MOVIE MINI REVIEW : Critique de La fille inconnue

MOVIE MINI REVIEW : Critique de La fille inconnue

Note de l'auteur

la-fille-inconnue

 

 

 

La culpabilité… Sociale, judiciaire, intime… Une doctoresse refuse, un soir, l’entrée de son dispensaire à une jeune fille. Jeune fille retrouvée morte le lendemain. Rongée par le remords, le médecin se remet totalement en question (sur le plan personnel, mais aussi professionnel) et part, tel un Don Quichotte liégeois au vocabulaire pittoresque, à la recherche du nom de cette victime qui la hante.
Femme forte, thématique sociale puissante et naturalisme cinglant. Les frangins Dardenne continuent leur périple immersif et oppressant dans le monde prolétaire. Avec un détour par le polar social. Ces cousins de Ken Loach embarquent la fantastique Adèle Haenel (toute en énergie froide et autodestructrice) dans une enquête aussi vaine que fondamentale. Donner un nom à un mort. Pour pouvoir assumer son geste. Pour continuer à se regarder dans la glace sans éprouver la honte d’avoir laissé, malgré soi, mourir quelqu’un.
Les Dardenne perpétuent leurs portraits de femmes fortes emportées dans une tornade émotionnelle et sociale. Malheureusement, Jenny, leur super-héroïne du quotidien rongée par la culpabilité, se perd dans sa quête. Entre introspection paresseuse, misérabilisme clichetonneux et intrigue mollassonne, La Fille inconnue plonge dans l’ennui poli. Ce sujet passionnant et ce personnage mystérieux (et antipathique de prime abord) méritaient plus d’énergie de la part de ses réalisateurs noyés dans un formalisme convenu et une routine soporifique. Frustrant…

En salles depuis le 12 octobre
2016. Belgique/France. Réalisé par Jean-Pierre & Luc Dardenne. Avec Adèle Haenel, Olivier Bonnaud, Jérémie Renier…

 

 


La Fille inconnue bande-annonce par PremiereFR

 

Partager