MIPDrama Screenings : Bilan 2017

MIPDrama Screenings : Bilan 2017

…qui aurait pu s’appeler des seins et des cigarettes. On se retiendra pour ne pas être accusé de titre faussement attracteur, mais il faut dire que la tendance est forte au MIPDrama de montrer soit des paires de seins, soit des gens fumant compulsivement, soit pour certains, les deux.

missions_ocs_0Pour rappel, le MIPDrama screenings propose avant diffusion de visionner ce qui se fait dans le monde entier. Les créateurs font face aux potentiels acheteurs qui décideront ce qui sera sur les écrans pour la saison prochaine. Deux catégories sont proposées : épisodes en cours ou épisode complet (pilote). Ici, sept pilotes pour cinq travaux en cours. Parfois, les équipes sont présentes pour les projets. Les séries viennent du monde entier et mélangent les genres : de la science-fiction française avec Missions, du docufiction dans une émeute carcérale avec le brésilien Jailers, de la comédie suédoise… Bref, autant de choix en type, en style et en durée.

CliqueLa première réaction à l’annonce des séries sélectionnées est, au mieux la moue dubitative : une seule série a une scénariste pour femme. Certaines (peu), possèdent une femme scénariste dans l’équipe d’auteurs, ou de réalisateurs, mais c’est tout. La série qui ressort, c’est Clique, scénarisée par Jess Brittain, qui est aussi la femme derrière Skins. Alors, oui, il y a dans sa dernière série des femmes en tenue légère, de la drogue à gogo (pas que des cigarettes qui font rire) et un propos intriguant sur une « clique » de femmes puissantes, entraînée par la charismatique de Jude Monroe (Louise Brealey). Femmes qui ont l’air de cacher bien plus que des atouts de charme… D’autres femmes sont à la tête de séries, tout de même, comme Helen McCrory dans Fearless, série relativement classique où elle incarne une avocate qui défend les causes impossibles. Comme celle d’un homme enfermé depuis 14 ans, accusé d’avoir violé et enterré vivante une lycéenne.

Le point « poitrine dénudée » le plus élevé est atteint par un travail en cours, Babylon Berlin, qui prend pour cadre la capitale allemande en 1929, un polar qui suit les enquêtes d’un inspecteur membre de la brigade des mœurs. Ambiance cabaret, prostituées et ersatz de Joséphine Baker au menu d’une série qui s’annonce visuellement époustouflante même si un brin déjà-vu (« Bye bye, mein liebe herr »). Et comme il s’agit d’un travail en cours, nous ne nous avancerons pas à savoir si les femmes ont des rôles caricaturaux ou non (toutes des filles de joie ou des Mata Hari ?). La série comique suédoise Veni Vidi Vici promet aussi son interdiction aux moins de douze ans, avec ses petites fenêtres dans l’industrie des films « pour adultes ».

Jailers.

Jailers.

Le point 100% mec est tenu par la série brésilienne Jailers, qui se passe dans une prison pour hommes, écrite et réalisée par des hommes. Une série néanmoins intéressante qui a lieu pendant une émeute et qui mélange, à la fiction, des témoignages de gardiens. La série était en concurrence avec le très plat Territory, polar russe où des flics (hommes) antipathiques et apathiques sont à la recherche d’un meurtrier qui décapite ses victimes pendues par les pieds et empalent leur tête sur une pique.

(Pour le moment, nous cherchons encore une série qui ne montre ni seins, ni cigarette compulsivement fumée, et peut-être ce sera la comédie anglaise Gap Year où de jeunes adultes partent à la découverte du monde et d’eux-mêmes direction l’Asie. Mais pas d’étincelle pour le moment…)

rideCôté diffusions prévues en France (il y a plus de cigarettes dans ces séries que de poitrines), voilà l’allemande Bad Banks, un mélange entre Jason Bourne et Le Loup de Wall Street, ou l’histoire d’une femme qui monte, monte dans le monde des banques d’investissements. Jusqu’où et pourquoi ? Et surtout quelles en seront les conséquences ? Un portrait de femme forte, qui interagit avec d’autres femmes de sa trempe, dans un monde presque dystopique (ou pas ?), celui de la finance.
En coproduction avec Arte, Ride Upon the Storm pose la question de Dieu et de la filiation à travers l’histoire d’une famille danoise, pasteur luthérien de père en fils depuis 250 ans. À l’heure actuelle, le patriarche incarné par Lars Mikkelsen doit faire face à ses deux fils (Cain et Abel ?), l’un le fils prodigue, l’autre plus renfermé. L’un pasteur dans l’armée danoise, l’autre, un échec. Une histoire de famille écrasée par une histoire et par sa foi ?
Finalement, notons le très intriguant Missions qui sera diffusé sur OCS, une série 100% française qui se passe dans l’espace (SF. Française. Vous avez bien lu !). Nous y reviendrons bien entendu plus tard, au moment de sa sortie. Premier épisode, où une troupe d’astronautes décident d’aller sur Mars, visuellement impressionnant mais qui semble, pour le moment, un peu faible au niveau du jeu.

 

Prix des MIPDrama Screening

Prix du grand jury : Jailers (épisode complet) et Babylon Berlin (production en cours)

Prix des critiques : Missions (épisode complet) et Ride Upon the Storm (production en cours)

Prix des acheteurs : Clique (épisode complet) et Ride Upon the Storm (production en cours)

Partager