Mini Music Review : Basement Jaxx, Junto (Atlantic Jaxx/PIAS)

Mini Music Review : Basement Jaxx, Junto (Atlantic Jaxx/PIAS)

Note de l'auteur

basement jaxxLes vétérans de la scène électro se retrouvent face à des virages assez déterminants pour leur carrière. Si les Daft Punk ont choisi un virage rétrofuturiste qui a clairement fonctionné pour eux, la problématique n’est plus du tout la même pour le duo londonien des Basement Jaxx. Le nouveau départ que constitue Junto, premier album sorti sous leur propre label Atlantic Jaxx et non via XL Recordings, consiste à regarder vers le passé, et leur passé. Exit les coups de poker comme engager Yoko Ono pour chanter sur un titre, ou Me’Shell Ndegéocello, artistes qui ne pourraient jamais être associés avec des contributions à la scène électro. Exit aussi les formats single supercréatifs, et les albums résolument foutraques, avec des blips, choeurs tribaux agaçants, interruptions nocives à l’écoute et gargouillis sonores en ajout. Junto est donc un album de house carré, dans la droite lignée des maxis vinyle qu’ils ont sorti durant l’ensemble de leur carrière.

Oui, mais l’élément de surprise a quasiment disparu de Junto. Plus de samples tsiganes, et même une tendance à composer des hymnes-baudruches pour dancefloors et stades : « Never Say Never » ou surtout le final « Love Is At Your Side » n’auront aucun mal à rejoindre leurs DJ sets ou les playlists dance mondiale. Bien sûr, « Love Is At Your Side » touche dans le mille avec plus de droiture que ne pourra jamais le faire un Avicii. Mais en rentrant dans le rang, les Jaxx perdent de leur créativité, qu’elle soit structurelle ou dans le songwriting. La boucle disco façon Tom Tom Club qui constitue le socle de « Summer Dem » a des relents de « Hush Boy », mais une grosse impression de relâche vient envahir l’auditeur.

Bien sûr, Junto regorge de bons moments, mais là où un Disclosure arrive à trouver de la fraîcheur tout en rendant hommage aux pionniers, les Jaxx sont en panne d’inspiration sur le drum’n’bass et épuré « Buffalo ». A trop se laisser doubler par la droite par les jeunes, Basement Jaxx se retrouve en queue de peloton. Et c’est avec un morceau brillant comme « Mermaid of Salinas » ou le simili-Urban Species bassy de « Something About You » qu’ils arrivent à retrouver un peu de vraie énergie. Mais Junto, en voulant déclencher la nostalgie des soirées acid-house du milieu des 90’s (leurs débuts), déclenche surtout la nostalgie de leurs singles totalement foufous. Moyennement rassurant pour la suite de leurs aventures. A moins que ce ne soit un épitaphe?

Play It : Something About You, Love Is At Your Side, Mermaid of Salinas

Skip It : We Are Not Alone, Power To The People

Partager