Mini Music Review : Los Campesinos!, No Blues (Wichita/Turnstile)

Mini Music Review : Los Campesinos!, No Blues (Wichita/Turnstile)

Note de l'auteur

Le fumigène qui orne la pochette de No Blues reflète un peu l’état d’esprit du sextette gallois Los Campesinos! Loin de l’hommage au folklore galicien, le groupe se retrouvait fort marri des noirs desseins de son précédent album Hello Sadness. Dans leur armoire pharmaceutique, ils ont trouvé une bonne dose de power pop pour faire passer la pilule de leur spleen. Cela donne des refrains entêtants comme sur « Glue Me », chanson de rupture qui implore sarcastiquement : « Ex-boyfriend, give us a song ». 

Le post-moderne n’est pas forcément le fort de Los Campesinos !  Mais l’humour oui : « Avocado Baby » fait intervenir des chœurs enfantins pour donner un relief d’hymne au semi-loufoque refrain : « A Heart Of Stone/ Rind so tough it’s crazy/ That’s why they call me the avocado, baby ». Un solo de batterie épileptique vient clore le titre sans vraiment de raison. Si les thèmes traitent toujours des blessures de la vie, de la mort, des ruptures, souvent les trois à la fois, le phrasé de Gareth Campesino ! (oui, c’est une grande famille, NDR) se fait moins sarcastique, renforcé ici et là par Kim Campesino ! . Mais même si la musique de Los Campesinos ! peut se savourer avec une demi, pas d’incohérence ou de déblatèrements prétentieux. Les troubadours sont engageants, sur les refrains comme sur les idées : une ligne mélodique caribéenne en plein milieu de « As Lucerne/ The Low » laisse coi.

On sent que No Blues est un exercice pour écrire des chansons à peu près optimistes, au moins sur les arrangements musicaux, non sans se départir d’ironie : « The Time Before The Last Time » en est un bon aperçu. Sur un tapis de cordes mélancoliques, et des percussions assourdissantes, cette complainte sait se faire tendre et poignante. Le spleen reprend ses droits sur le final, « Selling Rope », mais cette description graphique d’un suicide a sa chute amortie par un phrasé qui allège les noires pensées. « I’ve been telling jokes while selling rope to you » : avec No Blues, Los Campesinos ! montrent peut-être l’humour est le meilleur remède pour dépasser le spleen.

Play It : Cemetery Gaits, Glue Me

Skip It : For Flotsam, Selling Rope (Swan Dive to Estuary)

 

 

Partager