[Paris Games Week] Mon PGW 2013 (by Seito)

[Paris Games Week] Mon PGW 2013 (by Seito)

La foule du PGW 2013

La foule du PGW 2013 1er jour

Paris Games Week, c’est le salon du jeu vidéo français, qui se veut à terme aussi complet que ces deux grands frères, à savoir le TGS (Tokyo Game Show) et l’E3. Cet événement se déroule généralement fin octobre, début novembre, une semaine pendant laquelle les éditeurs et les différents constructeurs essaient de nous en mettre plein la vue avec des nouveautés et des sessions de jeux sur leurs différentes exclusivités.

Mais PGW ce n’est pas seulement une grande célébration du jeu vidéo (financé à l’origine par Sony), c’est également un salon où s’étirent de longues files d’attente pour pouvoir jouer 5 à 15 minutes , et parfois même uniquement pour une vidéo de gameplay commentée (comme par exemple pour Dead Rising 3).

Malheureusement ce grand rassemblement vidéo-ludique est gâché par des gamineries. Des joueurs tellement hystériques qu’ils en oublient les bonnes manières, jouent des coudes pour être avant dans des allés bondées et parfois même en viennent aux mains pour un goodies. Paris Games Week, c’est quelques fois des insultes et pour certains un petit tour au QG de la sécurité. Mais ne soyons pas non plus trop pessimistes, tous les joueurs ne sont pas comme ça.

Les jeux de danse animes le salon

Les jeux de danse animent le salon

C’est également l’occasion de discuter avec des professionnels du jeu vidéo, tester des titres créés par des petits studios (comme par exemple TrackMania/Shot Mania) n’hésitant pas à créer des concepts innovants et parfois bluffants. PGW, c’est aussi, pour le côté presse, des accès aux backstages et des interviews avec des Community Managers très motivés (à l’image de ceux de Sony et Microsoft) qui nous ont fait une visite guidée de leurs stands.

Cette grande célébration permet aussi d’assister aux ESWC ( e-Sport World Cup) et aux championnats du monde de Call of Duty, CS ou encore StarCraft II. Même si cette édition a légèrement été ternie par des vidéos montrant (à tort ou à raison) les différents coups médiatiques des gros studios, elle reste pour certains aussi l’occasion de se retrouver entre passionnés du domaine. Outre les gros stands de Sony, Microsoft et Nintendo, on retrouvait des stands plus modestes regroupant des sessions de danse, des animations effectuées par Gameblog, JeuxActu ou encore un studio d’enregistrement pour le JT de JeuxVideo.com.

La scène Xbox en folie

La scène Xbox en folie

Légèrement en retrait, deux stands, ceux des présentateurs tant appréciés de la plupart des gamers : Marcus et Cyprien. Avec l’habituelle scène pour les photos avec le grand Marcus (qui n’est jamais radin en autographes) et des consoles sous des bornes protégées chez Cyprien (avec son émission Cyprien Gaming). D’autres célébrités ont également contribué à rendre cet événement vraiment animé et sympa, comme par exemple Carole Quintaine présentant le jeu Destiny (je tiens au passage à saluer le staff de ce stand qui a été vraiment très sympa et ouvert). Bien que le stand ne proposait pas de session de jeu, il y avait une présentation de taille et vraiment intéressante sur ses différents aspects et sa conception.

Personnellement, j’ai trouvé ce salon réussi. Beaucoup de jeux, une ambiance propice à l’amusement, des rencontres formidables. Même si je regrette les différents accrochages avec des joueurs hystériques de Call of Duty. Un salon tenant ses promesses même si, il faut bien l’avouer, beaucoup des jeux présentés étaient de simples démos datant de l’E3 (donc de plus de 6 mois). Le coté « Indé » était également très séduisant, mais je tâcherai de vous en parler plus en détail une autre fois.

Partager