MOVIE MINI REVIEW : critique de Catacombes

MOVIE MINI REVIEW : critique de Catacombes

Note de l'auteur

CATACOMBES

 

 

 

Une jeune aventurière un peu nanardeuse (grande spécialiste de l’alchimie moyen-ageuse complotiste), clone à nichons et à délicieuse frimousse du charismatique Indiana Jones, explore les mythiques catacombes parisiens à la recherche de la pierre philosophale (le truc qui transforme tout en or, même les navets hollywoodiens). Bien sûr… Elle et son équipe de gosses-bô/hipster/faux rebelles vont tomber par inadvertance sur sur les portes de l’enfer infernal à Dante ou un truc dans le genre. Bien sûr… Et tout ce petit monde de flippettes à traumas enfantins se filme tout le temps chaque instant avec leur armée de mini caméras à la con. Bien sûr bien sûr…
Alors que ce film réunit méticuleusement les pires scories du cinéma horrifique contemporain, John Erick Dowdle, un peu à la surprise générale, parvient à gentiment transcender ce tsunami de clichés. Bon. Tout ça reste beaucoup trop sage mais CATACOMBES parvient à nous plonger dans une claustrophobie étouffante. S’il n’atteint jamais le degré de flip du fantastique THE DESCENT, dont il s’inspire méchamment (y a aussi un pitit côté L’AU DELÀ de Fulci), CATACOMBES en est une déclinaison moderne et sympathique et très efficaces (coucou les jumps scare agressifs). Ce truc venu de nulle part (John Erick Dowdle et son frangin Drew avaient auparavant signé QUARANTINE, le triste remake de [REC]) est une agréable surprise. Comme d’habitude le principe du found footage ne sert absolument à rien (voir nuit à la compréhension), mais John Erick tient son sujet jusqu’au bout. Tout ça manque quand même un peu de tripou et d’ambition formelle malgré quelques plans irradiés de poésie macabre. Et le climax, aussi étrange soit-il, semble un peu baclé. Mais c’est pas (trop) grave. La générosité sauve ce CATACOMBES de la médiocrité de ce sous-genre épuisant.

En salles depuis le 20 août.
2014. USA. Réalisé par John Erick Dowdle. Avec Perdita Weeks, Ben Feldman, Edwin Hodge…

 

 

 

Partager