MOVIE MINI REVIEW : critique de Astérix : Le domaine des dieux

MOVIE MINI REVIEW : critique de Astérix : Le domaine des dieux

Note de l'auteur

ASTERIX

 

 

 

Enfin! Après une farandole d’adaptations (live et animées) plus ou moins fidèles des albums les plus populaires (genre les doubles versions d’ASTÉRIX ET CLEOPATRE et d’ASTÉRIX CHEZ LES BRETONS) le fantastique DOMAINE DES DIEUX (l’une des meilleures aventures d’Astérix) passe par la case cinéma et la case post-modernisme bidule. Une mode initiée par Alain Chabat pour le rigolo MISSION CLÉOPATRE et ensuite méticuleusement massacrée par ses successeurs de sinistre mémoire (coucou l’immonde  ASTÉRIX ET OBÉLIX AU SERVICE DE SA MEJESTÉ, la review ici).
ASTÉRIX : LE DOMAINE DES DIEUX fait quant à lui la jonction entre les dessins animés (plutôt fidèles) et les films live (plutôt WTF). Pour la toute première fois Astérix prend vie en images de synthèse. Louis Clichy (un mec venu des studios Pixar) nous offre un pure enchantement visuel! La métamorphose de ces gaulois crétins et ultra-violents pour de rire est spectaculaire et respecte à la perfection les inoubliables dessins d’Uderzo. Pour le côté post-moderne truc c’est Alexandre «KAAMELOT» Astier (et son univers mixant les Monty Python et Michel Audiard) qui vient faire mumuse avec ce monument de la culture populaire. Astier tente d’intégrer son univers nonsensique (une armée d’abrutis confrontés à des situations plus absurdes les unes que les autres) au classicisme fascinant de Goscinny. Pour un résultat étrange et frustrant.
En fait Astier n’arrive jamais vraiment à trahir son matériau d’origine (ce qu’a entièrement réussi Alain Chabat). Comme paralysé par l’enjeu. Et par l’ombre écrasante du petit gaulois moustachu…
LE DOMAINE DES DIEUX (faut-il vraiment résumé le film???) devient très vite très sage. Trop sage. Et les rares déviations scénaristiques (Astier touche à Obélix, c’est sale… et dangereux!) manquent de folie (LE TRUC qui a toujours manqué à ce control freak d’Astier).
On attend tellement d’Astier (cet irréductible guerrier de l’humour, capable de fusionner franchouillardise, non sens nawesque et culture) qu’on sort déçu de cette rencontre amoureuse au sommet qui vire au rateau. Trop de timidité, trop de complexes, trop d’ambition mal maitrisée… LE DOMAINE DES DIEUX se hisse pourtant sans peine dans le tiercé de tête des adaptations réussies d’Astérix. Mais il manque définitivement un truc à ce film… On appelle ça un rendez-vous manqué… Quel dommage!

En salles depuis le 26 novembre
2014. France. Réalisé par Louis Clichy & Alexandre Astier. Avec les voix de Roger Carel, Guillaume Briat, Lorànt Deutsch…

 

La critique à Thibaud c’est par là…

 

Asterix, Le Domaine Des Dieux Bande Annonce HD par DailyMars

Partager