• Home »
  • FOCUS »
  • Magic: The Gathering – Bloc Ixalan : La Route d’Eldorado
Magic: The Gathering – Bloc Ixalan : La Route d’Eldorado

Magic: The Gathering – Bloc Ixalan : La Route d’Eldorado

Sorti entre septembre 2017 et janvier 2018, les deux extensions d’Ixalan revisitent le mythe de l’Eldorado et nous livrent un nouveau monde fascinant. Sous la houlette des card designers Mark Rosewater, Ken Nagle et Ben Hayes, le nouveau bloc Ixalan comblera à coup sûr les amoureux de (très) gros dinos et les apprentis Jack Sparrow.

Présentation du bloc

Respectivement 76ème et 77ème extensions de Magic: The Gathering, Ixalan et les Combattants d’Ixalan forment ensemble le 26ème bloc depuis la création du jeu en 1993. Plus en forme que jamais, le plus célèbre jeu de cartes quitte donc les dunes du plan d’Amonkhet pour poser ses valises dans les jungles luxuriantes d’Ixalan. Pour la première fois depuis 2011 et les cartes du monde gothique d’Innistrad, nous avons là un nouveau bloc avec un thème tribal qui fait la part belle aux cartes créatures. Toutes les cartes du bloc sont pour le moment jouables dans tous les formats, y compris en standard (article sur les différents formats ici).

La première extension sobrement intitulée Ixalan représente le gros morceau de ce nouveau bloc avec pas moins de 279 cartes uniques dont 101 communes, 83 unco, 60 rares et 15 mythiques. Les Combattants d’Ixalan, édition plus petite, contient quant à elle 196 cartes uniques dont 70 communes, 60 unco, 48 rares et 13 mythiques. En plus des traditionnels boosters, vous avez la possibilité de mettre la main sur quatre decks de planewalkers (Jace, Huatli, Vraska et Angrath). Ces decks pré-construits sont parfaits pour ceux qui voudraient débuter ou se replonger dans Magic, mais restent toutefois trop limités pour les joueurs expérimentés.

Tout comme pour le bloc Amonkhet avec Archenemy : Bolas, Ixalan a également le droit à un jeu de plateau complémentaire pour des parties multi-joueurs en free-for-all endiablées. La boîte comporte quatre decks assez puissants pour les quatre différentes alliances du bloc, ainsi qu’une cinquantaine de tuiles double face uniques représentant le continent d’Ixalan. L’objectif est simple : il faut découvrir et conquérir la légendaire cité d’or avant ses adversaires. Chaque tuile peut être explorée durant le tour du joueur pour un coût en mana de plus en plus important au fur et à mesure qu’il s’enfonce dans la jungle. Mais ce n’est pas tout puisque chaque exploration peut débloquer des événements avec un effet immédiat, des sites légendaires conférant des bonus importants mais pouvant être volés par les autres joueurs ou pour finir des quêtes. Disponible uniquement en anglais, Explorers of Ixalan s’avère être un excellent stand alone que je recommande chaudement.

 

Quand Jurassic Park rencontre Pirates des Caraïbes

Exit donc les mystères égyptiens et place désormais aux mythes mésoaméricains ! Après Amonkhet, c’est au tour du nouveau plan d’Ixalan d’être au centre des machinations du multivers et une fois de plus nous pouvons dire que Wizards nous a façonné un monde vraiment atypique. Et ce n’est pas peu dire puisque Ixalan met en scène une vaste île continentale abritant une gigantesque forêt tropicale où vivent de terrifiants dinosaures. Dissimulée au cœur de la jungle, la cité d’or perdue d’Orazca et son trésor attirent de nombreuses convoitises. Parties à sa recherche, quatre factions vont se livrer une bataille sans merci pour découvrir et conquérir en premier ce lieu légendaire. C’est une véritable chasse au trésor et une course contre la montre dans laquelle s’engagent des vampires conquistadors en quête de vie éternelle, des pirates avides de richesses, un empire aztèque et des tribus nomades d’hommes-poissons maîtrisant la magie. Mais toute cette agitation au sein des terres hostiles d’Ixalan ne passe pas inaperçue et risque bien de réveiller une menace ancestrale. Pour en savoir plus sur l’histoire et le lore, je vous invite à lire les sympathiques nouvelles publiées sur le site de Wizards (lien ici).

 

  • Les Vampires de la Légion du Crépuscule (blanc et noir) :

Sous l’autorité d’une Église impitoyable et de la Reine Miralda, la Légion du Crépuscule est en croisade contre le monde entier et rien ne l’arrêtera. Après la conquête de tout le continent de Torrezon à l’est, l’ambition de ces vampires conquistadors est désormais tournée vers Ixalan et sa chair fraîche. Sous le commandement de la sanglante Vona, la Légion est aussi en quête du Soleil Immortel qui se trouverait dans la cité d’or d’Orazca. Ce mythique artefact appartenait autrefois à la Légion avant de lui être mystérieusement dérobé par une créature ailée. Quelques centaines d’années plus tard, la Légion du Crépuscule compte bien ramener chez elle ce qui lui revient de droit et en profiter au passage pour faire un stock de sang frais.

 

  • Les Pirates de la Coalition des Hardis (rouge, noir et bleu) :

Après la chute des dernières cités libres face à la Légion du Crépuscule sur le continent de Torrezon, ses habitants ont dû fuir par la mer l’appétit sanglant des vampires. Intrépides et en quête de nouvelles fortunes, ils forment désormais une vaste coalition de dangereux pirates, marchands et aventuriers pour qui les océans n’ont pas de secret. Si les humains représentent la majorité des équipages, il n’est pas rare de voir également des gobelins, des orcs et des sirènes sur les navires. La Coalition des Hardis a eu vent des rumeurs concernant Orazca et le Soleil Immortel. Pour les pirates, c’est une occasion inespérée de non seulement devenir riches, mais également d’utiliser le pouvoir de l’artefact afin de reprendre les terres perdues à la Légion.

 

  • L’Empire du Soleil (blanc, vert et rouge) :

Mash-up entre les aztèques, les mayas et les incas, les humains de l’Empire du Soleil ont apprivoisé les dinosaures d’Ixalan et s’en servent comme montures. Avec à sa tête la poétesse guerrière Huatli, les chevaliers et prêtres de l’Empire sont prêts à tout pour repousser les envahisseurs et retrouver en premier Orazca, leur ancienne capitale, symbole d’une époque glorieuse révolue.

 

  • Les Ondins, Hérauts de l’Onde (bleu et vert) :

Divisés en tribus nomades, les Ondins forment un peuple d’hommes-poissons soucieux de vivre en harmonie avec la nature. Ils ont juré de protéger la cité d’or, allant jusqu’à oublier volontairement au fil des siècles son emplacement. Mais la récente invasion de la Légion du Crépuscule et de la Coalition des Hardis a déclenché un dangereux engrenage menaçant la fragile paix entre les Ondins et l’Empire du Soleil.

 

Mécaniques propres au set

Ixalan et les Combattants d’Ixalan remettent au goût du jour des anciennes mécaniques comme le saccage (Khans of Takir) qui est une capacité s’activant uniquement si le joueur a attaqué pendant le tour, le pilotage (Kaladesh) destiné aux véhicules artefacts comme ici les navires pouvant devenir également une créature et pour finir les cartes transformation (Innistrad) recto-verso qui concernent uniquement des enchantements, des artefacts et des terrains légendaires.

 

  • Exploration :

Quand la créature arrive sur le champ de bataille, elle explore. Le joueur révèle la carte du dessus de sa bibliothèque et met ensuite cette carte dans sa main si c’est un terrain. Sinon, il place un marqueur +1/+1 sur cette créature, puis remet la carte au-dessus de sa bibliothèque ou peut choisir de la mettre dans son cimetière.

 

  • Rage :

La rage est un mot de capacité que l’on retrouve seulement sur les cartes créatures de type Dinosaure et qui se déclenche à chaque fois que des blessures sont infligées à cette créature (par le combat ou via des magies).

 

  • Trésor :

Trésor est un nouveau sous-type d’artefact qui apparaît exclusivement sur des jetons (tokens). Le trésor est placé sur le terrain via des magies ou des capacités que l’on retrouve sur les cartes de la Coalition des Hardis. Le jeton trésor peut être sacrifié et confère en échange un mana de n’importe quelle couleur à la réserve du joueur. Il existe également une stratégie permettant de gagner la partie si le joueur dispose de dix trésors sur le champ de bataille grâce à la carte Jouissance des Richesses.

 

  • Ascension :

L’ascension débloque divers bonus sur différentes cartes si vous avez l’agrément de la cité. Pour avoir l’agrément de la cité, rien de plus simple, il vous suffit d’avoir au moins dix permanents sur le champ de bataille.

 

Conclusion

Malgré son âge vénérable de 25 ans, Magic continue de me surprendre. Les équipes de Wizards ont un talent indéniable lorsque il s’agit de créer des univers envoûtant grâce à des mélanges improbables et pourtant cohérent. Il faut dire que le superbe travail des illustrateurs donne une véritable identité à ce bloc qui sent bon le rhum et le dino grillé. Ixalan est un bloc très intéressant pour ceux qui aime intégrer des éléments de roleplay à leurs parties, notamment via la boîte Explorers of Ixalan, ou faire simplement des parties en casual. Pour la compétition de haut niveau par contre, Ixalan est légèrement en dessous des précédents blocs surtout pour les formats modern ou commander.

 

Partager