MOVIE MINI REVIEW : critique de Avant d’aller dormir

MOVIE MINI REVIEW : critique de Avant d’aller dormir

Note de l'auteur

AVANT-D-ALLER

 

 

 

Nicole! Mais que se passe-t-il?
Après s’être fait vitrifier la tronche, l’Australienne se serait-elle fait pétrifier les neurones? En tout cas, Christine (son personnage) n’imprime plus rien avec sa tête et se réveille mentalement vierge chaque matin. Aidée de son mari chéri (un Colin Firth en plein minimum syndical), d’un mystérieux cérébro-neuro-psychanalyste à rotation double inversée (le charismatique Mark Strong, abonné aux navets de luxe) et d’une mini-caméra la demoiselle va tenter de recoller les morceaux d’une vie brisée par la vie (saloperie de vie!).
Rowan Joffe ne s’est franchement pas foulé avec ce thriller mental clinquant et poussiéreux à la fois. Lointain cousin de MEMENTO et AMOUR & AMNÉSIE. Mais un cousin attardé et nanardeux (fer à repasser mon ami pour la vie). Rowan surfilme n’importe comment son thriller hitchcocko-bourgeois, adaptation d’un best-seller quelconque. Si Mark Strong et Colin Firth assurent l’essentiel, la pauvre Nicole se vautre dans le ridicule avec sa tronche en cire d’abeille et son talent irradié au césium 135… AVANT D’ALLER DORMIR est aussi vénéneux qu’un Bisounours défoncé aux euphorisants pour requin baleine. Les rebondissements rebondissent dans une espèce d’anarchie molle pour nous propulser dans un final carnavalesque où l’humour involontaire explose de partout.
Ce genre de productions internationales totalement interchangeables sont les meilleurs somnifères de la terre. On s’ennuie pas trop, on rigole (c’est pas fait exprès mais c’est pas grave) et on oublie tout en zillionième de seconde! Comme Nicole bordel!
Il est trop fort ce Rowan!

En salles depuis le 24 septembre
2014. Grande-Bretagne/France/Suède. Réalisé par Rowan Joffe. Avec Nicole Kidman, Colin Firth, Mark Strong…

 

 

 

Partager