Mini Music Review : Champs, Vamala (PIAS)

Mini Music Review : Champs, Vamala (PIAS)

Note de l'auteur

champs-vamalaDeuxième round pour les frères Champion, qui ont quitté leur île de Wight qui a engendré Down Like Gold, l’an passé pour les grands espaces de la mégalopole londonienne, et l’enregistrement de ce VAMALA dont ils avaient déjà la majorité des titres. Rats des champs deviennent rats des villes : une fable qui tient corps à ce deuxième opus. Mais toujours cette même voix plaintive et mélancolique qui soutient l’ensemble des contes, celles de ballades nocturnes ou diurnes. Les grands espaces folk sont ici élargis à un son plus marqué, urbain et « modernisé » sur « Blood », et une volonté clairement portée sur les hits comme « Running » et sa discrète guitare rythmique taillée pour les arènes, ou encore le groove de « Running ». Mais il s’agit là d’un trompe-l’oeil : si les frères Champion ont mis leur pleine confiance en leur nouveau coach, Dimitri Tikovoi, les uppercuts de l’album sont encore dans les ballades folk acoustiques. A savoir les mélancolies Neil Young-esques de « Forever Be Upstanding At The Door » et « Roll Me Out », ce dernier ayant des accents très Cash avec des intonations plus marquées.

L’alchimie entre les frères Champion reste, mais les vagabondages londoniens les font sentir le mal du pays comme sur « Balfron Road », nommé après un quartier de l’est londonien, et les costards de soirée les rendent plus anonymes que flashy. La gniaque de VAMALA se sent, mais on sent l’identité des Champs se dissoudre dans les affres de sortir de l’anonymat indé. C’est de là que viennent les réserves de ce second opus, avant peut-être un rapide retour au bercail? En tout cas, cette évolution du groupe laisse une impression mitigée, malgré l’hypnotique « The Devil’s Carnival », final convoquant des pianos aériens et un reverb du plus bel effet.

Play It : Forever Be Upstanding At the Door, Roll Me Out, The Devil’s Carnival

Skip It : Blood, Running

Partager