MOVIE MINI REVIEW : critique de Captain America : Civil War

MOVIE MINI REVIEW : critique de Captain America : Civil War

Note de l'auteur

CAPTAIN-AMERICA

 

 

 

 

C’est l’ouverture de la chasse au Bucky à mulet, l’espèce de super-méchant-mais-en-fait-non au charisme de chewing-gum mâchouillé abandonné négligemment sous un bureau (coucou Sebastian Stan et son regard bovin). Seulement le Bucky au cerveau tout lavé à l’eau de javel par les méchants doubles nazis, ben c’est le meilleur pote à Captain America. Alors les Avengers, ils vont s’entredéchirer et se foutre sur la gueule à propos de Bucky au bras en papier d’aluminium (et accessoirement à propos de la mainmise de l’ONU sur leurs missions et de mystérieuses pochettes de sang de schtroumpfs radioactif qui virent au trauma enfantin nanareux).
Les frangins Russo rempilent pour ce Civil War (ou plutôt Avengers 2.5, il ne manque que Hulk et Thor). Oubliée l’ambition, très très légère, de Winter Soldier. Place au cool à go-go et à une orgie de super-tocards en collants multicolores (dont les petits nouveaux Black Panther et Spider-Man) qui s’affrontent dans un soap opera géant genre Amour, Gloire et Superpouvoirs. Comparé au crépusculaire Batman v Superman de Zack Snyder (qui partage la même réflexion à propos de la responsabilité de ses actes) et à ses plans iconiques de tarés (sauf le final complètement raté), le duel Captain America-Iron Man tourne à la bataille de polochons de petits suisses et à la crise de couple digne des pires rom-com hollywoodiennes. La faute à un scénario crétin et à une mise en scène horriblement télévisuelle. Les enjeux, balancés n’importe comment par le méchant le plus ridicule du MCU (it’s not fun to stay at the MCU !!!) ne servent que de prétexte à un spectacle inodore, indolore et incolore. En fait, on est dans un épisode de telenovela défoncé aux stéroïdes de synthèses où tout le monde flirte avec tout le monde et trahit tout le monde pour de faux (on est toujours copain, hein ? demande Hawkeyes avec son regard de lémurien neurasthénique), dans un climax délirant situé malheureusement en plein milieu du film ! Un climax qui tourne à la baston inoffensive de cour de récréation. Et qui flingue totalement le final…
Le MCU (They have everything for you men to enjoy) a atteint ses limites. Toutes les Marveleries se ressemblent dorénavant. Ce ne sont plus que des produits (comment appeler ça autrement ?) agréables à regarder et très bien foutus (malgré les scènes de bastons totalement illisibles) mais fondamentalement insipides. Du putain de junk movie quoi ! Malgré leur balourdise, Snyder et Nolan tentent au moins, eux, d’emmener leurs super-héros made in DC Comics ailleurs, dans un vrai univers cinématographique, postmoderne, réflexif et déstabilisant. Avec Civil War, il n’y a plus rien. Tout est trop lisse (à commencer par cette endive de Chris Evans). Même les cabotinages de Robert Downey Jr. (et de son nouveau pote pour la vie Tom Holland/Peter Parker) tombent à plat. Civil War n’est en fait qu’un gigantesque épisode de transition vers le diptyque Infinity War qu’on nous promet révolutionnaire bidule toussa. La formule Marvel tourne ici totalement à vide. Et sans espoir de remise en cause vus les zillions de dollars amassés…
Putain, on va rigoler quand les Gardiens de la Galaxie des Avengers (et pourquoi pas Woddy et Buzz l’Éclair et Winnie l’ourson et Indiana Jones et cette blondasse de Reine des Neiges qui chante tout le temps tant qu’on y est) iront décapsuler la gueule à Kylo Ren et ses midi-chloriens impériaux de la Force à Star Wars dans le cross over le plus taré de l’histoire du cinéma ! Je veux vivre assez vieux pour voir ça !!!!!!!!

En salles depuis le 27 avril
2016. USA. Réalisé par Anthony Russo & Joe Russo. Avec Chris Evans, Robert Downey Jr., Scarlett Johansson…

 

 


Captain America Civil War : bande-annonce #1 VOST par inthefame

 

Partager