• Home »
  • MUSIQUE »
  • Mini Music Review : Damien Jurado, Brothers and Sisters of the Eternal Son (Secretly Canadian/PIAS)
Mini Music Review : Damien Jurado, Brothers and Sisters of the Eternal Son (Secretly Canadian/PIAS)

Mini Music Review : Damien Jurado, Brothers and Sisters of the Eternal Son (Secretly Canadian/PIAS)

Note de l'auteur

Brothers and Sisters of The Eternal Son, c’est un peu du folk mystique et psychédélique, mutant selon les titres. Dès le groove façon David Holmes avec des serpentins de sitar qui ouvre l’album (« Magic Number »), on sait que le vétéran de Seattle Damien Jurado n’est pas à court d’inspiration pour son 11ème album. Enregistré en plein Oregon avec un producteur qu’il retrouve pour la troisième fois, Richard Swift, Brothers and Sisters… est une sorte d’exode musical avec des frères et soeurs, plus post-apocalyptique que prêchi-prêcha. Une bonne moitié des titres est dédiée à des membres de la communauté conceptuelle : « Silver Donna », « Silver Malcolm », etc. Mais la voix blanche et limite Cajun de Jurado est moins sectaire qu’inclusive.

Damien Jurado a assez de tact pour habiller ses toe-tappers d’arrangements bien modernes, des bourdonnements de synthé hypnotiques parcourant « Return to Maraqopa », à l’arrangement lorgnant vers les groupes acoustiques britanniques de « Silver Malcolm », s’interrompant dans un crépitement . L’ambiance est champêtre, mais aucun titre ne ressemble rééllement à un autre. De plus, nul besoin de forcément adhérer à des paroles plutôt elliptiques des chansons, ni à la mythologie des paroles frémissant en sous-main. Il y a juste à se laisser porter, et c’est déjà pas mal.

L’édition deluxe de l’album comprend une dizaine de versions totalement acoustiques enregistrées avec un choeur féminin, surnommé le « Silver Sisters Choir ». Débarrassé des effets de voix psychédéliques, la portée des chansons de Jurado prend une dimension plus envoûtante, souligné par des voix élégiaques, qu’on croirait sorties du fin fond du Midwest. Néanmoins, ces versions sonnent plus comme un coda plus classique, rendant les chansons plus présentables et moins iconoclastes. Mais ce faisant, on y perd un peu d’efficacité et un peu plus en ennui.

Brothers and Sisters of The Eternal Son est donc un opus carré, qui devrait convaincre les curieux à se plonger dans le catalogue de Damien Jurado, déjà pléthorique.

Play It : Magic Number, Silver Donna

Skip It : Metallic Cloud, Silver Joy

 

Partager