MOVIE MINI REVIEW : critique de Dough

MOVIE MINI REVIEW : critique de Dough

DOUGH

 

 

 

Quand les bons sentiments œcuméniques envahissent la comédie sociale anglaise (lorgnant paresseusement sur le cinéma énervé de Ken Loach) et la font rivaliser avec les pires clichés de la comédie US indé…
Nat Dayan, vieux boulanger juif barbu reclus dans sa boulangerie, harcelé par un vilain promoteur immobilier et un monde moderne hostile, engage un jeune lascar musulman réfugié politique débarquant du Darfour. Subitement, ses pâtisseries font des étincelles et une ribambelle de space cakes divers et variés voient le jour pour la joie psychédélique de la clientèle. C’est que Ayyash, dealer à ses heures perdues, profite de son emploi d’apprenti pour « améliorer » les bagels de son mentor avec de la drogue qui fait rire. Résultat, c’est l’émeute dans la boulangerie.
Comédie sociale aussi molle et gluante que la pâte à pain malaxée par ses héros, Dough (ça veut dire « pâte » en british) se perd trop vite dans la caricature sociétale, la très gentille guerre de religion et la glorification (un peu artificielle mais importante) du vivre ensemble. OK le message, gentiment iconoclaste, est hautement estimable mais John Goldschmidt aurait quand même pu lui insuffler un minimum d’énergie et de cohérence. C’est qu’on s’ennuie quand même beaucoup devant cette pâtisserie filmique artificielle. L’overdose de bons sentiments rend (un peu) indigeste ce conte moral débordant de sympathie et de chaleur humaine.
Jonathan Pryce (l’immortel Sam Lowry de Brazil) est particulièrement émouvant en patriarche résistant, contre vents et marées à la modernisation déshumanisante, à sa famille embourgeoisée et aux préjugés raciaux et religieux. Mais ça ne suffit pas pour sauver Dough de la superficialité. Cette comédie manque cruellement de goût et d’amertume et de surprises… Un vulgaire produit industriel là où on attendait un délice artisanal… Dommage.

En salles depuis le 4 mai
2015. Grande-Bretagne/Hongrie. Réalisé par John Goldschmidt. Avec Jerome Holder, Jonathan Pryce, Philip Davis…

 

 


Dough (2016) Bande-Annonce VOSTF par Afro-Style-Communication

 

Partager