanne Bier.
Direction de la photographie par : Michael Snyman.
Avec : Tom Hiddleston, Hugh Laurie, Olivia Colman, Tom Hollander, Elizabeth Debicki, Alistair Petrie, Douglas Hodge, David Harewood, Tobias Menzies et Aure Atika.
Musique originale de : Victor Reyes.

Les deux premiers épisodes de The Night Manager seront projetés sur grand écran dans le cadre du festival Séries Mania qui se tient à Paris au Forum des images du 15 au 24 avril (projections prévues le mercredi 20 avril à 21h et le samedi 23 avril à 14h30 au Forum des Images).

Visuels : The Night Manager © BBC / The Ink Factory / Demarest Films

Partager