Lou Reed (1942-2013)

Lou Reed (1942-2013)

Drôle de journée pour l’équipe chirurgicale du Cleveland Clinic qui a vu arriver l’une des plus grandes icônes du rock ‘n’ roll pour des complications suite à une transplantation du foie, tout ça pour la voir repartir les pieds devant.

Il faut dire que Lou Reed avait le cœur fragile… le foie en pièces détachées, aussi. Mais surtout le cœur. Ben oui, parce qu’il en fallait bien un pour parler de toutes ces histoires sordides, pour se faire le poète des dingues et des paumés, comme disait Thiéfaine. Il fallait bien un cœur gros comme ça pour parler de ces gens dont personne ne parlait et que personne ne voulait voir, de cet univers souterrain aux milles excès, remplis de corps à la dérive mais qui détenaient tous une part de vérité, ne serait-ce que la leur. Il fallait bien un cœur pour le voir tout ça, et même s’il faisait tout ce qu’il pouvait pour le planquer, il y a des jours où il prenait le dessus, faisant éclater au grand jour toute sa fragilité comme sur Hello It’s Me, titre magnifique dédié à son ami et producteur Andy Warhol.

Il avait le cœur fragile le Loulou. La grande Laurie Anderson le savait bien et elle en était même tombée amoureuse. Mais c’est finalement le foie qui a lâché en premier, c’est pas très étonnant vu les excès du bonhomme. Et même si son cœur a finit par suivre, il en restera toujours une partie en chacun de nous.

Goodnight Lou.

Partager