MOVIE MINI REVIEW : critique de American Sniper

MOVIE MINI REVIEW : critique de American Sniper

Note de l'auteur

AMERICAN-SNIPER

 

 

 

Quand la légende des légendes Clint Eastwood décide de raconter la vie du plus grand sniper de l’armée américaine le patriotisme et les kilomètres de bannières étoilées made in China qui volent au vent de la liberté machin bidule sont de sortie. Mais un patriotisme bizarre. À des années lumières des purgeasses fanatiques comme NAVY SEALS où les délires militaires abrutissants comme LA CHUTE DU FAUCON NOIR, DU SANG ET DES LARMES ou l’inoubliable 80’s DELTA FORCE (Cannon Group for ever!). Un patriotisme flippant. Car cet Audie Murphy des temps modernes n’est pas vraiment un être humain. La guerre l’a transformé en spectre. Un spectre avançant implacablement vers son destin funeste.
Chris Kyle (un Bradley Cooper version buffle défoncé aux hormones de tyranosaure) est une machine à tuer. Un tireur d’élite légendaire. Et Clint Eastwwod en appelle à Kubrick (coucou FULL METAL JACKET cité en permanence), à Sam Mendes (coucou JARHEAD et sa vision iconoclaste et terrifiante de la guerre en Irak) et à Kathryn Bigelow (coucou DÉMINEURS et son héros accroc à la guerre) pour retracer son histoire. AMERICAN SNIPER n’est pas un biopic comme les autres. Ok l’académisme formel qui pique les yeux est de sortie (quel climax bourrin en slo-mo dégueulasse!), le scénario paresseux aussi (l’alternance vie de famille/combats sanguinaires tourne très vite à vide) sans oublier la vision pas du tout caricaturale mais alors pas du tout des irakiens plus fourbes les uns que les autres.
Mais il y a comme un putain de grain de sable dans cette pseudo-œuvre de propagande qui joue aussi avec les codes du western (coucou le duel de snipers, traité par dessus la jambe par papy Eastwood). C’est que Clint le grand, avec le prodigieux diptyque MÉMOIRE DE NOS PÈRES/LETTRES D’IWO JIMA, s’était attaqué férocement à cette gigantesque entreprise de déshumanisation et de fantasmes qu’est la guerre. Et il reste, enfoui au fond de ce truc, les restes de ces brulots. Acte délibéré ou pas, c’est la grande question! Ce héros monolithique, aussi courageux soit-il, est tout sauf un modèle. C’est un être tourmenté, limite psychopathe, froid comme la mort, que l’armée a métamorphosé en robot implacable. AMERICAN SNIPER est un blockbuster dépressif. Cotonneux. Comme la psyché tourmentée de son héros…
Sinon, la vision de l’Irak et les enjeux géopolitiques qui s’y jouent frisent le pur foutage de gueule… Mais on a l’habitude avec les récents films de guerre US…

En salles depuis le 18 février
2014. USA. Réalisé par Clint Eastwood. Avec Bradley Cooper, Sienna Miller, Kyle Gallner…

 

La critique au chaton venimeux c’est par là…

 


American sniper – Bande annonce VOST par Ecranlarge

 

Partager