MOVIE MINI REVIEW : critique de Money Monster

MOVIE MINI REVIEW : critique de Money Monster

Note de l'auteur

MONEY

 

 

 

Quand les plus étincelantes icônes hollywoodiennes de la fiction de gauche se réunissent pour prendre d’assaut la forteresse capitaliste et son hydre vorace Wall Street, on peut s’attendre à s’en prendre plein la tronche ! Jodie Foster, George Clooney et Julia Roberts, n’écoutant que leur courage, leurs convictions et leurs zillions de dollars se prennent pour des Che Guevara du cinoche et dénoncent les vilains capitalistes qui n’en veulent qu’à notre argent d’abord !
Bienvenue à Money Monster, TV show hallucinant, et même pas parodique, où un énergumène hystérique (un George Clooney épouvantable en gros con insensible) se déchaîne pour convaincre les gogos qui le regardent d’acheter tout pleins d’actions de sociétés systématiquement présentées comme des mines d’or… Mais le cours d’une action qu’il défendait s’effondre subitement, sans raison, à cause d’un truc (ou glitch en V.O.)… Tant pis pour les petits actionnaires… L’un d’entre eux parvient à s’inviter, arme à la main et avec une facilité énervante, sur le plateau de l’émission et prend le présentateur en otage en plein direct ! La courageuse réalisatrice tout plein d’honnêteté et de courage et de probité et de déontologie (une Julia Roberts au regard de folle-dingo zen en mission divine) va gérer, à elle toute seule, la prise d’otage tellement qu’elle est trop géniale d’abord (normal c’est Julia Roberts bordel les mecs) et enquêter sur cette mystérieuse chute des actions de cette mystérieuse société qu’on sait pas c’est quoi qu’elle fait.
Jodie Foster et son casting trois étoiles, à vouloir combiner thriller économique, brulot journalistique et polar urbain, nous balancent à la tronche une invraisemblable bouillie filmique. Les incohérences et les impossibilités les plus dingues s’enchaînent à un rythme effréné (comme pour masquer le nawak total de l’intrigue). Les attitudes de chaque personnage et les rebondissement n’ont absolument aucun sens (ça c’est pas nouveau dans un film d’action) et le culte de la bravoure journalistique frise la caricature (la métamorphose du cynique Clooney en héros défenseur des pauvres est juste ridicule).
Voir ce Money Monster jouer aux grands moralistes de gauche à grands coups de facilités scénaristiques dégueulasses et de grandes emportées lyriques sur les pauvres victimes du système (mais en les montrant totalement amorphes voire cyniques devant la prise d’otage) tout en dénonçant la complicité des médias (mais en les glorifiant aussi) est une expérience insupportable. Et totalement contre-productive.
À trop plonger dans le spectaculaire, Money Monster se vautre dans la caricature minable et la démagogie et passe pour un délire puéril de gauchistes hystériques qui ne connaissent rien à rien et qui sont juste bon à gesticuler n’importe comment dans leur coin. Bye Bye la crédibilité… Au secours…
Mais comment Clooney a-t-il pu s’embarquer dans ce truc débile…

En salles depuis le 12 mai
2016. Réalisé par Jodie Foster. Avec George Clooney, Julia Roberts, Jack O’Connell…

 

 


Money Monster : bande-annonce #2 VOST (George… par inthefame

 

Partager