MOVIE MINI REVIEW : Antiviral

MOVIE MINI REVIEW : Antiviral

Note de l'auteur

 

 

Après Jennifer, la fifille à Lynch, voici Brandon, le fiston à Cronenberg. Pour son premier film, Brandon a (pas franchement) vaillamment décidé d’aller se balader sur les terres malsaines et organiques de son procréateur canadien. Ça donne ANTIVIRAL ou la description d’un monde (qui ressemble terriblement au nôtre) ou les plus tarés des fans se font inoculer les pires maladies de leurs idoles! On suit les aventures de Syd March (bonjour Syd!), vendeur de maladies et trafiquants de virus de stars à ses heures perdues. Un jour Syd (l’incroyable Caleb Landry Jones, clone du grand Brad Dourif) s’injecte la maladie de la superhypergigasuperstar du monde mondial et planétaire, Hannah Geist. Et les ennuis (notamment de santé) commencent!
Alors que Brandon avait méticuleusement réuni tous les atouts de son côté pour se planter royalement (l’ombre écrasante de papa, les mondes parallèles, les dépravations physiques toussa…) ANTIVIRAL remue les tripes et les méninges (ce bidule est très cérébral) dès la première scène, terrifiante de réalisme glacial et aseptisé… Et fait Brandon est un petit malin. Son film ressemble superficiellement aux œuvres à David. Mais en fait ANTIVIRAL se rapproche beaucoup plus du cinéma clinique et uchronique d’Andrew Niccol. Brandon nous balance une variation brillante (les images sont renversantes) autour de S1M0NE (pourtant un magnifique ratage)… La star Hannah Geist est un pure fantasme. Et la fascination qu’elle suscite est incroyable et délirante et pathétique… Brandon fait quand même coucou à papa (bisou les écrans de VIDEODROME) et à David Lynch (bisou les rideaux rouges… for ever TWIN PEAKS) au détours d’une scène. ANTIVIRAL est un spectacle étouffant, viscéral, malsain… Qui se tient jusqu’au bout! Et la scène finale, terrifiante de froideur et de poésie macabre est inoubliable… Un gars définitivement à suivre!

En salles depuis le 13 février
2012. USA/Canada. Réalisé par Brandon Cronenberg. Avec Caleb Landry Jones, Sarah Gadon, Malcolm McDowell…

 

 

Partager