Mon best of ciné 2016

Mon best of ciné 2016

Un western gore, des marionnettes qui s’envoient en l’air, une scène géronto, le roi Leo déchiqueté par un ours, des mannequins cannibales, un œil baladeur… C’est peu dire que 2016 était une bonne année ! La preuve en 10 films.

 the-revenant

 

the-neon-demon1 THE NEON DEMON

Un film-puzzle composé de morceaux de classiques déviants, comme un collage post-moderne. Le sang du 7e art irrigue les veines du Neon Demon : Kubrick bien sûr, mais aussi le Jacques Tourneur de Cat People, le Dario Argento de Suspiria, le David Lynch de Mullholland Drive, mais aussi Kenneth Anger ou Alejandro Jodorowsky

Un tour de grand huit au pays de la beauté et de l’horreur. La grande proposition cinéma de 2016.

 

2 THE REVENANT

L’odyssée de l’espèce par Alejandro González Iñárritu, au sommet de son art. Un film primitif et ambitieux, sublime objet de mise en scène. Sidérant.

 

3 MANCHESTER BY THE SEA

Un miracle. Un incroyable mélo 70’s qui fonctionne parfaitement, malgré des trucs insensés comme l’Adagio d’Albinoni qui court sur plusieurs scènes. Un film de fantômes sidérant et glacial, avec la confirmation du talent incandescent de Casey Affleck.

 

bone4 BONE TOMAHAWK

Western horrifique ? Film d’horreur sauce western ? Qu’importe, c’est un des meilleurs films de l’année, malheureusement sorti directement en vidéo. Un film tourné en 21 jours par le cinéaste S. Craig Zahler et financé grâce à Kurt Russell. Grosse claque !

 

5 AQUARIUS

Porté par une Sonia Braga lumineuse, un magnifique portrait de femme,brillamment mis en scène. Un récit d’art et de musique, à la fois réflexion sur la rémanence du passé et instantané le Brésil contemporain.

 

comancheria6 COMANCHERIA

Dans une Amérique égarée, deux frangins braquent des banques pour tenter de sauver le ranch familial. Entre Sam Peckinpah, Don Siegel, Clint Eastwood et les frères Coen, un incroyable western social, qui dégage une sombre mélancolie.

 

7 ANOMALISA

Scénariste superstar, Charlie Kaufman signe son second long-métrage, un film d’animation en stop motion et raconte la virée blafarde d’un quinqua morose et parano dans un hôtel de Cincinnati. Une comédie dépressive, existentielle, avec une incroyable scène de sexe entre deux… marionnettes.

 

triple-9jpg8 TRIPLE 9

Véritable requiem, Triple 9 joue la carte de la viscéralité, avec une intensité insoutenable. Un film de guerre que l’on visionne crucifié sur son fauteuil, bombardé par les infrabasses et des images de mort. L’autre excellent Casey Affleck de l’année.

 

9 RESTER VERTICAL

Alain Guiraudie ose tout, c’est à ça qu’on le reconnaît. Il invente, explore, cherche et trouve. Il signe ici une belle parabole, un film en liberté ponctué d’images inoubliables (je pense aux scènes de nuit, l’apparition du loup, le sexe de Marie, la scène géronto, l’accouchement…).

 

10 BACCALAUREAT / MA’ ROSA

Spécial Cannes

Palmé en 2007 pour 4 mois, 3 semaines, 2 jours, Cristian Mungiu explose la Croisette avec ce récit trivial et subtil autour d’un médecin qui se compromet pour assurer l’avenir de sa fille. Un film sur l’échec et la perte des idéaux qui évoque l’immense Krzysztof Kieślowski.

Dans l’enfer de Manille, une famille de pauvres est confrontée à des flics ripoux. Avec une forme, que l’on pourrait qualifier d’impure (image tremblée, couleurs dégueulasses) et un espace sonore saturé, Brillante Mendoza dégage l’énergie d’un réacteur nucléaire. Avec ses artifices, il crée la vie et génère une tension hallucinante.

 

Parmi mes chouchous de l’année, je voulais également citer :

green_room

GREEN ROOM

MA VIE DE COUGETTE

THE ASSASSIN

LA TORTUE ROUGE

WILLY 1ER

JUSTE LA FIN DU MONDE

MADEMOISELLE

THE WITCH

CAROL

THE NICE GUYS

CAFE SOCIETY

THE STRANGERS

TONI ERDMANN

 

 

LES RÉPLIQUES DE L’ANNÉE

 

p1180813__c_pascale_montandon-jodorowsky« En ne me donnant rien tu m’as tout donné

En ne m’aimant pas tu m’as révélé

l’absolue présence de l’amour. »

Alejandro Jodorowsky dans Poesia sin fin

 

« Fucking casher nostra »

Woody Harrelson dans Triple 9

 

« Tu sais qu’au Moyen-âge on brûlait les rousses ? Ne me fais pas regretter cette époque. »

Jonathan Lambert dans L’Idéal

 

« Je vais te faire ce que Limp Bizkit a fait à la musique dans les années 90 »

Ryan Reynolds dans Deadpool

 

deadpool« Vous voulez savoir à qui j’ai caressé les couilles pour avoir mon propre film ? »

Ryan Reynolds dans Deadpool

 

 

Et ma préférée :

« La glycine, Isâabelle, c’est insenséé, quoua. »

Fabrice Luchini dans Ma loute

 

Partager