• Home »
  • CINÉMA »
  • MOVIE MINI REVIEW : critique de La Planète des singes: l’affrontement
MOVIE MINI REVIEW : critique de La Planète des singes: l’affrontement

MOVIE MINI REVIEW : critique de La Planète des singes: l’affrontement

Note de l'auteur

LA-PLANETE-DES-SINGES-2

 

 

 

Dix ans après avoir inhalé un médicament-fumigène qui rend intelligent (le pitch le plus nanar de ces dix dernières années), César et sa tribu de singes qui parlent survivent paisiblement dans la forêt humide californienne. Un groupe d’humains (survivants d’un virus virulent engendré par le fumigène nanar, tant qu’à faire, autant y aller à fond dans le nawak) tombe nez-à-nez avec eux. Les relations difficiles se nouent dans la méfiance et la défiance généralisée. Comment se côtoyer pacifiquement alors que de chaque côté, les bellicistes sont de sortie?
Matt Reeves (le réal du sympathique CLOVERFIELD) nous plonge brutalement dans la tragédie Cornèlo-Shakespearienne matinée de westerns classiques. Le tout dans un monde post-apocalyptique tétanisant d’effroi et de réalisme. Bref c’est le choc!
Reeves transcende son matériau de base philosophico-mythologico-science-fictionnel culte. LA PLANÈTE DES SINGES : L’AFFRONTEMENT est une implacable marche funèbre. La chronique suffocante d’un carnage annoncé. Le destin et la connerie humanoïdo-simiesque sont (comme bien trop souvent) plus fort que tout.
C’est cette sensation terrifiante d’assister, incrédule et désemparé, à la fin de l’humanité qui rend ce truc juste incroyable. Les SFX (signés Weta) touchent ici à la perfection et l’incarnation digitale des singes dépasse l’entendement (l’intro kubrickienne muette, espèce de documentaire ethnographique sur la naissance de la conscience, du langage et le culture chez le primate primal est saisissante de réalisme). Mais Matt Reeves gère ça avec parcimonie. En fait on est devant une relecture brillante des chefs d’œuvres sépulcraux du western US genre LA FLÈCHE BRISÉE, FORT APACHE, FUREUR APACHE, BRONCO APACHE ou LES CHEYENNES. Dans du grand cinéma classique et intimiste subrepticement inséré dans une gigantesque machine hollywoodienne. Déchirant et spectaculaire à la fois… Fantastique!!!

En salles depuis le 30 juillet
2014. USA. Réalisé par Matt Reeves. Avec Jason Clarke, Keri Russell, Andy Serkis…

 

 

La critique à Plissken c’est par là…

 

Partager