MOVIE MINI REVIEW : critique de Macbeth

MOVIE MINI REVIEW : critique de Macbeth

Note de l'auteur

MACBETH

 

 

 

C’est toujours pareil avec les ploucs grand-bretons ! Il suffit qu’un troupeau de boueux bouseux, ici écossais, s’étripe gaiement à grand coup de massue dans les highlands décrépits (incroyablement cinégéniques), tout ça en déclamant des phrases définitives et poétiques sur l’amour, le destin, le pouvoir, la malédiction, la trahison et les Bisounours pour qu’instantanément, par la grâce d’un scribouillard chauve à moustache, le mythe mythique et mythologique s’impose à travers les âges !
Macbeth ! Ouais le Macbeth à William Shakespeare ! Pièce légendaire adaptée un bon zillion de fois au cinéma par une horde de réalisateurs iconiques (coucou Orson Welles, Roman Polanski et Akira Kurosawa). Là, c’est le réalisateur australien Justin Kurzel qui propulse son guerrier maudit dans un univers sépulcral oppressant de réalisme et de désespoir.
L’Écosse légendaire… Ses plaines désertiques… Ses villages glauques… Ses guerres dégueulasses menées par des enfants soldats envoyés sans scrupules à une mort certaine. Au milieu de cet enfer terrestre insoutenable, un guerrier courageux, après sa rencontre avec un trio de sorcières, répand la mort autour de lui pour accéder au trône d’Écosse…
Justin Kurzel prend à bras-le-corps son sujet toujours aussi brûlant, et nous balance à la tronche un tsunami cinématographique épuisant… C’est qu’il y va à fond le kangourou là… Passé une introduction muette époustouflante (jamais la guerre n’aura été aussi sale et répugnante) et inédite (la pièce débutant après cette bataille), Justin se donne à fond… Quitte à se perdre dans un formalisme totalement gratuit (c’est quoi cette slo-mo clinquante et ces accélérés nawesques ???) qui flingue complètement, par moment, la puissance émotionnelle de l’œuvre originelle… Mais la modernité étourdissante du propos des dialogues originaux (respectés à la lettre par des acteurs transcendés, y compris l’improbable Marion Cotillard, sublime en Lady Macbeth à la fois pure et démoniaque) emportent tout sur leur passage ! Ce Macbeth viscéral tient sur l’énergie et la générosité WTF de son réalisateur… Un délire baroque et dépouillé… Où la folie et la mort s’enlacent furieusement dans un boléro funeste et bouleversant… Un truc de taré… Maladroit… Grotesque… Emphatique… Fascinant…

En salles depuis le 18 novembre
2015. Grande-Bretagne/France/USA. Réalisé par Justin Kurzel. Avec Michael Fassbender, Marion Cotillard, Paddy Considine…

 


Macbeth : bande-annonce finale VOST (Michael… par inthefame

 

Partager