MOVIE MINI REVIEW : critique de Near Death Experience

MOVIE MINI REVIEW : critique de Near Death Experience

Note de l'auteur

NEAR-DEATH-EXPERIENCE

 

 

 

Une orage. Un bar. Des collègues de bureau. Un verre de Ricard. Une discussion sans intérêt. Une vie désincarnée. Une fugue à vélo. Une errance suicidaire nonsensique. Un visage. Un Houellebecq. Un film. NEAR DEATH EXPERIENCE…
Delépine et Kerven, les grands névrosés rigolos de la présipauté de Groland et l’écrivain nihiliste borderline mou Houellebecq étaient destinés à se rencontrer et à s’affronter dans un délire expérimental mortifère qui fleure bon les folies US de Monte Hellman (coucou THE SHOOTING et MACADAM A DEUX VOIES) et les expérimentations  indé modernes de Gus Van Sant (coucou GERRY). Mais ici pas de communauté perdue ou de duo en errance. Juste un homme, Paul. Parti sur les chemins tortueux du suicide impossible (c’est quoi tous ces gens là qui l’empêchent de passer à l’acte) dans sa ridicule et bariolée tenue de cycliste. Avec sa carrure d’allumette mouillée et sa gueule de mamie décrépie, le sulfureux Michel Houellebecq impressionne dans ces pérégrinations cérébrales et pathétiques. Images vidéo dégueulasses et paysages époustouflants s’affrontent  autour des élucubrations philosophico-métaphysiques de ce quinquagénaire perdu dans cette société moderne déshumanisée à l’extrême. Houellebeck papote avec lui-même et sa copine endorphine et passe de fourmi à géant dans un décor lunaire (situé dans les environs de Marseille) étourdissant de beauté et de poésie sépulcrale.
NEAR DEATH EXPERIENCE est l’œuvre la plus radicale et la plus dépressive de ce duo radical et dépressif. Oubliée la rencontre ratée avec Dupontel et Poelvoorde! Place à l’épure et à la violence de la solitude et de la mort… C’est en fuyant le spectaculaire et la facilité que les deux énergumènes nous ont offert les films les plus libres et fous et poétiques et désespérés d’un cinéma français vitrifié par un (faux) star système pathétique à l’agonie.
Comme quoi ça peut être passionnant d’assister aux déambulations caniculaires d’un ermite suicidaire misanthrope!

En salles depuis le 10 septembre
2014. France. Réalisé par Benoît Delépine & Gustave Kervern. Avec Michel Houellebecq, Marius Bertram, Manon Chancé…

 

 

 

Partager