MOVIE MINI REVIEW : critique de Midnight Special

MOVIE MINI REVIEW : critique de Midnight Special

Note de l'auteur

MIDNIGHT-SPECIAL

 

 

 

Ça fait maintenant quelques temps qu’il se passe un truc bizarre et vivifiant dans le cinéma fantastique US. Une poignée de jeunes cinéastes tente de s’émanciper de la dictature des CGI tout puissants pour revenir aux origines de ce genre fondamental. La peur, le mystère, la subtilité, l’humanité… L’intelligence quoi !
Un enfant kidnappé… Messie malgré lui d’une secte millénariste… Des agents du FBI sur les dents… Une course-poursuite au cœur de l’Amérique éternelle… Midnight Special n’invente rien. Mais Jeff Nichols (habitué des baudruches boursouflées genre Take Shelter ou Mud), comme possédé par l’esprit de Steven Spielberg et de John Carpenter, nous offre un conte initiatique tordu, un road movie traumatisant, une histoire d’amour familiale universelle. Fusion parfaite entre le Rencontre du troisième type à Spielberg et le Starman à Carpenter, Midnight Special suit un groupe d’adultes protégeant un enfant aux pouvoirs étranges… Ce qui frappe dans ce road movie frisant l’expérimental (on est pas loin du Macadam à deux voies de Monte Hellman), ce sont les déflagrations surnaturelles qui rythment une intrigue académique. À l’image de It Follows et de Monsters, Midnight Special s’inscrit dans une tradition perdue. Celles des grands films de science-fiction humanistes qui ont bercé les débuts des 80’s. C’est la (grande) force et paradoxalement la (légère) faiblesse du film de Jeff Nichols. Réussir à retrouver cette splendeur perdue, à pulvériser 40 ans de surenchère digitale imbécile (coucou Peter Jackson et James Cameron) et à retourner aux fondements de ce cinéma de genre emblématique. Mais sans réussir à s’en émanciper complètement (la nostalgie n’est jamais bien loin).
Mais c’est pas grave. La puissance émotionnelle dévastatrice de Midnight Special emporte tout sur son passage. Jeff Nichols et son casting de dingo (d’où ressort une Kristen Dunst bouleversante) réussissent un tour de force (presque) inimaginable. Retrouver l’essence d’un cinéma américain populaire adulte, qui fait confiance au spectateur. Un spectateur prêt à se faire embarquer dans une intrigue mystérieuse, qui prend son temps pour se dévoiler jusqu’à un climax magnifique de simplicité réussissant à éviter le grotesque. Loin, très loin de la bouillie pour bébé trépanée qu’on nous force à ingurgiter à grand coup de remakes moisis et de débauches technologiques insipides… Une putain de sensation !

En salles depuis le 16 mars
2016. USA. Réalisé par Jeff Nichols. Avec Michael Shannon, Kirsten Dunst, Joel Edgerton…

 


Midnight Special : bande-annonce VOST (Adam… par inthefame

 

Partager