MOVIE MINI REVIEN : critique de Blair Witch

MOVIE MINI REVIEN : critique de Blair Witch

Note de l'auteur

blair-witch

 

 

 

Et c’est re-re-re-re-re-re-reparti… Un nouveau troupeau d’hipsters sacrificiels vidéastes amateurs retourne dans la forêt de Black Hills de sinistre mémoire cinéphilique du matriciel Blair Witch Project (l’un des navets, avec la purge Paranormal Activity, à l’origine de la vague du found footage moderne) en se filmant n’importe comment avec leurs caméras collées au front (et en plus, cette fois y a des drones pour faire jeune). Alors donc, le frangin de l’une des disparues du premier film signé Daniel Myrick et Eduardo Sánchez embarque ses potes sur les chemins broussailleux qu’on tourne en rond et les failles spatio-temporelles qu’il fait toujours nuit et les sentiers du found footage qui fait jamais peur peur… MAIS ALORS JAMAIS BORDEL ! L’arnaque…
On voit rien, les héros sont insupportables (ils pourraient mourir plus vite ?) et les jumps scare arthritiques les plus mous de l’histoire des jumps scare mous dansent la farandole du néant dans les fourrés. C’est tellement énorme qu’on se croirait en permanence dans une putain de parodie. Les mecs flippent en filmant des branches dans la nuit noire et obscure et sombre et trépassent en se prenant des arbres sur le coin de la tronche et en hurlant hors-champ. La shaky cam d’Adam ‘You’re Next’ Wingard s’en donne à cœur joie et ravage les cerveaux…
Imaginer une seule seconde que ce procédé éculé puisse encore fonctionner comme ça relève de la paresse et du cynisme le plus minable. Le found footage continue de s’aventurer dans le cœur des ténèbres du néant artistique… Uniquement et malheureusement sauvé par son modèle économique défiant toute concurrence. Bref, on n’a pas fini de s’en prendre plein les synapses…

En salles depuis le 21 septembre
2016. USA. Réalisé par Adam Wingard. Avec James Allen McCune, Callie Hernandez, Corbin Reid…

 

 


Blair Witch : bande-annonce #3 VOST (2016) par inthefame

 

Partager