• Home »
  • CINÉMA »
  • MOVIE MINI REVIEW : critique de L’interview qui tue (The Interview)
MOVIE MINI REVIEW : critique de L’interview qui tue (The Interview)

MOVIE MINI REVIEW : critique de L’interview qui tue (The Interview)

Note de l'auteur

INTERVIEW-QUI-TUE

 

 

 

Tout ça pour ça… Tout ce bordel diplomatico-informatico-paranoïaque pour cette purge pathétique. Tout ce psychodrame mondial invraisemblable pour l’un des pires films de l’année…  En même temps que pouvait-on attendre de Seth Rogen & James Franco, ce duo de tocards atomiques issus de la lamentable tribu Apatow? Déjà l’épouvantable C’EST LA FIN (la review ici)  démontrait leur nullité cosmique et laissait augurer du pire…

Et ici, avec L’INTERVIEW QUI TUE ces deux bouffons touchent littéralement le fond de la comédie pas drôle avec, paradoxalement, le pitch le plus burné de ces dernières années. Leur audace : déconner avec la Corée du Nord, la pire dictature du monde et avec Kim Jong-Un, le tyran le plus dingo de l’univers (en même temps Trey Parker et Matt Stone, les créateurs de SOUTH PARK, l’avaient déjà fait en 2004 avec TEAM AMERICA, POLICE DU MONDE).
Dave Skylark (un James Franco plus pathétique que jamais) star de la télé-poubelle US embarque avec son producteur Aaron (Seth Rogen, le mec le moins drôle de l’histoire mondiale de l’humour, coucou NOS PIRES VOISINS et GREEN HORNET) pour Pyongyang, la capitale nord-coréenne histoire d’interviewer le rondouillard Kim Jong-Un, adepte des expériences capillaires, de la menace thermo-nucléaire mondiale et fan honteux de Katy Perry. La CIA s’en mêle et charge les deux crétins d’assassiner le tyran avec du sparadrap empoisonné.

Comment une purgeasse pareille a-t’elle pu se transformer en brulot subversif? En symbole de la liberté d’expression??? Plutôt que d’attaquer les studios Sony et de menacer ses employés, les pirates informatiques auraient d’abord dû regarder le film. Ils se seraient rendu compte de sa médiocrité carabinée et de sa totale innocuité. C’est que cette INTERVIEW QUI TUE relève de la baudruche grotesque.

Manifestement conçue sous l’emprise de produits prohibés qui rendent idiots (et dieu sait que Seth Rogen et James Franco n’en n’ont pas besoin pour l’être), cette pseudo-comédie, 100% paresseuse et cynique, se traine piteusement entre l’absence spectaculaire de gags et le culte idiot de ses deux stars cabotines minables. Ce truc n’est rien qu’une pochade lamentable qui ne dépasse jamais son idée de départ. Un délire d’abrutis écervelés dénués du moindre talent. Que la troisième guerre mondiale puisse avoir lieu à cause de ce navet en dit long sur la connerie humaine, partagée équitablement sur tous les continents…

2014. USA. Réalisé par Evan Goldberg & Seth Rogen. Avec James Franco, Seth Rogen, Randall Park…

 

 

 

Partager