MOVIE MINI REVIEW : critique de Black Storm

MOVIE MINI REVIEW : critique de Black Storm

Note de l'auteur

BLACK-STROM

 

 

 

Pour ceux qui se souviennent, avec un mélange d’effroi et de consternation, du mongolo et furieusement 90’s TWISTER à Jan de Bont, il est temps de partir se planquer dans le premier abris de fortune qui passe. Voici que débarque, issu des aléas climatico-nanardo-hollywoodiens, une nouvelle purgeasse à vents violents. BLACK STORM! Ou l’agrégea de connerie filmique le plus spectaculaire de l’année!
Tout y est! La bouillie visuelle informe à base d’images prises n’importe comment par une hordes de vidéastes amateurs immortels qui violent le concept même de found footage (et ça… Ça… Fallait vraiment réussir à le faire!). L’intrigue épouvantable de bêtise où un gentil proviseur, parti sauver son abruti de fils érotomane, rencontre une équipe de documentaristes chasseurs de tornades et de clichés cinématographiques dégueulasses… Les personnages caricaturaux à l’héroïsme idiot… Et les rares money shots interchangeables en CGI paresseuse. Y a tout je vous dis!
Steven Quale nous propulse dans l’œil d’un cyclone de nullité atomique proprement insupportable. Cette putain de purge insoutenable exalte la bêtise (coucou les golmons rednecks pas drôles), la fascination malsaine de la mort (coucou le bodycount de malade) et la légendaire mentalité US (coucou le drapeau abimé mais pas trop flottant fièrement au vent du renouveau). En fait BLACK STORM, en jouant de manière aussi grotesque sur les émotions frelatées d’un troupeau d’abrutis, nous expose et nous explose à la gueule son cynisme mercantile le plus abominable… Quelle horreur!
Rendez-nous TWISTER bordel!
Si je pensais dire ça un jour…

En salles depuis le 13 août
2014. USA. Réalisé par Steven Quale. Avec Richard Armitage, Sarah Wayne Callies, Matt Walsh…

 

 

 

Partager