• Home »
  • CINÉMA »
  • MINI MOVIE REVIEW : critique de Agents très spéciaux : Code U.N.C.L.E.
MINI MOVIE REVIEW : critique de Agents très spéciaux : Code U.N.C.L.E.

MINI MOVIE REVIEW : critique de Agents très spéciaux : Code U.N.C.L.E.

Note de l'auteur

AGENTS

 

 

 

Le briton guilleret Guy Ritchie, clone le plus estimable de l’immense Quentin Tarantino, aux abonnés absents depuis son enthousiasmant Sherlock Holmes : Jeu d’ombres, revient pour nous balancer à la tronche un tsunami de coolitude néo-rétro-post-moderno-méta-bidule venu des mythiques 60’s avec sa nouvelle version cinéma de la série télé culte Des agents très spéciaux (aka The Man from U.N.C.L.E.).
C’est la guerre froide. Deux super agents (un ricain, l’autre ruskof) qu’ils sont trop forts d’abord (mais chacun avec ses traumas fondateurs) s’associent malgré eux, après avoir essayé de s’entretuer dans une savoureuse scène d’ouverture berlinoise, pour retrouver et désamorcer une bombe atomique (on parle pas de la future superstar Alicia Vikander ni de la magnifique inconnue Elizabeth Debicki mais d’une authentique machine de mort nucléaire) fabriquée par des vilains nazis partis vivre la dolce vita en Italie.
Guy transcende son intrigue prétexte avec sa caméra virevoltante constamment inventive tout en réussissant à fuir la nostalgie factice. Son trio d’espions/gravures de mode se titille en permanence tout en sauvant le monde de la plus cool des manières possibles sinon c’est pas amusant bordel quoi ! Henry ‘Superman’ Cavill excelle en Napoléon Solo charismatique et Armie ‘Lone Ranger’ Hammer surprend dans la peau d’un Illya Kuryakin tout en rage (plus ou moins facilement) contenu. Et avec, perdue au milieu de ces deux grands enfants qui s’asticotent, la divine Alicia Vikander, étourdissante en clone pop de la mythique Audrey Hepburn.
Avec sa parodie respectueuse de l’univers bondien (Napoléon Solo et James Bond ayant été tous les deux créés par Ian Fleming) et sous l’influence formelle de Steven Soderbergh (un temps impliqué dans la production), Guy Ritchie nous embarque dans un film d’espionnage à la fois sérieux dans son déroulement et délicieusement décalé. Blindé de plans iconiques, parsemé de morceaux de bravoure débordant d’humour noir et d’inventivité, Agents très spéciaux : Code U.N.C.L.E. revient aux sources du cool où humour noir, style et violence s’enlacent langoureusement au doux son des standards de Roberta Flack ou Nina Simone. Ce truc fait l’effet d’un bonbon acidulé, léger comme une bulle de savon. Du popcorn movie aussi intègre qu’ambitieux comme on n’en voit quasiment plus de nos jours. Guy Ritchie gagne, films après films, ses galons de petit maître stylé et enthousiasmant.
Du pur concentré de fun pur en intraveineuse qui vient émoustiller les zones du plaisir des neurones du cerveau !!!

En salles depuis le 16 septembre
2015. USA/Grande-Bretagne. Réalisé par Guy Ritchie. Avec Henry Cavill, Armie Hammer, Alicia Vikander…

 

 

Partager