MOVIE MINI REVIEW : critique de Dans l’œil d’un tueur

MOVIE MINI REVIEW : critique de Dans l’œil d’un tueur

Note de l'auteur

DANS-L-OEIL

 

 

 

Bienvenue dans la pyché bizarroïde à Brad Macallam (interprété par ce grand malade de Michael Shannon, le spécialiste mondial des rôles borderline nanardeux), jeune américain paumé et cloitré chez lui. Soupçonné du meurtre dégueulasse de sa vieille mère acariâtre (la grande Grace Zabriskie), Brad et son mulet dégueulasse et ses flamands roses de compagnie sont assiégés par les flics de la police dirigés par cette vieille carne de Willem Dafoe. Les flashbacks délirants et dérangeants sur sa pauvre vie mystique sans intérêt s’enchaînent paresseusement, histoire d’essayer de comprendre c’est quoi ça qui s’est passé dans sa tête de jeune chien fou de dieu…
Le grand Werner Herzog adore toujours autant les êtres étranges (pour pas dire fou furieux psychopathes irrécupérables). Et le jeu possédé et le regard de dingo de Michael Shannon (messie post-moderne de la grandiloquence cinématographique, coucou les purges BUG, MUD et TAKE SHELTER)  rappellent (gentiment) l’immense Klaus Kinsky, partenaire mythique des plus grandes œuvres de Werner (AGUIRRE, NOSFERATU, FITZCARRALDO). Malheureusement Werner se noie totalement dans son délire surréaliste. DANS L’ŒIL DU TUEUR se vautre dans un décalage maladif et totalement gratuit. Sur une muzak dissonante insupportable (coucou le violoncelle désaccordé), les personnages, plus creux que la boîte crânienne d’une grognasse siliconée de la téléréalité de la TNT, déblatèrent sur la life à Brad. Le surréalisme pseudo-lynchien (qui produit ce truc, comme par hasard) se répand dans ce néant vain et prétentieux. Malgré son casting de dingo (Udo Kier et Brad Dourif sont aussi de la partie), Werner Herzog nous balance une « œuvre » vide… Irrémédiablement vide…Et horriblement littéraire. Et théâtrale (version expérimentalo-mongolo).
Bref on frise le nanar cérébrale… Ces films bouffis de leur pseudo-profondeur qui croient dire des trucs importants sur la life. Alors qu’ils ne font que plonger dans l’humour involontaire… Sinon y a aussi un nain chauve en smoking… Ça doit forcément vouloir dire un truc profond sur le mal-être moderne… Ou sur la soupe aux choux… Ou les ongles incarnés… J’hésite…
Quelle bouillie prétentieuse… Lynch+Herzog, le choc du vide…

En DVD/Blu-ray depuis le 22 août
2009. USA/Allemagne. Réalisé par Werner Herzog. Avec Michael Shannon, Willem Dafoe, Chloë Sevigny…
Éditeur : Seven7

 

 

 

Partager